mediacongo.net - Publireportage - Lutte contre les changements climatiques : une nouvelle dynamique se met en place en RDC dans le cadre de la REDD+ 
Retour PUBLIREPORTAGE : Initiatives

Lutte contre les changements climatiques : une nouvelle dynamique se met en place en RDC dans le cadre de la REDD+

Lutte contre les changements climatiques : une nouvelle dynamique se met en place en RDC dans le cadre de la REDD+
Initiatives

Fidèle à ses engagements en matière des efforts visant à lutter contre le réchauffement de la planète, la RDC a signé, tout comme plus de 130 autres gouvernements, compagnies et organisations de la société civile, la « déclaration sur les forêts » qui a sanctionné, fin septembre, à New York, le sommet de l’ONU sur le climat. Convoqué par le Secrétaire Général des Nations Unies pour trouver les voies et moyens de préserver l’environnement et lutter contre les changements climatiques, ce sommet a eu lieu alors qu’au pays, une nouvelle dynamique se mettait en place dans le cadre de la mise en œuvre du processus REDD+.

Cet allant s’est traduit par la tenue de deux importants forums organisés par le Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme, par le biais de la Coordination Nationale REDD (CN-REDD), en vue d’imprimer une nouvelle dynamique à la mise en œuvre du processus REDD+ qui vise la réduction des émissions de gaz à effet de serre liées à la déforestation et à la dégradation des forêts. Il s’agit de la 3ème édition de l’Université Internationale REDD+ de Kinshasa et la 1ère réunion de Haut Niveau des Secrétaires Généraux de l’Administration Publique pour l’intégration de la REDD+ dans les politiques et programmes sectoriels.

C’est depuis 2009 que la RDC met en œuvre, avec l’appui du Fonds de Partenariat du Carbone Forestier (FCPF) de la Banque Mondiale et le Programme ONU-REDD, ce processus visant à doter le pays d’une infrastructure lui permettant d’être prêt à recevoir des compensations financières, basées sur des actions concrètes d’atténuations climatiques de réductions d’émissions provenant de la déforestation et de la dégradation forestière. Ce processus, a rappelé le Ministre de l’Environnement, à l’ouverture, début septembre, à Kinshasa, de la 3ème édition de l’Université Internationale de la REDD+, est en phase avec la vision gouvernementale d’assurer un développement économique et social du pays à faible carbone à l’horizon 2035. 

Mobilisation tous azimuts

La participation de six membres du gouvernement à ce forum d’échanges et de partage d’expériences, aux côtés de près de 300 autres participants provenant d’horizons divers, atteste d’une volonté d’appropriation au plus haut niveau du processus. Il s’agissait des Ministres de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme ; du Ministre des Affaires Foncières, du Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel ; du Ministre des Ressources hydrauliques et électricité ; du Ministre de l’Aménagement du Territoire, Urbanisme et Habitat, Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction ainsi que du Ministre de l’Agriculture et Développement Rural. Cette mobilisation a été saluée par la Banque Mondiale dont le représentant, Jean-Christophe Carret, a réaffirmé l’engagement de l’institution à accompagner la RDC en contribuant à la mobilisation des financements nécessaires et réitéré le vœu de voir le pays « faire de la REDD+ un levier de réduction de la pauvreté et de prospérité partagée ».

Résolutions clés

Les acteurs de la société civile, les opérateurs du secteur privé, les représentants des communautés locales et des peuples autochtones ainsi que les délégués du monde scientifique qui ont également pris à ce forum ont formulé le vœu de voir cette dynamique être portée au niveau local. Ce qui explique la tenue de deux Universités provinciales de la REDD+ en 2015, une en Province Orientale et une autre dans la Province du Kasaï Oriental, en soutien à la 4ème édition de l’Université Internationale REDD+ qui sera organisée à Kinshasa. Le même allant a été observé, quelques jours plus tard, avec la présence de 7 membres du Gouvernement, lors de la 1ère réunion de Haut Niveau des Secrétaires Généraux de l’administration publique pour l’intégration de la REDD+ dans les politiques et programmes sectoriels, organisée les 16 et 17 septembre 2014. Les participants ont décidé de mettre en place un cadre de concertation pour une harmonisation de différents textes et adopté une feuille de route des actions devant aboutir à l’intégration effective de la REDD+ dans les politiques et programmes sectoriels. Il s’agit notamment de la création de la Commission ad hoc chargée d'examiner les modalités de fonctionnement du Comité technique de concertation permanente des Secrétaires Généraux, de la désignation officielle des experts pour participer aux travaux de Groupes de Coordination Thématiques.

Rappelons que dans le cadre de son appui au processus REDD+, la Banque mondiale a déjà engagé plus de 8 millions de dollars américains afin de doter la RDC des prérequis techniques et institutionnels pour participer aux mécanismes de marché du carbone forestier.


Photo de famille à l'ouverture de la Réunion de Haut Niveau

 


right
ARTICLE SUIVANT : Projet Makala, le troisième comité de pilotage tenu à Kinshasa.
left
ARTICLE Précédent : RDC-PNEF : moblilisation sur l'éducation financière à travers le service d'appel 155