mediacongo.net - Publireportage - Sur les traces de Robert MUTONDO MBAYO : « Mon métier, c’est ma passion »

Retour PUBLIREPORTAGE : Stratégies

Sur les traces de Robert MUTONDO MBAYO : « Mon métier, c’est ma passion »

Sur les traces de Robert MUTONDO MBAYO : « Mon métier, c’est ma passion »
Stratégies

Depuis son jeune âge, MUTONDO MBAYO a toujours convoité le métier d’avocat. Comme qui veut aller loin ménage sa monture, il s’est rué aux humanités littéraires pour avoir les « pré requis » afin de nourrir ses prédispositions. Son penchant pour la littérature a beaucoup joué en sa faveur. Aujourd’hui, le résultat est palpable. Depuis 8 ans, il est  avocat près la Cour de Kinshasa-Gombe après avoir obtenu son diplôme en Droit public international à l’Université de Kinshasa. Plus qu’il en faut, c’est un « Caïman », il a son propre cabinet.

C’est dans une journée de plus ordinaire de Kinshasa, que nous découvrons Maitre MUTONDO MBAYO sur son lieu de travail, à Gombe.

Sur son bureau, un tas de dossiers. Les uns en cours  et d’autres bien rangés. Disposition qui dénote le souci du travail et pas de moindre, du travail bien fait. Plutôt ragaillardi par son  statut, confortablement assis dans son fauteuil, il n’a pas hésité à s’ouvrir à nous en ce qui lui concerne. « Le droit c’est ma passion, il fait partie de moi. Si je fais ce métier, c’est pour avoir une possibilité de rencontrer du monde et en aider d’autres. Le goût seul pour les lettres n’a pas suffi.  Ma personnalité et ma force de persuasion ont stimulé et influencé ce choix. Un choix, que je ne regrette pas, pour la simple raison que le droit fait partie de moi ». C’est ainsi que tous les jours qui passent, il s’attèle à répandre cette culture de travail bien fait autour de lui. Son crédo : « A travail égal, salaire égal. » N’occupant pas de poste de décision au sein du pays, cette culture du travail, il la partage, soit dit en passant, et loin d’être un pionnier, il évoque le développement comme étant un facteur endogène : il faut que ça commence quelque part. Il connait cet état des choses et se dit être déterminé plus que jamais. Car étant fils du terroir, pour Me MUTONDO MBAYO, les difficultés sont une chose inévitable dans la vie d’une personne, l’essentiel dans toutes circonstances est de pouvoir croire à nouveau, rebrousser chemin s’il le faut tout en gardant l’esprit clair pour mieux entrevoir sa destinée.

Rencontre avec l’inconnu

 Après ses adieux à la colline inspirée (Université de Kinshasa), Me MUTONDO MBAYO est passé par des professions qui n’ont pas cadré avec sa spécialisation. En universitaire, il a su se défendre et donner le meilleur de lui-même. Du Groupe Alimentaire congolais « GALCO sprl », où il a travaillé avant sa dissolution en 1998 après l’entrée de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL), il intègre PETRAC, une société pétrolière congolaise, au poste de Directeur d’exploitation, pour ensuite atterrir à Congo Matériaux comme numéro 2 de la Boîte. Chemin faisant, il a posé les jalons de son métier pour une expertise à coup sûr. Pour lui, ces passages dans ces différentes entreprises sont une formation qui l’a rapproché de son objectif. Car c’est en empruntant le chemin de traverse qu’on ne peut que s’éloigner de son objectif… il n’y a pas de raccourci vers le bonheur.

Parcours réussi. Il prête son premier serment le 22 février 2005 pour figurer sur la liste des avocats stagiaires et fait son entrée au barreau de la Gombe où il y preste jusqu’à ce jour. La même  année, la providence l’escortant, il réalise un de ses rêves, celui de posséder un cabinet. Une aubaine de recruter de jeunes à qui il apprendra non seulement le métier mais aussi des valeurs. « Mon soucis est qu’un plus grand nombre aspire à l’action gouvernementale. »

Sa famille est son havre de paix. « C’est en me focalisant sur ma famille que je peux faire mieux. La consistance d’une famille renvoie à la grandeur d’une nation. N’est-ce pas qu’elle est la cellule de base d’une nation ?».
« SALUS POPULI SUPREMA LEX » disaient les latins pour affirmer que le salut du peuple c’est la loi suprême.

Me Robert  MUTONDO MBAYO croit fermement en un avenir radieux de la République démocratique du Congo où le peuple se sentira effectivement libre et comblé.

Contact de Me Robert  MUTONDO MBAYO:
robertmut@yahoo.fr

 

 


right
ARTICLE SUIVANT : Juste un pas de l’informatique à l’agroalimentaire, « le Congo a besoin de ses fils pour se développer » avance Yves Bungudi Bitafu
left
ARTICLE Précédent : Gagnante du prix UNFPA-RDC 2012, Solange Kwale Mpembele : « La dépénalisation des délits de presse permettra aux journalistes de faire du bon travail »