mediacongo.net - Actualités - Enseignement primaire : les enfants de la rue plaident en faveur de la gratuité

Retour Société

Enseignement primaire : les enfants de la rue plaident en faveur de la gratuité

Enseignement primaire : les enfants de la rue plaident en faveur de la gratuité 2018-04-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/04_avril/16-22/enfants_rue_18_00001.jpg -

À l'occasion de la journée internationale des enfants de la rue, le Reejer a organisé, le 12 avril, une grande manifestation dans la commune de Kasa-Vubu, à Kinshasa, au cours de laquelle les concernés ont pris une part active.

Le Réseau des éducateurs des enfants et jeunes de la rue (Reejer), qui a célèbré également ses vingt ans d'existence, a invité les autorités politico-administratives, les chefs des missions diplomatiques, les partenaires techniques et financiers à leur manifestation. Profitant de l'occasion, les enfants en situation de la rue ont remis un mémo auprès de la ministre provinciale chargée de l'Éducation, Thérèse Olenga, représentant le gouverneur de la ville de Kinshasa.

Dans ce document, les enfants demandent au gouvernement l'application de la gratuité de l'enseignement primaire public, leur protection contre les abus sous toutes leurs formes, spécialement pendant le processus électoral. Aux partenaires techniques et financiers, ils réclament le renforcement de l'appui au gouvernement et aux organisations de la société civile en vue de prévenir les violations des droits des enfants et de répondre à leurs besoins urgents. Ils recommandent également à la société civile de renforcer des mécanismes communautaires de protection et promotion des droits des enfants. Enfin, aux familles et aux communautés, il a été recommandé de promouvoir les valeurs traditionnelles de protection et promotion des droits des enfants et de dénoncer des cas d'abus et de violations contre eux. Tout en rappelant que les enfants constituent l'avenir de la RDC, ils soulignent qu'il est urgent que tous bénéficient effectivement d'une éducation sans discrimination pour éviter l'entretien d'une bande des marginalisés qui représente une bombe à retardement pour le pays.

Cette journée a été marquée également par le lancement officiel d'un grand projet intitulé "Le projet de renforcement du système de protection communautaire des enfants et jeunes à Kinshasa". Il est financé par le ministère des Affaires étrangères, commerce et développement du Canada pour une période de quatre ans.

Pour le conseiller et chef de la Coopération canadienne, David Gagnon, ce projet a pour but d'améliorer le système de protection des enfants en RDC, notamment par la prévention de la violence faite aux enfants et par l'amélioration des services offerts aux familles à risques et aux enfants de la rue de Kinshasa, afin qu'ils puissent jouir d'un environnement qui respecte leurs pleins droits. Les activités, a-t-il précisé, permettront aussi de faciliter l'accès aux adolescents et aux jeunes à des services de santé de qualité et à disposer des informations complètes en matière de sexualité en vue d'une vie plus saine. "Cette initiative inclura un transfert de responsabilités et capacités vers les quinze partenaires du Reejer impliqués dans la santé et ainsi assurer une certaine pérennité de l'expertise développée", a fait savoir Daniel Gagnon. Il a salué cette initiative du consortuim qui est cohérente avec le dialogue de haut niveau engagé avec le gouvernement de la RDC sur les questions de droits humains, notamment dans le contexte du sommet de la Francophonie qui s'est tenu à Kinshasa en 2012.

Pour le coordonnateur du Reejer, Remy Mafu, les vingt ans d'existence de sa structure sont une occasion pour réfléchir sur comment changer les choses. Aujourd'hui, a-t-il fait savoir, la protection des enfants doit se faire sur une avenue, dans une rue, dans un quartier et dans une commune pour enfin obtenir des résultats. Il se félicite, par ailleurs, de voir que vingt ans après, le Reejer a réussi à réinsérer nombreux enfants devenus aujourd'hui des hommes utiles pour la société congolaise, en dépit d'un nombre important de ceux qui sont encore dans la rue, estimé aujourd'hui à plus de vingt mille dont 40% des filles. Pour la petite histoire, la Journée internationale des enfants de la rue, célébrée le 12 avril de chaque année, a été mise en place en 2009 par l'Unesco. Son objectif est d'inciter tous les pays membres à agir en faveur des enfants en situation de rue. Le thème de cette année met en exergue les quatre étapes ci-après : égalité pour tous, accès aux services, protection et chemins innovants.

Il sied de signaler que la manifestation a connu des moments forts, notamment la présentation des saynettes par les enfants et la remise du diplôme de mérite et d'une œuvre d'art au coordonnateur du Reejer par les anciens enfants de la rue devenus des hommes et femmes responsables dans l'accompagnement et l'encadrement de ces enfants. Auparavant, une messe d’action de grâces a été célébrée en la paroisse Christ Roi. Elle a été dite par l’abbé José Mpundu qui a invité les éducateurs et les parents à aimer les enfants pour leur évolution positive.

Blandine Lusimana
Adiac-Congo / MCN
93 suivent la conversation
1 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Anonyme - 17.04.2018 09:44

Pendant que les enfant de JKK, Minaku,Atundu, ..sont dans les luxes,la majorité dans la rue traverse des jours et des jours sans rien manger.cela , malheureusement,n’inquiète personne.Mushobekwa, où est les droits de l'homme?

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR