mediacongo.net - Publireportage - Canada : Succès garanti pour Crocoville la nouvelle pièce d’Ally Ntumba 
Retour PUBLIREPORTAGE : Talents

Canada : Succès garanti pour Crocoville la nouvelle pièce d’Ally Ntumba

Canada : Succès garanti pour Crocoville la nouvelle pièce d’Ally Ntumba
Talents

Après le triomphe incontestable de CongoDrama en 2009-2010 (tragédie mettant en scène les drames et histoires des membres de la communauté congolaise), Ally Ntumba revient en force avec un tout nouveau spectacle. Il faut dire que, depuis lors, le metteur en scène n’a pas chômé! Professeur à temps partiel de théâtre et développement à l’Université Concordia à Montréal, auteur d’une nouvelle pièce Goma, l’enfant prodigue en 2012, le directeur artistique, qui est aussi comédien, a enchaîné les projets. Et les nombreux échos positifs à l’égard de ses œuvres viennent confirmer son hyper activisme. Ainsi, pendant que les critiques favorables vont bon train, Ally Ntumba, lui, ne s’arrête pas de travailler! D’ailleurs, c’est en un mois à peine, qu’il a rédigé Crocoville, son prochain spectacle dont la Première est prévue pour le 28 juin 2013.  

Bienvenue à Crocoville!

Présentement, en pleine répétition, Ally Ntumba  accepte de nous entrouvrir les portes de Crocoville. Pour nous, il fait une exception car les humains n’y sont normalement pas acceptés. Crocoville c’est une histoire qui se déroule à l’aube du chaos quand l’entièreté des réserves de la planète a été épuisée. Dans ce contexte apocalyptique, tous  les animaux tentent de s’enfuir  vers la seule rivière qui n’a pas encore été asséchée et qui est dirigée par des crocodiles. C’est dans ce contexte que, Marabout immigre à Crocoville avec sa fille Fifa et sa femelle, la magnifique Wazo. Cette dernière est déjà convoitée par Crocodur, le mandataire en chef du Grandcroco qui arrive après maintes subterfuges, à expulser le mâle et à placer la petite dans une famille de cailles, dans le seul but d'isoler la femelle afin de la rendre malléable et flexible à ses avances. Mais une femelle privée de son bien-aimé mâle et de sa petite chérie est-elle toujours une proie facile? Le spectacle nous le dira… Attention, toute ressemblance avec des personnes réelles ou ayant existé n’est pas du tout fortuite car les animaux sont censés représenter des archétypes humains. Une allégorie qui n’est pas sans rappeler La ferme des animaux d’Orson Welles mais avec la touche d’Ally Ntumba en prime! Autrement dit des chants, de la danse, un métissage culturel et un message percutant « Au travers de Crocoville, je rends hommage à la femme en générale qui subit tant d’oppressions. Il n’y a qu’elle qui puisse nous sauver, si on la libère on pourra libérer notre société. Il s’agit vraiment d’une fable animalière par laquelle je salue vivement la gente féminine » confie Ally Ntumba.   

Cette fois encore, l’auteur n’a pas lésiné sur les moyens puisque ce n’est pas moins de 18 comédiens qui se partagent la scène de ce grand spectacle qui promet d’être grandiose. Et à ses côtés, Beya Tshibuabua, une valeur sûre, en assure la direction musicale. Cette tragi-comédie parfois sombre, souvent poignante et interpellant a donc, pour fond de toile, un combat social bien tangible : la libération de la femme. Cependant, limiter Crocoville à cet unique dessein serait réducteur. En effet, l’aspect « protection et sauvegarde de la planète » est également omniprésent.
«  Étant donné que la femme symbolise aussi la terre, quiconque détruit la terre, détruit la femme » martèle du point le dramaturge. Un beau clin d’œil à Charles Aznavour, grand défenseur de la planète et un hymne à toutes les associations et citoyens de par le monde qui luttent pour la sauvegarde de la terre.

Des comédiens aux multiples facettes

« Pour moi, le théâtre est un excellent moyen de faire passer des idées. Dans cette pièce, il y a un appel à la cohabitation pacifique entre tous les êtres » entame Félix, jeune comédien qui  joue pour la première fois et Christine de surenchérir « J’appuie les valeurs soulevées ici et par-dessus tout, les contacts entre les acteurs sont très enrichissants. Dans Crocoville, on n’est pas juste en train de jouer, on s’imprègne des personnages. C’est cela qui  donne la magie du spectacle » conclue la jeune femme dans un sourire.

D’ailleurs, il est l’heure de répéter, les comédiens commencent par un petit entraînement dans les règles de l’art : étirement, échauffement des cordes vocales, gymnastique, acrobatie,…Tous les moyens sont bons pour s’imprégner totalement des rôles impartis. Soudain, le silence se fait, Ally Ntumba lance le signal et les acteurs prennent leur repère scénique. Voilà que ceux-ci sont devenus oiseaux pour les uns et crocodiles pour les autres. Nous sommes dans  le nœud de la pièce, comme dans les tragédies grecques, et le metteur en scène prodigue les derniers conseils avant de lancer la première réplique. En une fraction de seconde, l’atmosphère devient lugubre et nous sommes transportés dans cette jungle. Les acteurs, dont les interprétations sont impressionnantes, jouent inlassablement leur texte entrecoupés par les commentaires du dramaturge « Nous jouons comme nous chantons, il faut que ça s’agence, le texte doit couler et s’imbriquer naturellement » s’exclame t-il! Quelques minutes plus tard, un fou-rire retentit sur une réplique bafouée ce qui donne lieu à une scène des plus cocasses. Ici, peut-être plus qu’ailleurs, le rire est communicatif et libérateur. Avec un tel cocktail, Crocoville promet bel et bien d’être explosif!


Pour plus d’informations : ntumbaally@hotmail.com

 

 


right
ARTICLE SUIVANT : Marco Aimba, le savoir-faire au bout des doigts
left
ARTICLE Précédent : Tshoper Kabambi : « Je salue les efforts de ceux qui n’abandonnent pas !»