mediacongo.net - 

 

Kinshasa le 1ernovembre 2017

 

Appel à projets

Dans le cadre du Programme de Microfinancement du Fonds pour l’Environnement Mondial(PMF) : Novembre2017- Juin 2018

Cibles : Communautés locales propriétaires des écosystèmes menacés de dégradation ONG et OCBen appui aux initiatives des communautés locales

 

Le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) est un organisme financier indépendant qui accorde des aides financières aux pays en développement et aux pays pouvant bénéficier de ses financements afin de réaliser des projets porteurs de retombées positives pour l’environnement mondial. Il apporte son concours à l’exécution de projets concernant la diversité biologique, les changements climatiques, les eaux internationales, la dégradation des sols, la couche d’ozone et les polluants organiques persistants. Ces projets servent de trait d’union entre les enjeux environnementaux locaux, nationaux et mondiaux, tout en favorisant la promotion de moyens d’existence viables. Le FEM est le mécanisme financier désigné de la Convention sur la diversité biologique (CDB), de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP), et fait également office de mécanisme financier de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD).

Le Programme de Microfinancements du FEM a pour objet de relever les défis de la protection de l’environnement mondial en finançant les initiatives des organisations locales et les stratégies de proximité mises en œuvre par les OSC. Il apporte son appui aux différents types d’OSC, dont des organisations de proximité, des groupements de peuples autochtones, des organisations de femmes et des organisations non gouvernementales (ONG).

L’aide du FEM au titre du Programme est demandée par les pays en se basant sur les besoins des populations, des organisations de proximité et des OSC locales. Les populations peuvent donc avoir accès à ces microfinancements de façon directe ou par l’intermédiaire de leurs OSC partenaires dans les pays où le Programme intervient. En tant que programme stratégique du FEM visant à apporter aux problèmes environnementaux des solutions intégrées recoupant tous les domaines d’intervention, le Programme applique les stratégies définies pour chacun de ces domaines. En conséquence, il alloue ses aides aux activités concernant la diversité biologique, les changements climatiques, les eaux internationales, la dégradation des sols, les POP, les substances chimiques et le renforcement des capacités. Pendant le FEM-6 qui marque la sixième phase d’opérations du Programme, les objectifs stratégiques suivants ont été convenus dans ces différents domaines :

I. Contribuer à la gestion durable des paysages terrestres, fluviaux et marins au niveau communautaire

  • Appuyer la restauration, le curage et l'entretien communautaires des écosystèmes terrestres et fluviaux dégradés ;
  • Restauration de la mangrove ;
  • Gestion des feux de brousse et des forêts ;
  • Développement des approches communautaires de lutte contre l'érosion hydrique ;
  • Valorisation participative des terres agricoles dégradées ;
  • Promouvoir les activités génératrices de revenus et de filières éco-certifiées valorisant les produits issus de la biodiversité.
  • Développer des approches de récupération des terres dégradées et leur réutilisation pour la production agricole ;
  • Développer les approches de réhabilitation des paysages fluviaux et terrestres dégradés en restaurant la fonctionnalité de leurs écosystèmes ;
  • Développer les techniques de restauration des forêts et des terres dégradées ;
  • Renforcer la résilience des communautés aux inondations dans les zones périurbaines et rurales ;
  • Améliorer la résilience à la perturbation des saisons de culture par l'introduction des variétés de culture résistantes ;
  • Susciter au sein des espaces protégés l'émergence des systèmes productifs diversifiés (écotourisme, agriculture) qui soient écologiquement durables et économiquement rentables et socialement équitables

II. Soutenir l'efficacité et les alternatives énergétiques à l'échelle communautaire     

  • Promouvoir et vulgariser l’utilisation des énergies alternatives (exemple : biogaz, briquettes de biomasses, biocarburant, foyers/fours améliorés, panneaux solaires et d’autres sources d’énergies durables) ;
  • Promouvoir et vulgariser la technique de carbonisation améliorée.
  • Appuyer la mise en œuvre de nouvelles techniques d'agriculture durable ;
  • Développer des activités alternatives limitant la pression sur la forêt ;
  • Encourager l’utilisation des techniques de conservation des produits alimentaires autre que le fumage (exemple : salaison des poissons) ;
  • Développer l’élevage et la pisciculture ou aquaculture et l’apiculture comme activités alternatives à la forêt.

III. Réduire l'utilisation des polluants organiques persistants (POP)

  • Améliorer les pratiques d'utilisation des pesticides et promotion des solutions alternatives ;
  • Développer des techniques de substitution : soutien à la gestion phytosanitaire intégrée, l’agriculture biologique, exploitation artisanale minière et d’autres pratiques permettant de réduire l’utilisation des pesticides ;
  • Appuyer les initiatives usant des technologies innovantes ou des méthodes éprouvées de réduction des POPS ou de leur remplacement ;
  • Mettre en place un réseau de collecte et de traitement des emballages contaminés ;
  • Produire un guide méthodologique sur les outils et les approches communautaires innovants.

