mediacongo.net - Actualités - Trump lance des frappes ciblées en Syrie avec Paris et Londres

Retour Monde

Trump lance des frappes ciblées en Syrie avec Paris et Londres

Trump lance des frappes ciblées en Syrie avec Paris et Londres 2018-04-14
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/04_avril/09-15/trump_donald_18_00001.jpg Damas, Syrie-

Le président Donald Trump s'adresse à la nation pour annoncer une opération militaire en cours en Syrie, le 13 avril 2018 à Washington

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené ce samedi 14 avril 2018 des frappes ciblées contre la Syrie pour punir le régime de Bachar al-Assad accusé par Donald Trump d'avoir mené des attaques chimiques "monstrueuses".

Au moment même où le président américain s'exprimait depuis le Maison Blanche, des détonations étaient entendues à Damas, marquant un nouveau chapitre dans ce pays ravagé par une guerre sanglante qui dure depuis sept ans.

Selon un correspondant de l'AFP sur place, plusieurs explosions successives ont été entendues suivies par des bruits d'avions tandis que des colonnes de fumée s'élevaient du nord-est de la ville.

"J'ai ordonné aux forces armées des Etats-Unis de lancer des frappes de précision sur des cibles associées aux capacités du dictateur syrien Bachar al-Assad en matière d'armes chimiques", a lancé M. Trump.

"Une opération combinée est désormais en cours avec la France et le Royaume-Uni, nous les remercions tous les deux", a-t-il ajouté.

La défense anti-aérienne syrienne est entrée en action contre "l'agression américaine, britannique et française", a rapporté la télévision d'Etat syrienne.

Le régime syrien a jugé que cette opération militaire constituait une violation "flagrante" du droit international et était "vouée à l'échec".

La Russie, soutien indéfectible du régime de Damas, a vivement réagi par la voix de son ambassadeur aux Etats-Unis, Anatoli Antonov. "Nos mises en garde n'ont pas été entendues", a-t-il estimé, jugeant que ces frappes étaient une "insulte" au président russe Vladimir Poutine.

Pas de pertes américaines

Selon le général Joe Dunford, chef d'état-major américain, les forces occidentales ont visé samedi à 01H00, trois cibles liées au programme d'armement chimique syrien, l'une près de Damas et les deux autres dans la région de Homs, dans le centre de la Syrie.

Il a précisé qu'aucune autre opération militaire visant la Syrie n'est prévue à ce stade.

Selon lui, les alliés ont pris soin d'éviter de toucher les forces russes, massivement présentes dans le pays, mais que Moscou n'avait pas été averti à l'avance des cibles choisies.

"Il est clair que le régime Assad n'avait pas reçu le message l'an dernier", a déclaré le ministre américain de la défense Jim Mattis, rappelant la frappe américaine d'avril 2017 sur la base militaire d'Al-Chaayrate, près de Homs, après une autre attaque à l'arme chimique imputée à Damas.

"Nous avons été très précis et la réponse était proportionnée, mais, en même temps, ce fut une frappe lourde", a-t-il ajouté, pré&cisant que les forces américaines avaient employé deux fois plus de munitions que l'an dernier.

Aucune perte américaine n'a été rapportée lors de l'opération, selon le Pentagone.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des centres de recherche scientifique, "plusieurs bases militaires" et des locaux de la garde républicaine à Damas et ses environs ont été pris pour cibles.

De Londres, la première ministre britannique Theresa May a affirmé qu'il n'y avait "pas d'alternative à l'usage de la force", assurant que "tous les recours diplomatiques" avaient été explorés, en vain. 

Le ministère britannique de la Défense a annoncé avoir frappé, à l'aide de quatre avions de chasse Tornado GR4 de la Royal Air Force, un "complexe militaire" près de Homs, à l'ouest de la Syrie. Il a parlé d'une opération "couronnée de succès".

Moscou a "trahi ses promesses"

Depuis Paris, le président français Emmanuel Macron a souligné que les frappes françaises étaient "circonscrites aux capacités du régime syrien permettant la production et l’emploi d’armes chimiques".

"Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques", a-t-il martelé.

