Kinshasa, mercredi 23 juillet 2014
    Accueil | Newsletter | Archives | Contact |  
 ACTUALITÉS
  Politique
  Economie
  Régions
  Femme
  Santé
  Culture
  Science & env.
  Religion
  Musique
  Société
  Insolite
  Sport
  Diaspora
  Revue de presse
  
 OPPORTUNITÉS
  Offres d'emploi
  Appels d'offres
  Petites annonces
  Annuaire Diaspora
  
 PUBLIREPORTAGES
  Echos des Entrep.
  Stratégies
  Initiatives
  Talents
  Ouvrages
  Interviews
  Chroniques & Analyses
  
 HORECA
  Hôtels
  Restaurants - Bar
  Cafés - Salons Thé
  Salles (fêtes,...)
  
 CULTURE
  Histoire
  Géographie
  Paroles des Sages
  
 ETUDES
  Au Congo
  A l'étranger
  
 
 




 
Interviews >Lire
 
  [ Retour ] Envoyer à un(e) ami(e)   Imprimer   Lire d'autres interviews  
 
Yves Mayilamene: Nouvelles perspectives pour les jeunes congolais

mediacongo.net est allé à la rencontre de Yves Mayilamene Ngandor, un jeune congolais, qui à force de travail, a su relever de nombreux défis jusqu'à se hissé à un haut niveau de management d'entreprise au plan international. Yves, " Ngador " pour les proches, est né un certain 06 décembre 1970 à Kamina (RDC), second d'une famille de 7 enfants (2 garçons et 5 filles). De par la profession de son père, administrateur de territoire, Yves a eu la chance de sillonner le Congo dès le bas âge, raison pour laquelle il peut s'exprimer sans beaucoup de peine dans les quatre langues nationales (kikongo, lingala, swahili et tshiluba). Directeur des Ressources Humaines pour l'Afrique de l'Est à la BAT, il vient au moment où nous rédigeons cet article, de quitter la BAT pour la multinationale des telecoms, Celtel International BV, où il occupera le poste de Directeur des Ressources Humaines pour l'Afrique, poste basé à Amsterdam (Pays-Bas). Nous vous livrons ci-dessous l'interview qu'il nous a accordée. Une conversation directe, détendue et franche :

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?


J'ai eu un parcours un peu spécial, spécial parce que j'ai souvent été amené à changer d'école en fonction du lieu de mutation de mon père, qui était alors administrateur de territoire. J'ai fait l'école maternelle à Mbanza-Ngungu dans le Bas-Congo, ainsi que ma 1ère et ma 2ème année primaire, j'ai poursuivi la 3ème et la 4ème à Kenge (Bandundu) au lycée Kivuvu ki Kwango (les anciens se reconnaîtront). J'ai terminé mes études primaires à Kananga dans le Kasaï, 5ème et 6ème (Diku Dietu).
Quant à mes études secondaires, je les ai commencées à la mission Catholique de Kinzambi à Kikwit comme interne (1er et 2ème année Secondaire). Ceci est un des épisodes cruciaux de ma vie qui a forgé mon caractère, mon indépendance d'esprit et mon sens du pragmatisme.
J'ai ensuite rejoint le collège Bandayi de Kananga pour quelques mois avant de partir avec mes parents à Lubumbashi ou j'ai terminé ma 3ème année à l'école Maadini de la Gécamines. Cette année scolaire s'est soldée par un échec lamentable, je m'en souviens encore comme si c'était hier. Dieu merci, j'ai repris l'année avec succès mais vers la fin de l'année scolaire j'ai perdu mon père, qui n'a pas survécu à une opération subie à l'hôpital de la Gécamines à Likasi.
Ma mère, mon frère,mes soeurs et moi, sommes rentrés nous installer à Kikwit dans la province natale de mes parents, tout en gérant un conflit judicaire avec la famille paternelle qui voulait nous mettre dehors et récupérer les biens de leur frère ou oncle. J'ai encore beaucoup du mal aujourd'hui à m'approcher de la famille de mon père. C'est pour vous dire que j'en ai gardé un bien triste souvenir
Ma mère m'inscrira à l internat du Collège Mikasa à Leverville (Lusanga) pour faire ma 4ème, ensuite je serais transféré avec ma sœur Giselle Bafkoma au Collège Jésuite de St François Xavier de Kikwit (Sadisana) où j'obtiens en 1989 mon diplôme d'état avec mention parmi les lauréats de la république. Cette Mention me permettra plus tard de poursuivre mes études universitaires en Belgique.
Après un bref passage à l'université de Kinshasa, j'ai poursuivi et terminé mes études universitaires à l'université de Mons Hainaut en Belgique, couronnées en 1996 par un diplôme d'ingénieur Commercial. J'ai aussi fait un MBA à l'université flamande VUB à Bruxelles. J'ai également eu l'opportunité de parfaire mon anglais pendant 8 mois à la Columbia University de New York aux USA

Et votre parcours professionnel ?