IV. Renforcer la capacité des parties prenantes au Programme

  • Renforcer les capacités des organisations communautaires sur les questions de conservation communautaire ;
  • Renforcer les capacités des communautés locales, des PA et des structures locales sur les problématiques de conservation communautaire et de biodiversité forestière.
  • Former les OSC sur les POPS, leurs sources et leurs impacts sur la santé et l’environnement ;
  • Sensibiliser les utilisateurs des POPS sur la gestion des stocks des pesticides et des déchets solides
  • Former les OSC sur les méthodes éprouvées de réduction des POPS ou de leur remplacement ;
  •  Elaborer d'un document stratégique sur la création de la "Politique et plateformes de dialogue et de planification OSC-gouvernement"
  • Soutenir aux campagnes de rachat des partenariats existants et potentiels ;
  • Soutenir à la formation d'alliances et des réseaux représentatifs de la société civile ;
  • Appuyer aux actions de responsabilisation verticale (accès à l'information, présentation des demandes au nom des groupes, élaboration participative des cadres réglementaires, consultation des parties prenantes locales, etc.) 

V. Promouvoir l’inclusion sociale

  • Appuyer les initiatives de reconnaissance des Aires et Patrimoines Autochtones et Communautaires ; privilégiant la prise en compte des connaissances traditionnelles dans la gestion de la biodiversité ;
  • Développer des approches de gestion durable des territoires autochtones de conservation et des aires du Patrimoine Autochtones et Communautaires (APAC);
  • Soutenir et influencer les aires de conservation autochtones et communautaires en octroyant des bourses de valeur et durée raisonnable aux jeunes défavorisés pour accès à l’éducation de base.
  • Développer une méthodologie axée sur approche sexospécifique applicable aux projets du FEM ;
  • Former les OSC, les bénéficiaires des subventions, les membres du CNP et les partenaires sur les liens entre le genre et la préservation de l'environnement ainsi que les modalités pratiques d'intégration du genre dans les projets du FEM.
  • Elaboration d'un plan d'actions FEM pour l'engagement avec les PA ;
  • Mise en place d'un fonds de soutien aux projets liés à la conservation des ressources naturelles pour les PA ;
  • Capitaliser et documenter les leçons et expériences apprises dans la mise en œuvre des projets
  • Création d'une bibliothèque numérique au bénéfice des communautés ;
  • Renforcement des capacités des leaders communautaires sur l'utilisation de la bibliothèque ;
  • Sensibilisation des communautés pour une appropriation collective de la bibliothèque
  • Création d'une plateforme d'échange d'expériences et de connaissances
  • Adoption et test des nouvelles technologies numériques d'échange d'expériences

Le montant maximum par proposition du projet est fixé à 50.000$. Les partenaires non suffisamment outillés en montage des projets peuvent se faire accompagner par le Groupe Technique Consultatif(GTC). Les Organisations Communautaires de Base(OCB) peuvent s’ils le veulent solliciter une subvention de planification d’un montant ne dépassant pas 5.000$ US, pour conduire les enquêtes nécessaires à une formulation participative de projet.

Une subvention de planification est un projet réduit aux besoins des enquêtes nécessaires à l’implication des communautés locales dans la formulation du projet. Sa demande est présentée en suivant le même canevas utilisé pour le projet complet. Ce canevas est disponible une fois que l’idée du projet est approuvée par la coordination nationale du Programme.

Les meilleures propositions de projets présélectionnées par les membres de GTC et Bureau PMF seront présentées au Comité National de Pilotage pour sélection.Un projet peut combiner les activités à l’intérieur d’un même objectif ou, les rassembler à travers les différents objectifs de la stratégie OP6.

Au total, la phase opérationnelle FEM6 financera une cinquantaine des projets sur les paysages et niches écologiques définis dans la stratégie nationale du Programme. Les niches et paysages prioritaires se trouvent dans les provinces du Kongo Central, Kinshasa rural, Kwango, Haut-Katanga et Nord-Kivu. Ils prendront 70% des fonds du Programme OP6. Le reste de la RDC bénéficiera de 30% des fonds pour le financement des projets d’inspiration communautaire.

Comme indiqué dans le titre, la durée de cet appel va jusqu’au 30 juin 2018.

Pour toute information supplémentaire veuillez contacter :

 

Communiqué duProgramme de Microfinancement de FEM en RDC