mediacongo.net - Publireportage - Médias, acteurs clés pour la vulgarisation de la réforme de l’Administration publique 
Retour PUBLIREPORTAGE : Echos des entreprises

Médias, acteurs clés pour la vulgarisation de la réforme de l’Administration publique

Médias, acteurs clés pour la vulgarisation de la réforme de l’Administration publique 2018-02-14
Echos des entreprises

Panacée pour l’émergence de la République démocratique du Congo (RDC), son appropriation par sa population demeure la préoccupation majeure du Projet de réforme et rajeunissement de l’Administration publique (PRRAP). D’où, outiller les professionnels des médias en tant que relai s’avère une nécessité pour leur permettre à pouvoir communiquer de manière efficace sur la réforme de l’Administration publique.

À l’image du ministre d’Etat, ministre de la Fonction publique, « il est important de toucher toutes les sensibilités de la Réforme qui est un processus dans la mesure où toute réforme suscite des résistances issues de la peur de l’inconnu, des habitudes… seule la bonne information permettra à la population mieux encore aux concernés de s’approprier cette réforme qui est une nécessité ».

Il l’a dit au cours de l’atelier d’informations avec les professionnels des médias ce lundi 12 février à Kinshasa. Atelier qui a tourné autour de six axes, à savoir : Pilotage et dialogue : soutien à la mise en œuvre du Projet de réforme et rajeunissement de l’Administration publique ; Promotion de Sécurité sociale et mise en œuvre de la retraite ; Mise en œuvre du programme JPO ; Formation et renforcement des capacités ; Tableau de bord de suivi des indicateurs du projet et enfin, Mise en œuvre de la décentralisation administrative et sectorielle.

Pourquoi une réforme de l’Administration publique ?

Selon le coordonnateur national a.i du PRRAP, Jean-Paul Mabaya, le vieillissement poussé du personnel de l’administration publique à plus de 35% éligible à la retraite a créé une érosion de confiance des citoyens vis-à-vis de l’Etat quant à sa capacité de délivrer des services publics de qualité sensibles aux préoccupations.

Renforcer l’efficacité de l’Etat est une priorité. Car le contexte-pays a démontré que le développement est freiné par la faiblesse de l’Etat ; la réforme et modernisation sont un passage obligé vers l’émergence.

D’où le rajeunissement de l’Administration publique aux niveaux central et provincial à travers les cinq ministères assumant les fonctions transversales de base que sont les ministères du Budget, du Plan, de la Fonction publique et celui du Portefeuille.

Pour y arriver, la mise en retraite devient une préoccupation majeure et suscite des préoccupations quant aux mécanismes de prise en charge.

La création de la Caisse nationale de sécurité sociale des agents publics de l’Etat (CNSSAP) par le décret numéro 15/031 du 14 décembre 2015 placée sous la tutelle du ministère de la Fonction publique est la réponse pour palier ce souci.

Elle a pour mission : offrir aux agents de carrière des services publics de l’Etat et à leurs familles des prestations des services de sécurité sociale sur la base des cotisations recouvrées auprès des employés (3%) et l’Etat employeur (6%).

A ce jour, plus de 166.000 cotisants paient leurs cotisations à la Caisse nationale de sécurité sociale des agents publics de l’Etat (CNSSAP). Ce qui conforte en partie cette caisse de l’Etat qui a retenu ses premières cotisations en octobre 2017 et paie déjà la pension à 300 retraités, un chiffre qui pourrait doubler d’ici fin février eu égard au nombre de dossiers  d’ouverture de droit à la pension reçus, a fait savoir le chargé de mission, M. Tombola qui, toutefois estime judicieux de voter une nouvelle loi générale en vue d’élargir le financement à l’ensemble des services publics (police, armée, etc.).

g.à d. le chargé de missions de la CNSSAP, M. Tombola et le coordonnateur national a.i du PRRAP, Jean-Paul Mabaya

L’extension des activités en provinces pour une proximité avec les concernés et la dotation d’un nouveau bâtiment à la CNSSAP, entre autres, sont les perspectives pour l’année 2018, a renseigné M. Tombola.

L’intervention de différents programmes tels que JPO (formation des jeunes professionnels) pour la relève assurée est une plateforme qui prépare les jeunes professionnels à prester pour des résultats efficaces.

Comme l’a souligné le chargé de rajeunissement et suivi des jeunes professionnels, Job Muhindo, il faut les conscientiser, les préparer sur les défis qui les attendent en vue de stabiliser le programme et dynamiser les stratégies des structures.

Et le Secrétariat national de renforcement des capacités (Senarec), en tant que guichet unique de renforcement des capacités, suit le JPO pour leur intégration au sein de l’Administration publique et de l’autre côté assure la formation des retraités à l’entreprenariat.

Coordonnateur du Senarec, Constant Koko Mudekereza relève pourtant quelques défis liés au renforcement de la cellule contrôle-qualité, à la mise en place des activités à résultats rapides (ARR) et extension des réseaux de coaches en plus de l’extension des bureaux (huit actuellement) à travers les vingt-six provinces issues de la décentralisation.

La RDC, une méga nation, se devait de restituer la république aux citoyens pour une bonne gestion afin d’atteindre le niveau de pays à revenus intermédiaires. D’où, la décentralisation, l’éclatement des onze anciennes provinces en vingt-six actuelles.

La décentralisation administrative et sectorielle a créé un besoin, celui du personnel et, cependant, connait des défis entre autres déficit d’informations et processus de transfert des compétences, évoqués par l’expert Norbert Yambayamba Shuku.

Une plateforme d’informations pour mesurer l’impact de la réforme est disponible dans le cadre du principe de redevabilité. Ce pilier notons-le, s’emploie à renforcer l’expression, l’écoute et les capacités des réponses aux feedbacks des citoyens sur www.dashboard-rdc.org selon le consultant international Jules Dumas.


mediacongo.net
right
ARTICLE SUIVANT : Améliorer l’image de l’office, telle est l’ambition de la nouvelle équipe à la tête de l’Ogefrem
left
ARTICLE Précédent : Marketing Days à l’Université Nouveaux Horizons