J'ai débuté ma carrière professionnelle comme Management Trainee à la TABAZAIRE (filiale de l'ancien groupe anglo-sud-Africain Rothmans). Juste après ma formation d'anglais aux USA, je suis tombé sur une offre de Rothmans qui cherchait de jeunes congolais (zaïrois à l'époque). Je me suis donc envolé pour Kinshasa le 1er décembre 1998 et deux jours après j'étais à Tshikapa. Après quelques mois de formation, j'ai décroché mon premier poste de management basé à Lubumbashi, comme adjoint au Directeur des Ressources Humaines (José Kasonga) auprès de qui j'ai beaucoup appris. Après la fusion de BAT et Rothmans, je suis nommé responsable de la rémunération pour la nouvelle société, mon objectif principal était de définir et de mettre en place la stratégie, la politique ainsi que la structure de rémunération pour la nouvelle BAT. J'ai occupé cette position pendant trois ans. Mais suite à des malentendus ou manipulations politiciennes, je n'ai pas pu accéder à la fonction de Human Resources(HR) Director au Congo. Je suis allé à la BAT Suisse pour un an comme HR Project manager. Après la Suisse, j'ai été affecté en Afrique de l'ouest, brièvement à Abidjan comme Resourcing and Development Manager pendant un an et ensuite Comme Human Resources Manager pour l'Afrique de l'Ouest - Nord en charge de 11 pays. Au premier Mars de cette année j'ai été nommé comme Group HR Diretor pour BAT East Africa Community, poste basé à Nairobi(Kenya) et en charge des opérations pour l'Afrique de l'Est. Au moment où nous couchons ces textes, j'ai décidé de quitter le groupe BAT et de changer de secteur d'activités, je vais donc à partir du mois de juin prochain occuper le poste de Human Resources Director (Expertise & Resources) pour le Groupe Celtel International B.V. , poste basé à Amsterdam (Pays-Bas)

Pouvez-vous nous décrire la fonction de DRH (directeur des Ressources Humaines) que vous occupée de nombreuses années ?


Je peux décrire ma dernière fonction en Afrique le l'Ouest et de l'Est. En effet en tant que Directeur régional de Ressources Humaines, mes attributions principales étaient de coordonner et de diriger la politique de ressources humaines afin de soutenir le Business à atteindre ses objectifs. Les axes principaux sont la gestion de la rémunération, la gestion de talents, la politique de recrutements, la gestion des carrières et l'élaboration des plans de successions, la gestion des performances individuelles et collectives…sans oublier la gestion des relations industrielles (règlements intérieurs, conventions collectives…). Le challenge à ce niveau est de s'assurer que chaque pays dans mon marché est en ligne avec nos guidelines et en règle avec la législation locale.

Vos derniers postes ont été basés à l'étranger (hors RDC). Est-ce un choix ou juste une opportunité qui s'est présenté ?


Je dirais que c'est plutôt une opportunité de carrière s'est offerte à moi et j'ai décidé de la saisir. En effet, dans la structure de la BAT, il n'y avait plus de boulot pour moi dans mon pays. J'avais un rôle régional, condamné à faire une carrière d'expatrié sauf si un bureau régional s'installe à Kinshasa ou si j'étais rétrogradé [rires]
Vous avez participé à plusieurs forums de recrutement pour l'Afrique dont le dernier " Carreers in Africa " de Londres? Que pensez-vous du positionnement des candidats d'origine congolaise
Je n'ai pas vu beaucoup de candidats congolais lors du dernier forum de l'emploi, " Carrer in Africa " de Londres, probablement pour des raisons de visa je suppose. Par contre lors du forum de Bruxelles de l'année passée, il y en avait beaucoup mais malheureusement nous (la BAT) n'avions pas de positions à offrir à l'époque. C'est un peu dommage, j'aurais souhaité rencontrer beaucoup plus de Candidats au forum de Londres car ce dernier est le forum le plus important, quasiment toutes les multinationales opérant en Afrique y sont représentées. Au début du mois de juin, il y aura un autre forum de l'emploi à Bruxelles, j'espère y rencontrer beaucoup de candidats congolais ou d'origine congolaise.

Pensez-vous que la RDC/l'Afrique regorge assez des ressources humaines et des compétences (en comptant également la diaspora) pour faire face aux défis du développement de notre pays/nos pays ? En particulier des compétences de haut niveau (leadership) ?


