mediacongo.net - Publireportage - RDC & Doing Business: Nouveau classement ? Pas réellement !

Retour PUBLIREPORTAGE : Chroniques & Analyses

RDC & Doing Business: Nouveau classement ? Pas réellement !

RDC & Doing Business: Nouveau classement ? Pas réellement !
Chroniques & Analyses

Selon Doing Business, la République Démocratique du Congo est 183ème sur 189 pays cotés en 2014, c’est-à-dire à la même position qu’en 2013. Cependant, c’est la qualité interne de ce classement qui a changé.
Des progrès ont été faits sur la Protection des investisseurs… la RDC gagne 9 places, et sur l’Obtention de crédits… la RDC grimpe de 18 places. Si ces deux items ont fortement progressé, un troisième a baissé. La Création d’entreprises perd 34 places et tombe à la 185ème position sur 189 pays observés.

D’où vient la chute ?

Il faut en moyenne 11 procédures, 31 jours, 200% du revenu par habitant pour créer une entreprise et 909% du revenu par habitant pour constituer le capital social minimum de ladite entreprise. C’est beaucoup plus qu’en Afrique sub-saharienne où ces chiffres sont de 9 (procédures), 29 (délais d’ouverture), 67% (frais de création) 126% (capital minimum).
Converti en pièces sonnantes et trébuchantes, cela signifie qu’avec un revenu moyen de 220 USD, il faut à un entrepreneur congolais presque 2 440 USD pour créer une entreprise en RDC contre 429 USD en Afrique sub-saharienne, soit 5,7 fois plus.

Et les bonds en avant ?

Le travail de long terme sur le Climat des affaires en RDC se poursuit, mais le chemin est encore long. Il reste 147 marches à monter avant d’être sur le podium. Quant aux crédits, les banques, passées à l’offensive depuis quelques années, voient leurs efforts commerciaux récompensés. Davantage de banques pour davantage de comptes de dépôts et par conséquent la possibilité pour le système bancaire de proposer des crédits.

Alors, quid de notre développement ?

Quelques ingrédients doivent entrer dans l’ADN économique de notre pays.  Investir pour produire, vendre et faire suffisamment de bénéfices pour réinvestir. Le tout dans un cercle vertueux de circulation de l’argent à des fins de production comme de consommation.
Il faut naturellement pouvoir agir dans un Etat qui facilite l’entrepreneuriat et compter sur des partenaires bancaires et financiers dans la durée. Fiabilité, efficacité, confiance, voici ce que disent de Standard Bank ses clients, entrepreneurs et co-développeurs de notre pays. C’est un ingrédient crucial dans la recette, à stabiliser, du futur miracle congolais.


right
ARTICLE SUIVANT : « L’Afrique du Sud se voit renversée par le Nigeria »
left
ARTICLE Précédent : Ressources africaines ? Malédiction ou opportunité ?