mediacongo.net - Actualités - 3ème Dialogue : la CENCO à Bruxelles pour discréditer le Gouvernement ?

Retour Politique

3ème Dialogue : la CENCO à Bruxelles pour discréditer le Gouvernement ?

3ème Dialogue : la CENCO à Bruxelles pour discréditer le Gouvernement ? 2017-09-27
Diaspora
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/25-31/cenco-gettyimages-mediacongo-net.jpg -

Y aura-t-il un 3ème dialogue en République démocratique du Congo ? Pourquoi les uns et les autres s’agitent-ils sur une question que le Gouvernement n’a pas encore tranchée ? Sinon, la question est sur toutes les lèvres dans la ville basse, lorsqu’on sait que tout doit être fait pour que la date du 31 décembre 2017 se passe sans casse, dans un pays où le dialogue a toujours été permanent entre Congolais.

Même si lors de la 72ème session de l’Assemblée générale des Nations-Unies à New York, le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration régionale a rejeté le 3ème dialogue, celui-ci semble être une condition indispensable pour négocier le passage à la fin du mois de décembre 2017. Période qui, à en croire l’accord de la Saint-Sylvestre, doit couronner l’organisation des élections en Rd Congo.

Dans ce débat, ce qui étonne plus d’une personne, c’est le ton utilisé par les prélats, le temps et le lieu qui ont été choisis pour faire leur déclaration, soit en Belgique et à quelques jours de l’intervention du président de la République à la 72ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, où il a confirmé la tenue des élections en RDC. Sur base de quoi la CENCO doit-elle faire un plaidoyer au niveau de la communauté internationale ? Est-ce avec la bénédiction des autorités congolaises ? Surtout que la RDC est dirigée et que ses institutions fonctionnent normalement !

En effet, en mission de plaidoyer cette semaine auprès de partenaires européens sur le processus électoral en RDC, la Conférence épiscopale nationale du Congo, Cenco, se dit ne pas être prête à présider un éventuel 3è dialogue qui, à l’en croire, irait dans le sens de saper l’accord de la Saint Sylvestre. C’est ce que vient d’affirmer son président, Mgr Marcel Utembi Tampa depuis Bruxelles. C’était au cours d’une conférence de presse au siège du Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc).

Selon lui, c’est une question de logique et de cohérence : « Nous sommes logiques et cohérents envers nous-mêmes. L’Accord du 31 décembre souffre de sa mise en œuvre à 90%. Nous ne pouvons pas piloter un 3è dialogue alors que le précédent n’est pas appliqué ». Un autre prince de l’église à ses côtés, Mgr Fidèle Nsielele a pour sa part soutenu qu’il est encore possible de sortir de la crise sans un autre dialogue. C’est le lieu de noter que l’épiscopat catholique, inquiète de la situation de la RDC visiblement sur le point d’exploser, est en mission de plaidoyer auprès des institutions et gouvernements européens.

Pendant qu’un Premier ministre, de surcroit doyen de l’opposition est sorti du moule du Rassemblement des forces sociales et politiques acquises au changement, en la personne de Bruno Tshibala qui conduit l’exécutif congolais, entre-temps, le bureau du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral, CNSA a été installé, peut-on dire logiquement que l’Accord du 31 décembre souffre de sa mise en œuvre à 90% ? Que cache cette attitude des prélats congolais ? N’est-ce pas une façon pour eux non seulement de discréditer les autorités congolaises et d’empêcher un quelconque financement du processus électoral par la communauté internationale ?

La RDC ne paie-t-elle pas le fait d’avoir écarté la Cenco de la signature de l’Arrangement particulier ? Même si au niveau du Gouvernement, l’on soutient que la Cenco avait déjà déposé ses conclusions au Président de la République disant qu’elle avait atteint 98% et que les 2% pouvaient être laissés à l’attention du Chef de l’Etat.

La CENCO s’adresse à l’UE

Au cours de la même communication, la Conférence épiscopale nationale congolaise, Cenco, a appelé l’Union européenne à être plus cohérente dans sa position sur le processus électoral en RDC. « Nous appelons l’Union européenne à avoir une politique cohérente sur la crise congolaise. Nous craignons qu’au regard de l’évolution actuelle, certains pays européens changent leur position », a dit la CENCO au cours d’une conférence de presse organisée à Bruxelles hier, mardi 26 septembre 2017, au siège du Réseau européen pour l’Afrique centrale (EurAc). Le Père Clément Makiobo Malelo de la Commission épiscopale nationale Justice et Paix du Congo a soutenu que le discours souverainiste des dirigeants africains n’est pas véridique.

