mediacongo.net - Offre d'emploi - Consultant pour une recherche formative - Développement communautaire

Consultant pour une recherche formative - Développement communautaire

POSTE: CONSULTANT  POUR UNE RECHERCHE FORMATIVE – DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE»

 Aout - Décembre 2017

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

DUREE DE CONTRAT: 5 mois

 

Contexte :

La République Démocratique du Congo (RDC) joue un rôle-clé dans les équilibres écologiques mondiaux. Elle est l’un des dix pays  abritant la plus haute biodiversité au monde. Ses forêts représentent le deuxième massif forestier tropical du monde et les aires protégées (AP) qui contribuent à la conservation de celle-ci couvrent environ 9% du pays.

Le Plan National d’investissement Agricole (PNIA) exprime clairement la vision du gouvernement congolais sur la volonté à redynamiser la structure productive du monde rural en  développant une production agro-industrielle moderne et en  renforçant les petits exploitants agricoles, tout en assurant la protection de l’environnement. Le DSCRP 2 retient dans ses priorités stratégiques la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique ainsi que la relance de l’agriculture et la sécurité alimentaire.

Le Parc National de la Salonga (PNS), d’une superficie de 36 000 km², est le plus grand parc d’Afrique et le deuxième parc forestier tropical au monde. Inscrit sur la liste des Sites du Patrimoine Mondial en 1984, il a été placé dès 1999 sur la liste des sites en danger.
Il présente une richesse biologique exceptionnelle tant au niveau national que mondial. Il renferme d’immenses blocs forestiers inondables et de terre ferme et abrite encore des populations significatives de grands mammifères. Cependant, malgreee les servicesque ces écosystèmes rendent aux communautés humaines vivant en périphérie et à l’échelle du Bassin du Congo, notamment en termes de stockage du carbone, de régulation du climat, de stabilisation des systèmes hydrologiques et de production halieutique, le parc subit un niveau important de braconnage et de fortes pressions sur sa faune comme consequence du manque d’alternative economique et de sources de revenus pour les communautes environnantes.

Dans ce cadre et prenant en compte la stratégie globale définie dans le cadre du COP 21 sur l’importance de l’agriculture familiale pour nourrir le monde en préservant l’environnement, WWF en partenariat et une action concertée avec Oxfam met en œuvre ce projet dans lequel l’expertise et la collaboration de ces deux organisations seront conjointement capitalisées pour assurer la préservation du parc national de Salonga en minimisant au maximum les facteurs hostiles et, en contribuant au développement des communautés locales dans le parc et autour du parc par le développement d’une activité économique durable autour des pôles de développement économique spécifiques éloignés du parc à au moins 50 kms.

Oxfam travaille en République Démocratique du Congo (RDC) dès l’aube de l’accession du pays à l’indépendance en appui aux communautés en besoins avec des interventions multi sectorielles (Eau hygiène et assainissement, Santee, Education, Moyens de subsistance, Protection, Genre, Gouvernance et réponse d’urgence).

Dans ce projet, Oxfam contribuera à l’amélioration des moyens de subsistance des communautés cibles pour atteindre le résultat suivant : D’ici 2021, les  filières pérennes durables (palmiers à huile, hévéa, cacao etc.) et vivrières (manioc, arachide, riz, etc.) autour de Lomela, Kole, Dekese et Oshwe sont relancées grâce à la collaboration avec le secteur privé, créant des pôles d'attraction en retrait du parc.
Compte tenu de l’extrême pauvreté dans le paysage et de l’absence d’activités génératrices des revenus, ce résultat vise à générer de l'emploi et attirer les populations vers ces pôles d’intérêt et de développement, plus loin du parc (Au moins 50 kms) en s’articulant sur les volets suivants :

Les activités à mener vont contribuer à l’élimination de toutes les barrières/contraintes constatées comme frein au relèvement communautaire et à la relance économique avec l’approche du développement et du soutien d’une dynamique communautaire fonctionnelle basée sur la relance des activités économiques de manière générale, et particulièrement des activités agricoles des ménages agricoles (cultures vivrières et pérennes) comme meilleure approche de mise en œuvre.

L’atteinte de cet objectif nécessite une meilleure compréhension des facteurs socio-économiques, culturels et de différentes dynamiques susceptibles d’influencer positivement et/ou négativement le resultat du projet. Pour ce faire, le projet requiert une recherche formative qui devrait les renseigner sur les éléments essentiels à prendre en compte.

Contribution de la consultance

Le projet organise une activité de recherche formative qui devrait lui renseigner sur les éléments suivants de la zone de programme et périphérie du Parc national de Salonga :

Compétences :

Dépôt des offres techniques et financières :

L’offre technique comprendra :

L’offre financière comprendra :

Le budget prend en compte toutes les dépenses y compris les frais d’hôtel, billets d’avion, taxes, frais de réunion, communication, etc.

Veuillez télécharger les termes de référence (TDR)  de cette consultance et soumettez votre candidature en ligne à www.oxfam.org.uk/jobs ou  drchrcoord@oxfam.org.uk  en utilisant la référence INT3640

Note : Les fichiers ne doivent absolument pas dépasser 2M de taille.