Quand tu te ballades à l'étranger, en Amérique, en Europe, en Afrique du Sud ou en Afrique de l'ouest, c'est assez impressionnant de constater que les meilleurs médecins, ingénieurs, responsables sont congolais ou d'origine congolaise, partant du simple secrétaire de paroisse à Dakar aux ministres en Europe. Ma conclusion est simple, la RDC regorge des talents mais qui Malheureusement ne peuvent pas forcément s'exprimer chez eux pour des raisons multiples : culturelles, politiques….
L'avènement d'une réelle la démocratie au Congo nourrit des espoirs. Je crois qu'il va apporter un changement drastique dans notre culture actuelle qui consiste à chérir la médiocrité. Le simple fait que désormais les mandataires devront être élus et pas nommés, veut aussi dire qu'ils seront sanctionnés en cas de médiocrité et d'absence de résultat. L'accès à la gestion publique devrait donc être assez limité pour les " farceurs ". Aujourd'hui ce n'est hélas pas encore le cas, d'où le découragement des bonnes volontés qui de ce fait cherchent fortune et quiétude ailleurs.
A cela, il faut bien se rendre compte que le système éducatif chez nous a subi un rabais sérieux en termes de qualité. Il est par moment écœurant de constater le niveau de certains diplômés sortis fraîchement des universités chez nous. C'est le futur de notre pays que nous sommes en train de sacrifier. Parce que c'est bien souvent question de décisions politiques, nos hommes politiques devraient penser à assurer l'éducation de ceux qui vont gérer leurs retraites. Il faut y penser, il y va de l'intérêt de tous…vous allez vieillir un jour et ça sera ces enfants de la rue qui seront adultes en ce moment-là. Si vous ne les éduquez pas aujourd'hui, votre sécurité physique, matérielle et même financière sera en péril, c'est sûr ! (Sauf si vous êtes en exil)

Etes-vous prêt à retourner travailler au pays?


A la fin de mes études je fais le choix de retourner travailler au Pays. De Tshikapa à Kinshasa en passant par Lubumbashi. C'est en travaillant au pays que je me suis retrouvé à l'étranger mais tout en gardant le pays dans le " scope ". Je suis certes à l'étranger mais j'ai toujours un pied au pays, c'est un peu ça quand on travaille dans un bureau de coordination régionale ou sous régionale.
Le jour où le Congo se ressaisira et offrira un environnement propice aux grandes affaires (il en a le potentiel mais manque cruellement d'organisation) en termes d'infrastructures, sécurité juridique… Je suis sûr et certain que beaucoup de multinationales installeront leurs " Headquarter Afrique " à Kinshasa, à l'image de Nairobi, Abidjan, Dakar ou Johanesbourg (Johannesburg)… Un peu d'organisation administrative, moins de tracasseries inutiles, un aéroport un peu plus organisé. Et ça sera parti !

Des Conseils aux jeunes congolais ?

Aux jeunes, je conseille simplement et humblement de ne pas céder à la facilité et avoir de l'ambition et de bons repères. Quand j'étais gamin je rêvais d'être médecin, pilote ou " Mobutu ". Les gamins de Kinshasa aujourd'hui hui rêvent d'être artistes musiciens.
Je crois qu'il appartient à la jeunesse d'aujourd'hui, surtout celle de la diaspora d'aider à recréer le sens des valeurs nobles et d'excellence à tous égards.
Je pense qu'avoir une vision dans sa vie et travailler dur est à la clé de la réussite. Nous avons les capacités, il nous faut saisir les opportunités….et il y en a beaucoup !

Et la vie de famille dans tout ça ?


Je suis marié depuis janvier 2001 à la très charmante Maguy Mafuta. Nous avons deux petits garçons Leonard et Anthony qui ont respectivement 5 ans et 9 mois. Ils se portent tous bien et vivent auprès de leurs papa et maman à Dakar. Pour des raisons professionnelles je suis souvent en mission dans l'un ou l'autre pays. Ma famille me donne la motivation et l'envie nécessaire de réussir dans la vie

Pour écrire à Yves Mayilamene N., veuilllez envoyer un e-mail à ymayilamene@hotmail.com

 


Au bureau à Dakar (BAT)


A Dakar, lors du salon de recrutement "Afrique Talents" (2005)


A Dubaï, en marge d'une mision...


Lors d'une réunion RH régionale de la BAT à Istanbul(Turquie)


Un anniversaire fêté avec la grande famille


Au salon Job Fair de Bruxelles (2005)




Interview réalisée par TIX
29/05/2006


  [ Retour ] Envoyer à un(e) ami(e)   Imprimer   Lire d'autres interviews  
 
Rechercher  
   
 
 
Offres d'emploi
         
    Consultant pour l’évaluation du Projet « Forum de l’Education et de Sensibilisation des Jeunes pour la Gouvernance Démocratique en RDC
     
    Toutes les offres
 
Grands débats
         
    ÉLECTIONS 2016 : DOIT-ON REVOIR LA CONSTITUTION ?
     
  Tous les débats
     
 
 
Appels d'offres
         
    Exploitation de fibres optiques sur les câbles de garde de lignes à haute tension
     
    Tous les appels d'offres
 
Visitez l'Espace Promo
         
    Découvrez les produits, les services,les sociétés,.. dans notre "Espace Promo"
 

:::: mediacongo.net 2014:::