La Cenco, constituée des pères de l’église, devait prêcher par l’exemple, en évitant de se référer pour tout à l’étranger, ou à la fameuse communauté internationale. Plusieurs années après l’indépendance, les Africains, mieux les Congolais ont toujours du mal à se libérer de la servitude mentale. Pour eux, une fois que l’Union européenne a dit quelque chose, c’est une parole d’évangile et personne ne doit s’y opposer. Quel est alors le sens de l’Etat, si pour des questions de politique interne, on doive chercher l’interventionnisme ?

De l’audit de la Ceni ou du fichier électoral ?

Toujours au cours du même échange avec les journalistes, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) a appelé les partenaires internationaux du processus électoral congolais et particulièrement l’Union européenne à conditionner tout soutien aux prescrits de l’Accord du 31 décembre. « Le soutien à la Ceni doit être conditionné par les prescrits de l’Accord du 31 décembre. Pour beaucoup de Congolais, la Ceni est devenue une caisse de résonance de la Majorité présidentielle », a dit le Père Clément Makiobo Malelo de la Commission épiscopale nationale Justice et Paix du Congo.

A l’heure où a débuté l’enrôlement dans les deux provinces du Kasaï et dans quelques territoires de la province de Lomami, nombreux sont préoccupés de savoir que la prévision pour la Ceni d’enrôler 45 millions de Congolais sera respectée. Et ce n’est qu’après que le fichier sera audité, comme il est de coutume, par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Exiger l’audit de la Ceni, n’est pas une mauvaise chose en soi, mais le conditionner à tout financement conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre, c’est vouloir une chose et son contraire à la fois. Et c’est un comportement qui risque de compliquer l’organisation des élections du reste attendues de tous.

Soulignons que la délégation de la Cenco conduite par son président, Mgr Marcel Utembi, est en mission de plaidoyers depuis lundi à Bruxelles. Le vendredi prochain, la CENCO se rendra à Paris dans le cadre de la même mission de plaidoyer. Cette conférence s’est tenue à l’EurAc qui est une plateforme qui rassemble des organisations membres issues de la société civile de différents pays européens. Ces organisations travaillent sur et dans la région des Grands lacs. Elles soutiennent des organisations de la société civile au Burundi, en République démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda dans leurs efforts de promotion de la paix, de la défense des droits humains et du développement.


L'Avenir
4808 suivent la conversation
33 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
KABILA MOYIBI - 01.10.2017 00:12

Peuple congolais ne nous plaignons pas car nous méritons ce qui nous arrive. Les occidentaux n'y sont pour rien, nous ne savons simplement pas nous prendre en charge pour faire respecter notre constitution.Kanambe et son gouvernement ne respectent rien et nous le people nous ne bougeons pas alors que l'article 64 nous autorise à faire tomber le gouvernement actuel. Si nous ne réagissons pas Kanambe sera là encore 20 ans. Peuple prenons nous en charge et virons tout ce monde!!

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean MUZAMA DONKIMB - 29.09.2017 12:09

Jamais on peut computer à avoir la guérison aux mains des Francsmaçons et Rosecruciens!!! Seul Jésus-Christ EST le redempteur et Sauveur de l'Humanité au Bom de Papa Dialungana KIANGANI! I'll suffit d'y croire!!!

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean MUZAMA DONKIMB - 29.09.2017 12:05

* * * Dans l'Histoire de la R.D. Congo, jamais Les Réunions et Conferences tenues en Villes Occidantales ont resultaient en succès, en moin qu'on soit tous en perte de mémoire pour appuyer ces genres de " Tourisme Médiatisé ". En plus, les Prélats Catholiques sont très loins des réalités âncestrales de LA RD Congo. SANS LA MAIN SPIRITUELLE DE NKAMBA LA RDC CONTINUERA MIEUX SON CHÉMIN VERS LE CHAOS! AVEC LUI TOUT LE CONTINENT AFRICAIN... LES INCRÉDULES SERONT PUNIS PAR LA MAIN PUISSANTE DE DIEU SIMON KIMBANGU!

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 28.09.2017 11:54

Merci Pères Évêques: la justice, rien que la justice.Vous êtes vraiment la voix du pauvre. Vive la théologie de la libération. Vous êtes différents de Marini Bodho.

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
FISTON TANDU - 28.09.2017 11:14

il n'y aura pas le troisième dialogue

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kalulu mukalamushi - 28.09.2017 10:50

LA NOTION DE L'EGLISE AU MILIEU DU VILLAGE EST UNE FAUSSE CONCEPTION QUI N'A AUCUN FONDEMENT BIBLIQUE, L'EGLISE DOIT ETRE DU COTE DE LA JUSTICE. LISEZ LA BIBLE CAS DE JEAN BAPTISTE.DANS LE CAS DU CONGO L'EGLISE DOIT SE LEVER ET AGIR

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kukulu Elombe - 28.09.2017 08:05

nous etions prets a s'occuper de ces malfrants au pouvoir mais a cause de vos tralala de dialogue voila ou nous sommes arrives. il faut combien de dialogues finallement pour respecter la constitution de ce pays?

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 28.09.2017 04:48

Les eveques, Pas le troisieme dialogue. Comme ce Rwandais Joseph Kabila multiplie des strategies de troisieme dialogue ou d'organiser le referandum pour se maintenir au pouvoir a vie puisqu'il ne va pas organiser les elections. Ou est le plan B que vous avaient dit s'il ne respect pas l'accord du Saint Silvestre? Si Aujourd'hui nous souffrons c'est a cause de vous les eveques qui lui accorde' une annee' mais le peuple congolais allait le chasse' par le soulevement populaire puisqu'on etait pres d'aller dans la rue.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Un Congolais - 27.09.2017 21:26

Comme l'autre compatriote l'a évoqué "si on est pas capable de gérer les poubelles sans l'aide de l'Union Européenne", sanchant la localisation exacte des poubelles. Qu'est ce qu'on peut gérer? Rien du tout. Kabila il faut partir avec ta clique de voleurs fainéants.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Makila ya peuple - 27.09.2017 20:39

Le peuple congolais dit non,non et non pour le fameux troisième dialogue Kabila doit dégagé. Même s'il a détourné des milliards il n'en bénéficiera pas car il n'a pas l’intelligence d'en gérer

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jeremie - 27.09.2017 20:16

Mon cher journaliste de Mediacongo, il est très facile à travers vos écrits de se rendre compte de quel coté vous vous trouvez, en tout cas, pas du coté du peuple qui souffre tant par ce qu'un individu qu'on appelait Mememi maki asuanaka te abundaka te a décidé de prendre tout un peuple en otage. En parlant de souveraineté, qui ne sait pas que des caisses sont saignés pour envoyer des missionnaires à l'étranger et même payer des lobbys pour amener la communauté internationale à fermer les yeux sur vos bavures. De quelle souveraineté parliez vous? si on n'est pas capable de gérer les poubelles dans la ville sans l'UE. Sans la banque mondiale et le FMI, on n'a pas de budget...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Christopher Columbus - 27.09.2017 18:47

Ce gouvernement n'a pas besoin de la CENCO pour être discrédité; il le fait très bien lui-même: promesse de payer les fonctionnaires au taux budgétaire non tenu, incapacité de juguler les grèves qui se multiplient, aucun acte concret posé pour la réalisation des élections, incapable d'obtenir de la CENI qu'elle publie le calendrier électoral etc. Un gouvernement minable dirigé par un minable.

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RMN - 27.09.2017 18:25

soyons très vigilant pur les reste de jours de ce fameux gouvernement sanguinaire.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso - 27.09.2017 18:18

(suite et fin) en des matières qui touchent le domaine politique, quand les droits fondamentaux de la personne ou le salut des âmes l’exigent, en utilisant tous les moyens, et ceux-là seulement, qui sont conformes à l’Évangile et en harmonie avec le bien de tous, selon la diversité des temps et des situations » Aux yeux des pères conciliaires, la défense des « droits fondamentaux de la personne » fait donc partie de la mission de l’Église au même titre que ce qui concerne le « salut des âmes ».

