mediacongo.net - Actualités - Mois de la femme : la première édition du concours du port des pagnes a été un succès à Kikwit

Retour Femme

Mois de la femme : la première édition du concours du port des pagnes a été un succès à Kikwit

Mois de la femme : la première édition du concours du port des pagnes a été un succès à Kikwit 2018-03-23
Provinces / Style et Beauté
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/03-mars/19-25/kindundu_chantal_18_0001.JPG -

Chantal Kindundu, initiatrice du Concours et présidente provinciale de l'UCOFEM

Dans le cadre des activités inhérentes au mois de mars dédié à la femme, la ville de Kikwit, province du Kwilu, dans le sud-ouest de la République démocratique du Congo (RDC) a vibré au rythme de la première édition du concours du port des pagnes par des jeunes filles de 14 à 18 ans. Une première qui a mobilisé la curiosité des plusieurs vingtaines des Kikwitoises et Kikwitois issus des quatre communes de cette de ville de plus d’un million d’habitants.

Organisé par l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) du grand Bandundu, cette activité s’est déroulée, il y a quelques jours, à la tribune du camp Nsinga dans la commune de Lukolela. Le maire de Kikwit, Léonard Mutangu, quelques députés nationaux et provinciaux, des autorités politico administratives et policières, ainsi que des invités de marque ont rehaussé de leurs présences cette cérémonie.

Au total 25 jeunes filles venues de 25 instituts et lycées de la place ont défilé devant les autorités et les membres du jury constitués des femmes et d’un homme. Quelques critères de cotation ont été pris en compte : la durée du port des pagnes, la façon de lier le nœud, la façon de marcher avec ce pagne etc.


Des élèves filles qui ont participé au Concours du port des pagnes de Kikwit

«Ce concours est organisé pour valoriser la culture de port des pagnes qui donne une grande considération à la femme africaine, surtout à la jeune fille de 14 à 18 ans. Car plusieurs jeunes filles de notre pays et même des femmes de plus de 18 ans sont emportées par la culture qui vient d’ailleurs. Elles portent souvent des pantalons qui, en fait, les dénigrent comme femme africaine. Nous sommes dans l’obligation de revenir à notre culture africaine qui fait notre fierté. Je tiens à remercier la maman Lily Lumeya qui a envoyé des pagnes pour  ces jeunes filles. Merci également à Mamy Takizala qui a accepté et a payé les frais scolaires de troisième trimestre des trois lauréates de cette édition», a déclaré Chantal Kindundu, présidente provinciale de l’UCOFEM dans le grand Bandundu.

Kindundu a invité des partenaires tant locaux, nationaux qu’internationaux à soutenir les éditions prochaines afin que ce concours se ressemble au ‘’Festival Amani’’ qui se déroule chaque année à Goma, province du Nord-Kivu dans l’est de la RDC pour que la paix règne dans la Région de Grands lacs.

«Nous saluons la présence du maire et des autres partenaires  qui ont honoré les femmes de Kikwit. Que cette activité ne soit pas la dernière», a indiqué Brigitte Mukwa, cheffe du bureau urbain de Genre, de la Famille et de l’Enfant à Kikwit.

«Nous savons que ce mois est dédié à la femme. Nous marchons, petit-à-petit, vers les ODD (Objectif de Développement Durablet). Dans l’ancien temps, nos aïeux considéraient la femme comme inférieure à l’homme. Actuellement la femme est capable de faire tout  ce que l’homme entreprend. Nous parlons donc de l’égalité de chance. C’est ainsi que nos jeunes fille doivent aussi prendre leurs responsabilités en main pour travailler comme les hommes. J’encourage l’UCOFEM pour cette activité qui valorise la jeune fille. Je demanderai à toutes les jeunes filles de Kikwit d’étudier sérieusement, car l’avenir leur appartient», a affirmé  le maire de Kikwit.

Il sied de signaler que parmi les 25 filles sélectionnées, trois ont été lauréates et ont bénéficié, outre les pagnes, des frais scolaires, troisième trimestre.

«Malgré les difficultés que traverse notre pays sur le plan économique, cette première édition du concours de port des pagnes a été un succès eu égard au résultats obtenus. Que UCOFEM pense plusieurs autres activités à l’endroit des jeunes filles de 14 à 20 ans pour leur permettre de s’épanouir dans leurs vie des femmes et pourquoi pas devenir des femmes leaders», a indiqué Jacques Mumpelege, un des activistes des Droits humains dans la ville de Kikwit.

Badylon Kawanda Bakiman / Correspondant de Kikwit
mediacongo.net
232 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Les femmes en période d'ovulation, des rivales aux yeux des autres femmes ?
left
ARTICLE Précédent : Violences sexuelles en RCA: la RDC va rester «attentive et solidaire»