Donald Trump a mis en garde l'Iran et la Russie, qui ont déployé des milliers d'hommes et du matériel pour aider Bachar al-Assad à reconquérir le pays, contre leurs liens avec la Syrie.

M. Trump a exhorté Moscou "à quitter la voie sinistre" du soutien à Bachar al-Assad. Il a affirmé que la Russie avait "trahi ses promesses" de 2013 sur l'élimination des armes chimiques syriennes.

Il a aussi estimé que le sort des pays de la région était entre les mains de leurs habitants et qu'aucune intervention militaire américaine ne pourrait, à elle seule, apporter une "paix durable".

En avril 2017, Donald Trump avait fait bombarder une base militaire syrienne, en riposte à une attaque au gaz sarin imputée au régime, qui avait tué plus de 80 civils à Khan Cheikhoun (nord-ouest). 

Cette fois encore, c'est une attaque chimique présumée --le samedi 7 avril à Douma, près de la capitale syrienne-- qui est à l'origine des frappes déclenchées dans la nuit de vendredi à samedi après une mobilisation de la communauté internationale, déjà saisie par l'horreur d'une guerre civile qui a fait plus de 350.000 morts depuis mars 2011. 

"Preuve" de l'attaque chimique

Le bombardement intervient quelques heures seulement après que le Département d'Etat a assuré avoir "la preuve" de l'utilisation d'armes chimiques par les forces de Bachar al-Assad. 

Le président américain avait rapidement adopté une rhétorique belliqueuse après l'attaque, dénonçant dès le lendemain une "attaque chimique insensée", prévenant qu'il faudrait en "payer le prix fort" et pointant du doigt la "responsabilité" de la Russie et de l'Iran soutenant "l'animal Assad". 

Le danger est bien là, selon les experts. Russes et Iraniens ont beaucoup d'hommes sur le terrain pour aider Damas à reprendre tout le pays à de multiples groupes rebelles. 

La Russie, indéfectible soutien au régime de Bachar al-Assad, a fait usage à douze reprises de son veto en sept ans de conflit sur des projets de résolution au Conseil de sécurité contre la Syrie. 

Selon un bilan à mi-mars de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau d'informateurs à travers la Syrie, 106.390 civils ont été tués dont près de 20.000 enfants. 

Dans ce pays qui comptait quelque 23 millions d'habitants avant le conflit, environ la moitié de la population a été contrainte de fuir son foyer en raison des combats.


AFP / MCN
640 suivent la conversation
2 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Christopher Columbus - 14.04.2018 10:50

Bien fait, les américano-anglo-français! Il fallait bien que quelqu'un agisse contre ce régime odieux qui tue son propre peuple à l'arme chimique, régime semblable à un autre en Afrique centrale qui tire sur son propre peuple désarmé. La similitude ne s’arrête pas là : la Syrie et la RDC sont des royaumes dont les fils héritiers sont d’un côté Bachar El Assad fils de Hafez El Assad, et de l’autre Joseph Hyppolite Kabila Kanambe, soi-disant fils de Laurent-Désiré Kabila. Les deux se croient propriétaires l’un de la Syrie et l’autre de la RDC.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Le sage - 14.04.2018 09:37

Trump, il n'y a pas que l'animal Assad sur cette terre des hommes. Nous avons une autre bête sauvage en RDC qui finance, arme, équipe, nourrit et entretient plus de 120 groupes armés afin d'anéantir le peuple congolais et assouvir sa soif du pouvoir. Cette bête féroce, c'est kanambe. A quand son tour d'être puni? La vie des congolais vaut autant que celle des syriens.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : USA: Starbucks épinglé pour racisme après l'arrestation de deux hommes noirs
AUTOUR DU SUJET

Syrie: la discrétion de Pyongyang sur les frappes en dit long

Monde .., Damas, Syrie

Syrie : l'agence officielle annonce l'arrivée à Douma des experts de l'OIAC

Monde .., Damas, Syrie

Israël reconnaît avoir mené des frappes contre des cibles iraniennes en Syrie

Monde .., Damas, Syrie

Syrie : après les frappes, quelles suites politiques et stratégiques ?

Monde .., Damas, Syrie