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso - 27.09.2017 18:13

L'église au milieu du village encore une ânerie des Kabilistes répétés par des Congolais:Concernant le champ de compétence de l’Église : sort-elle de sa mission propre lorsqu’Elle s’exprime sur des situations, des événements qui touchent de près au domaine politique ?La réponse, pour l’essentiel, est donnée par le Concile Vatican II dans Gaudium et spes, notamment dans ces lignes : « Il est juste que l’Église puisse partout et toujours prêcher la foi avec une authentique liberté, enseigner sa doctrine sur la société, accomplir sans entraves sa mission parmi les hommes, porter un jugement moral, même en des matières qui touchent le domaine politique, quand les...

Non 0
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Dino 316 - 27.09.2017 18:11

Où est le problème, quand il prend le pouvoir en 2001,il ne savait même pas ce quoi un compte en banque, aujourd'hui, c' lui le milliardaire numero 1 en Rdc,cette dernière qu'il a pillée l'a enrichi, que va t-il regreter ? ce sont les autres qui le persaudent de ne plus partir,aujourd'hui tous les moyens sont bons pourvu qu'il nous laisse le pays même à ce niveau là. Que Dieu bénise tout sacrifice destiné à libérer la Rdc,qu'il bénise d'avantge la Cenco.

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kanhambe nous trouble - 27.09.2017 18:03

VOILA L'EGLISE INCORRUPTIBLE QUI NE CRAINT PAS KABILA, QUI LUTTE POUR LES ENFANTS DE DIEUS.... IL FAUT COINCER LE MALIN KABILA DE TOUS LES COTES, NE PAS LUI LAISSEZ MEME UN PETIT ISSUE DE SORTIE. UN KABILA QUI SE CROIT DIEU DE LA RDC, IL FAUT L'ATTRAPER PAR LA MAIN POUR QU'IL PAIE DE SES GRANDS CRIMES. SES JOURS SONT A COMPTER ET SA DERNIÈRE DEMEURE C'EST LA CPI.

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bosolo - 27.09.2017 17:55

Ce n'est plus un secret de polichinelle, nous savons déjà que c'est avec arme à la main qu'il ( Mwana vea) terrorise ses vassaux pour qu'il l'aide à rester président à vie coûte que coûte .Mais parmi eux, un se rendra bien compte de l'esclavage dans lequel il se trouve et n'hésitera pas à l'abattre à bout portant.

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RW - 27.09.2017 17:42

3 ème dialogue nous sert à rien

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Manu - 27.09.2017 17:30

Pourquoi un 3e Dialogue, lorsqu'on n'a pas les possibilités d'avancer normalement avec le RASSOP afin d'organiser les élections présidentielles et législatives d'ici le 31 décembre 2017 pour une alternance démocratique en RDC.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TJB - 27.09.2017 17:19

La Cenco n'a pas empêché Mobutu de faire 32 ans de pouvoir,Kabila tient toujours ses promesses,il avait promis une nouvelle constitution et des élections au Congo,ça a été réalisé deux fois.Il a dit qu'il ne changerait pas la constitution,la MP dans les accords de l'OUA et de la Saint Sylverstre a acté le fait qu'il n'y aurait pas de référendum,donc Kabila ne peut plus et ne se représentera pas.Le prochain président fera la remise reprise avec Kabila,préparez vous comme je n'arrête de le dire,ces élections vont arrivées plus vite que vous ne le pensez.Préparez vous,ne soyez pas en ordre dispersé.

Non 9
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Course au pouvoir - 27.09.2017 17:16

Mediacongo, tu es de quel cote'? encore un troisieme dialogue? pour que fatshi devienne le premier ministre? Tika biso makambo wana. Nous n'attendons plus que les elections au mois d'avril prochain ou mai. C'est mieux qu' une transition de 2 ans C'est trop. Tika biso tolembi. Fatshi doit se battre pour les elections transparentes c'est tout. Pas vouloir venir au pouvoir par les negotiations et les combines.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
MWIN MANGAND - 27.09.2017 17:10

PAS QUESTION DU 3è DIALOGUE, D'ABORD LE BILAN DU 2è ET EN SUITE LE DEPART DE KABILA ET SON EQUIPE...MON SANG VA COULER CETTE FOIS-CI

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Cocotte - 27.09.2017 17:05

Triste vraiment! Nous sommes tous que le problème n'est pas au niveau de la CENCO mais la tête même de l’exécutif à savoir Mr Kabila. Plutôt que de pointer le doigt sur la CENCO, parlons du vrai problème, hypocrite que vous êtes, vous parlez de la CENCO. Parlez premièrement de celui qui viol et ne respect pas ses paroles alors là nous commencerons à changer. De plus, pensez vous que Mr Kabila est le seul à avoir un cerveau capable de piloter le CONGO? Désolé, en 17 ans faites le bilan... une phrase: C'est triste!!!!

Non 0
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
zemira - 27.09.2017 17:01

Albert Ilunga, si tu es congolais, moi je suis Congolais. Quel niveau d'études peux-tu revendiquer ? Tu ne connais pas la force de la CNECO. Quand tu le réaliseras, il sera déjà trop tard.

Non 1
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Apathisme Michel - 27.09.2017 17:01

pas question au 3è dialogue .vive la cenco

Non 0
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! - 27.09.2017 16:57

PLUS COHÉRENTE QUE LA CENCO DEPUIS AVANT L'INDÉPENDANCE ET SURTOUT APRÈS L'INDÉPENDANCE IL Y A N'EN PAS EN RDC: TENEZ: 1. QUAND IL ÉTAIT RENDU À L'APOGÉE DE SON POUVOIR AU DÉBUT 70, MOBUTU S'EST VU RAMASSÉ PAR LA CENCO ALORS QU'IL REMPLAÇAIT PRATIQUEMENT DIEU POUR LES MOBUTISTES! 2. FIN 80 MOBUTU S'EST VU CONTRAINT À S'ASSEOIR AVEC LES AUTRES FORCES VIVES DU ZAIRE AFIN DE NÉGOCIER LA DÉMOCRATIE! 3. MILIEU 90 MOBUTU ÉTAIT CONTRAINT DE QUITTER LE ZAIRE, PARCE QUE LA PRÊCHE DE LA CENCO AVAIT PRÉPARÉ L'OPINION À NE PLUS SOUTENIR L'ÉLIMINATEUR DU PEUPLE(CE N'EST PAS AFDL QUI A FAIT FUIR MOBUTU, MAIS LE TERRAIN PRÉPARÉ PAR LA CENCO LUI A FACILITÉ LA TÂCHE DE LE FAIRE...

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
commando mudjaidjine - 27.09.2017 16:56

anonyme merci pour ton intervention c'est riche. au cas ou il s'en tete de partir le 31 decembre, il sera surpris de savoir ou est ce que les kinois ont pu trouver les armes lourds.....

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Elie Du Jardin - 27.09.2017 16:53

L'Eglise au milieu du village est devenue au coin du village. C'est honteux et malheureux pour cette Eglise en laquelle nombreux congolais dont moi-même croyons. L'on se pose la question de savoir ce n'est pas un parti politique cette CENCO? Voilà pourquoi elle se vide de ses chrétiens.

Non 19
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VENT - 27.09.2017 16:48

Le TRÈS HAUT: EL SHADDAÏ vous envoie son Ange pour votre sécurité auprès des tierces car le démarche que vous entraîner obtient une solution aux profils des Congolais

Non 1
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
florent - 27.09.2017 16:45

kabila doit partir

Non 0
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Albert Ilunga - 27.09.2017 16:32

Un travail de sape des Évêques catholiques qui voudraient voir le sang des congolais couler dans une anarchie organisée par eux-mêmes.

Non 32
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 27.09.2017 16:31

On ne peut pas continuer à tromper la population!Kanambe n'est pas un homme qui tient ses promesses! Il a violé la constitution qu'il a promis de respecter et de faire respecter! Sa place n'est plus en RDC après fin décembre 17.Le peuple est fatigué des dialogues stériles et infini. Le temps est révolu. Kanambe au rwanda puis à la CPI point barre.

Non 2
Oui 24
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Election : le député Kiakwama propose à Kabila de démissionner ou d'avoir un esprit d'ouverture

Politique ..,

Elections en 2019 : « Une déclaration de guerre au peuple congolais », selon Félix Tshisekedi

Politique ..,

Crise en RDC : l'ONU s'inquiète des défis persistants pour la mise en œuvre de l'Accord du 31...

Politique ..,

Renier Nijskens : en RDC, la démocratie est en crise faute d'élections

Diaspora ..,