-  Tout autre bureau d’Oxfam en RDC (Kinshasa, Mbandaka, Tshikapa, Goma ou Bukavu)

Closing date: 20 Juillet 2017

Kinshasa, Mbandaka, Tshikapa, Goma ou Bukavu
http://www.mediacongo.net/pics/mediacongo.png
2017-07-20

Retour à la liste Offre d'emploi
Publiée le 10/07/2017

Consultant pour une recherche formative - Développement communautaire

Lieu

Kinshasa, Mbandaka, Tshikapa, Goma ou Bukavu ()

Description

Le poste

POSTE: CONSULTANT  POUR UNE RECHERCHE FORMATIVE – DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE»

 Aout - Décembre 2017

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

DUREE DE CONTRAT: 5 mois

 

Contexte :

La République Démocratique du Congo (RDC) joue un rôle-clé dans les équilibres écologiques mondiaux. Elle est l’un des dix pays  abritant la plus haute biodiversité au monde. Ses forêts représentent le deuxième massif forestier tropical du monde et les aires protégées (AP) qui contribuent à la conservation de celle-ci couvrent environ 9% du pays.

Le Plan National d’investissement Agricole (PNIA) exprime clairement la vision du gouvernement congolais sur la volonté à redynamiser la structure productive du monde rural en  développant une production agro-industrielle moderne et en  renforçant les petits exploitants agricoles, tout en assurant la protection de l’environnement. Le DSCRP 2 retient dans ses priorités stratégiques la protection de l’environnement et la lutte contre le changement climatique ainsi que la relance de l’agriculture et la sécurité alimentaire.

Le Parc National de la Salonga (PNS), d’une superficie de 36 000 km², est le plus grand parc d’Afrique et le deuxième parc forestier tropical au monde. Inscrit sur la liste des Sites du Patrimoine Mondial en 1984, il a été placé dès 1999 sur la liste des sites en danger.
Il présente une richesse biologique exceptionnelle tant au niveau national que mondial. Il renferme d’immenses blocs forestiers inondables et de terre ferme et abrite encore des populations significatives de grands mammifères. Cependant, malgreee les servicesque ces écosystèmes rendent aux communautés humaines vivant en périphérie et à l’échelle du Bassin du Congo, notamment en termes de stockage du carbone, de régulation du climat, de stabilisation des systèmes hydrologiques et de production halieutique, le parc subit un niveau important de braconnage et de fortes pressions sur sa faune comme consequence du manque d’alternative economique et de sources de revenus pour les communautes environnantes.

Dans ce cadre et prenant en compte la stratégie globale définie dans le cadre du COP 21 sur l’importance de l’agriculture familiale pour nourrir le monde en préservant l’environnement, WWF en partenariat et une action concertée avec Oxfam met en œuvre ce projet dans lequel l’expertise et la collaboration de ces deux organisations seront conjointement capitalisées pour assurer la préservation du parc national de Salonga en minimisant au maximum les facteurs hostiles et, en contribuant au développement des communautés locales dans le parc et autour du parc par le développement d’une activité économique durable autour des pôles de développement économique spécifiques éloignés du parc à au moins 50 kms.

Oxfam travaille en République Démocratique du Congo (RDC) dès l’aube de l’accession du pays à l’indépendance en appui aux communautés en besoins avec des interventions multi sectorielles (Eau hygiène et assainissement, Santee, Education, Moyens de subsistance, Protection, Genre, Gouvernance et réponse d’urgence).

Dans ce projet, Oxfam contribuera à l’amélioration des moyens de subsistance des communautés cibles pour atteindre le résultat suivant : D’ici 2021, les  filières pérennes durables (palmiers à huile, hévéa, cacao etc.) et vivrières (manioc, arachide, riz, etc.) autour de Lomela, Kole, Dekese et Oshwe sont relancées grâce à la collaboration avec le secteur privé, créant des pôles d'attraction en retrait du parc.
Compte tenu de l’extrême pauvreté dans le paysage et de l’absence d’activités génératrices des revenus, ce résultat vise à générer de l'emploi et attirer les populations vers ces pôles d’intérêt et de développement, plus loin du parc (Au moins 50 kms) en s’articulant sur les volets suivants :

  • Identifier la cible (sites, les produits, les bénéficiaires de l’agriculture vivrière et pérenne) ;
  • Renforcer les capacités des communautés concernant l’agriculture vivrière et pérenne ;
  • Encadrer techniquement la production, transformation et commercialisation des sites pilotes suivant les principes nationaux/régionaux de durabilité ;
  • Améliorer les chaînes de valeur (incluant les rôles des femmes) pour l’agriculture vivrière et pérenne ;
  • Faire émerger les pôles d’intérêt et de développement économique éloignés du parc

Les activités à mener vont contribuer à l’élimination de toutes les barrières/contraintes constatées comme frein au relèvement communautaire et à la relance économique avec l’approche du développement et du soutien d’une dynamique communautaire fonctionnelle basée sur la relance des activités économiques de manière générale, et particulièrement des activités agricoles des ménages agricoles (cultures vivrières et pérennes) comme meilleure approche de mise en œuvre.

L’atteinte de cet objectif nécessite une meilleure compréhension des facteurs socio-économiques, culturels et de différentes dynamiques susceptibles d’influencer positivement et/ou négativement le resultat du projet. Pour ce faire, le projet requiert une recherche formative qui devrait les renseigner sur les éléments essentiels à prendre en compte.

Contribution de la consultance

Le projet organise une activité de recherche formative qui devrait lui renseigner sur les éléments suivants de la zone de programme et périphérie du Parc national de Salonga :

  • Etablir un inventaire des caractéristiques socio-economiques des ménages, des membres constituant les ménages et des groupes sociaux existants ainsi que des facteurs qui motivent leurs décisions (y compris les EIYalima dans la foret équatoriale) ;
  • Analyser les facteurs favorables et les possibilités de relocalisation volontaire des communautés (préparation des zones de relocalisation avec les communautés d’accueil, les facteurs socio-économiques favorables) ;
  • Identifier les facteurs favorables et limitatifs de la participation communautaire et appropriation ; et analyser le niveau de participation des femmes et jeunes dans les activités de chaine de valeur
  • Evaluer les pratiques agricoles existantes et des modes d’approvisionnement en intrants agricoles ;
  • Réaliser une analyse détaillée  et schématisée de la situation passée et actuelle des chaines de valeur des cultures vivrières et pérennes, dans la zone de travail du parc de la  Salonga (Demande, offre et Gouvernance);
  • Estimation du volume comparatif (autoconsommation/commercialisation) de produits des filières identifiées ;
  • Cartographie des flux géographiques des produits (bassins de production, sites de conservation et transformation, marchés intermédiaires et finaux
  • Evaluer les pratiques agricoles existantes et des modes d’approvisionnement en intrants agricoles ;
  • Réaliser une analyse détaillée de la situation passée et actuelle de la filière viande de brousse ;
  • Réaliser une analyse détaillée de l’évolution du secteur privé, des opportunités et défis de relance économique dans la zone ; visant les filières vivrières et pérennes ;
  • Evaluer les pratiques et modes d’accès au marché des biens et services existants ; et les opportunités à adapter pour valoriser les filières identifiées ;
  • Evaluer les pratiques socioculturelles existantes des communautés cibles et des communautés environnantes (Incluant les pratiques religieuses, des organisations de la société civile locale, des entreprises privées ou publiques, des autorités traditionnelles et politico-administratives locales ;
  • Etablir un inventaire des relations sociales et des relations des pouvoirs des acteurs (Ménages, communautés, entreprises privées, publiques, associations, transformateurs, acheteurs, exportateurs, les OP et coopératives etc.) etc.) formels et/ou informels, horizontal et/ou vertical au niveau local, provincial et national ainsi que leurs influences respectives dans la vie et les décisions/choix des communautés;

Compétences :

  • Personne morale (bureau d’étude, institut de recherche / développement, Universités) ou
  • Personnes physiques (individu) jouissant d’une expérience de 5 ans minimum dans des activités de recherche formative ;
  • Expérience de recherche en chaine de valeur des produits agricoles, environnement et développement rural ;
  • Expérience d’au moins 5 ans en développement et évaluation des projets ;
  • Expérience de travail de recherche avec l’utilisation de l’approche basée sur les besoins/implication des bénéficiaires ;
  • Expérience de travail ou de recherche dans les pays de l’Afrique centrale et en zones rurales ;
  • Excellentes aptitudes en communication ;
  • Bonne communication en Français ;
  • Connaissance du Lingala est un atout ;
  • Créativité, souplesse, adaptabilité ;

Dépôt des offres techniques et financières :

  • Une offre technique et financière doit être produite.

L’offre technique comprendra :

  • Une fiche de présentation de la firme ou ;
  • Un curriculum vitae détaillé pour les individus ;
  • Une note synthétique de compréhension du projet et des TdR (max. 2 page);
  • Une description de l’approche et de la méthodologie ;
  • Un plan de travail incluant un chronogramme prévisionnel ;

L’offre financière comprendra :

  • Un budget détaillé de l’action ;

Le budget prend en compte toutes les dépenses y compris les frais d’hôtel, billets d’avion, taxes, frais de réunion, communication, etc.

Veuillez télécharger les termes de référence (TDR)  de cette consultance et soumettez votre candidature en ligne à www.oxfam.org.uk/jobs ou  drchrcoord@oxfam.org.uk  en utilisant la référence INT3640

Note : Les fichiers ne doivent absolument pas dépasser 2M de taille.

-  Tout autre bureau d’Oxfam en RDC (Kinshasa, Mbandaka, Tshikapa, Goma ou Bukavu)

Closing date: 20 Juillet 2017

Contact

Société :OXFAM

Site Internet :www.oxfam.org.uk/jobs

Email :drchrcoord@oxfam.org.uk

right
EMPLOI SUIVANT : Grant Compliance Manager
left
EMPLOI Précédent : AP Accountant