mediacongo.net - Actualités - Silicon Valley : Des employés de Google demandent à l'entreprise d’arrêter sa participation à des programmes militaires

Retour Sur le net

Silicon Valley : Des employés de Google demandent à l'entreprise d’arrêter sa participation à des programmes militaires

Silicon Valley : Des employés de Google demandent à l'entreprise d’arrêter sa participation à des programmes militaires 2018-04-06
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/04_avril/01-08/drone_militaire_18_00001.jpg -

Plus de 3,100 employés de Google viennent de signer une pétition à leur PDG Sundar Pichai afin de demander l’annulation du projet Maven, un logiciel de drone développé en collaboration avec le Ministère de la Défense des États-Unis. Le projet utilise une technologie de reconnaissance d’image développée par les équipes de Google sur des millions d’heures de séquences de vidéo de drones obtenues par l’armée pour aider à identifier les personnes et les objets d’intérêt.

Voici ce que dit le débit de cette lettre (obtenue par le New York Times) : « Nous pensons que Google ne devrait pas être impliqué dans le business de la guerre. Par conséquent, nous demandons que le projet Maven soit annulé et que Google rédige, publie et applique une politique claire stipulant que ni Google ni ses sous-traitants ne construiront de technologie de guerre.  »

Le projet Maven fait partie d’un investissement de 7,4 milliards de dollars consacrés à l’Intelligence Artificielle et au traitement des données par le DoD (DoD pour US Department of Defense, le Ministère de la Défense des États-Unis), et a vu le Pentagone s’associer à divers universitaires et experts dans ces domaines. Il aurait déjà été utilisé contre l’État islamique.

Google a répondu que les conversations avec les employés et les experts externes étaient «extrêmement importantes et bénéfiques», avant de préciser que Google ne travaille que sur une partie du projet Maven, à des fins non offensives, en utilisant un logiciel open-source de reconnaissance d’objets.

Bien que le projet soit «spécifiquement conçu pour être utilisé à des fins non offensives», la lettre des employés conteste ce fait en estimant que «la technologie est conçue pour les militaires, et une fois qu’elle est livrée, elle pourrait facilement être utilisée pour d’autres tâches.  » Bien que le projet ne puisse pas créer un système d’armes autonome, dans de nombreux cas, l’identification des cibles n’est que la première étape d’un mouvement offensif vers cette cible.

De nombreux employés de Google sont clairement mal à l’aise avec toute implication dans ce processus. La lettre poursuit en disant que « construire cette technologie pour aider le gouvernement américain dans la surveillance militaire, avec donc des conséquences potentiellement mortelles, n’est pas acceptable » et que Maven « endommagera irrémédiablement la marque de Google et sa capacité à rivaliser pour attirer les talents dans l’entreprise. » La lettre invoque même la devise de Google « Do not Be Evil » : littéralement « Ne soyez pas malveillants » est la devise, ou le slogan informel de Google, créé par deux employés de la première heure, avec comme arrière pensée l’idée qu’il est possible de gagner de l’argent sans vendre son âme au diable. En termes de culture d’entreprise, cette devise était devenue le pilier identitaire central de Google : cela ressemble à un petit rappel à l’ordre de certains salariés de Goole (aujourd’hui 70,000 à travers le monde).

Il faut dire que la demande en terme d’applications dans le domaine de l’intelligence artificielle a explosé ces derniers et malgré les avancées technologiques dont les matériels militaires font preuve, de grands employeurs comme Google en terme d’ingénieurs de logiciel et leur incessante recherche d’amélioration des algorithmes en tout genre sont tentés de collaborer sur des sujets plus sensibles d’un point de vue politique.

Google n’est pas le seul géant de la technologie à s’impliquer dans des projets militaires, puisque ce même New York Times souligne qu’Amazon et Microsoft ont tous deux aussi des produits concurrents destinés au ministère de la Défense.

Ce n’est pas la première fois que des employés de Google vont sur la place publique afin de faire entendre leur opinion sur des sujets quelques peu embarrassants pour le géant de Mountain View. Ainsi, en janvier dernier, c’était un mémo de 2016 qui avait été publié par un ancien ingénieur de Google affirmant que le département des ressources humaines de l’entreprise, ainsi qu’un vice-président, avaient fait pression sur lui pour qu’il cesse de discuter des initiatives sur la diversité dans les forums internes de l’entreprise, questionnant les compétences des femmes, et contestant la politique favorables à la diversité au sein de Google, exprimant de ce fait des opinions plutôt conservatrices.


L'Express
472 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Yahoo! réduit la voilure
left
ARTICLE Précédent : Microsoft greffe un anti-ransomware à OneDrive et Outlook.com
AUTOUR DU SUJET

Pourquoi la Russie bloque plusieurs adresses IP de Google

Sur le net ..,

Chat, l'ambitieux projet de Google pour remplacer le SMS

Sur le net ..,

Avec Google GO, Alphabet veut démocratiser l'accès à Internet en Afrique... même en 2G

Sur le net ..,

Technologie: l’intelligence artificielle n’existe pas ! (Tribune)

MC Geek ! ..,