mediacongo.net - Actualités - Bientôt un implant cérébral pour améliorer la mémoire ?

Retour Science & env.

Bientôt un implant cérébral pour améliorer la mémoire ?

Bientôt un implant cérébral pour améliorer la mémoire ? 2017-12-04
MC Geek !
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/12-decembre/4-10/cerveau_17_0003.jpg -

Des neurologues américains ont mis au point un dispositif de stimulation électrique du cerveau qui permettrait d'en augmenter les capacités de mémorisation de près de 30%. Cet implant neuronal pourrait aussi permettre de soigner certaines pathologies, comme la maladie d'Alzheimer.

"J'ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien...", chantait en 1963 la regrettée Jeanne Moreau. Cinquante-quatre ans plus tard, en 2017, une innovation technologique inédite pourrait bien mettre un terme à ce type de complaintes.

Une équipe scientifique de l'Université de Californie du Sud (USC) aux États-Unis vient en effet de tester avec succès un dispositif capable de doper les performances du cerveau : un implant neuronal. À la clé, une amélioration de près de 30% des capacités de mémorisation.

Pour mettre en place leurs expérimentations, les neurologues ont fait appel à un panel de patients épileptiques, déjà promis à une opération du cerveau destinée à traiter leur pathologie. Les médecins ont profité de l'intervention pour insérer des électrodes supplémentaires dans une zone particulière du cerveau, dédiée à la mémoire : l'hippocampe.

Enregistrer et reproduire

Une fois implanté, le dispositif a dans un premier temps permis aux neurologues d'enregistrer les signaux électriques émis par les neurones lors du processus de mémorisation. Alors qu'ils sollicitaient la mémoire des cobayes par divers exercices, les scientifiques ont enregistré la forme exacte du signal et sont parvenus à identifier précisément chacune des zones du cerveau actives lors de ces tests.

Il ne restait plus alors qu'à tenter la démarche inverse : injecter dans les mêmes zones du cerveau un signal similaire à celui qu'il émet lors des tâches de mémorisation, afin d'en décupler les performances. Et la tentative ne fut pas vaine. La stimulation cérébrale des patients par un signal électrique similaire à celui de leurs propres neurones a en effet révélé une augmentation de leurs capacités de mémorisation de 15% à 30%.

Plus précisément, elle aurait conduit à une amélioration d'environ 15% de la mémoire à court-terme et d'environ 25% de la mémoire de travail. En revanche, quand les chercheurs ont stimulél cerveau de façon aléatoire, les performances ont diminué. "Nous sommes en passe d'écrire le code neuronal pour améliorer le fonctionnement de la mémoire", s'est enthousiasmé pour The New Scientist, Dong Song, professeur en ingénierie biomédicale à l'USC.

Des espoirs et des craintes

Selon le chercheur qui a présenté les travaux lors d'une réunion de la Society for Neuroscience, "cela n'a jamais été réalisé auparavant". Ainsi, les perspectives offertes par le développement de tels dispositifs de stimulation cérébrale semblent prometteuses. Ce type d'implant pourrait, à l'avenir, contribuer aux traitements des troubles de la mémoire et de pathologies cognitives en pleine recrudescence comme la maladie d'Alzheimer.

Au-delà des soins, la stimulation électrique des neurones pourrait aussi un jour permettre de décupler les performances du cerveau humain. Des start-up font d'ailleurs leur apparition dans ce domaine, comme celle de Bryan Johnson. L'entrepreneur vient en effet d'investir cent millions de dollars dans un projet baptisé Kernel, qui vise à créer une prothèse "d'augmentation cérébrale".

Mais ces perspectives ne sont pas sans poser des problèmes éthiques. Des chercheurs viennent de lancer un appel pour l'établissement de règles autour des dispositifs d'amélioration de l'humain. "Nous voulons simplement nous assurer que ces nouvelles technologies, qui sont si excitantes, et qui pourraient révolutionner nos vies, seront utilisées pour le bien de l'humanité", a expliqué le neurologue Rafael Yuste, à l'origine de cet appel à la prudence.

Sous contrôle et utilisée à bon escient, la technologie pourrait, sans doute, faire oublier les pertes de mémoire et ne faire de la maladie d'Alzheimer, principale cause de démence à travers le monde, qu'un lointain souvenir : "J'ai la mémoire qui flanche..." reléguée aux oubliettes.


Gent Side
164 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : C’est prouvé : vous ne pouvez pas avoir plus de 150 « vrais » amis sur Facebook
left
ARTICLE Précédent : Une Firme suisse compte s’impliquer dans la construction des parcs publics en RDC