mediacongo.net - Actualités - Le PCA de la Gécamines plaide pour l’amélioration du partenariat industriel en RDC 
Retour Economie

Le PCA de la Gécamines plaide pour l’amélioration du partenariat industriel en RDC

Le PCA de la Gécamines plaide pour l’amélioration du partenariat industriel en RDC 2018-02-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/yuma_albert_18_003.jpg -

Le président du conseil d’administration de la Générale des carrières des mines (Gécamines), Albert Yuma, a présenté le 5 février dernier aux assises d’Indaba, en République sud-africaine la «Vision de la RDC en matière de partenariats industriels et plus largement la vision de la Gécamines pour son avenir industriel».

Pour lui, après plus d’une décennie de partenariats industriels le pays a fait le constat d’un système structurellement déséquilibré en faveur des partenaires, qui ne permet ni au pays, ni à la Gécamines de percevoir une part suffisante de la richesse produite dans le cadre de l’exploitation des richesses de son sous-­sol.

Ce déséquilibre, a-t-il, déclaré est principalement le fruit d’une histoire qui a placé notre Etat dans une situation difficile et l’a contraint à négocier en position de faiblesse dès l’année 95 la cession de certains de ses principaux actifs miniers, à un moment où notre outil industriel national, dont la Gécamines était le principal acteur, avait été laminé par 10 années de conflits internes et régionaux et de sous-­investissement chronique.

Le Code minier qui avait été élaboré en 2002 a formalisé ce processus de libéralisation de notre secteur minier et a permis, sur la base d’un régime très attractif, le développement d’un grand nombre de partenariats avec pour objectif de compenser l’incapacité du pays à générer comme par le passé des revenus nécessaires à sa construction.

Ces partenariats étrangers étaient censés apporter des dividendes à la Gécamines et des impôts sur le bénéfice à l’Etat pour se reconstruire et financer le développement du pays. Pour ceux qui ne le sauraient pas ou ne se souviendraient pas, la Gécamines produisait à elle seule entre 450 et 500 000 tonnes de cuivre et près de 50 000 tonnes de cobalt au milieu des années 1980.

Aujourd’hui, la Gécamines est partenaire minoritaire dans 12 joints ventures en production qui représentent à elles-seules: un volume global de réserves de 32 millions de tonnes de cuivre et près de 3 millions de tonnes de cobalt, cédées par la Gécamines, lors de la constitution des partenariats.

Le traitement annuel de plus de 600 000 tonnes de cuivre. Constat; à partir de 2013, que ces partenariats, entrés en production commerciale entre 2004 et 2009 pour les plus importants d’entre eux n’affichaient que des résultats négatifs, empêchant toute distribution de dividendes aux actionnaires.

Cette situation inquiétante, contraire à toutes les projections des études de faisabilité sur lesquelles nous nous étions basés pour développer ces partenariats, s’est malheureusement répétée année après année jusqu’à aujourd’hui.

Ainsi en matière de dividendes, la Gécamines aurait dû avoir perçu à fin 2016, la somme de 362 millions de dollars. Elles ne les a jamais encaissées les seuls revenus de la Gécamines n’ont été constitués en fait que des montants des pas de porte, quand ils ont été payés en totalité et les royalties, quand elles ont été calculées correctement. Ainsi, pour l’année 2016 par exemple, sur un chiffre d’affaires cumulé de 2,59 milliards de dollars de tous nos partenaires, les revenus pour la Gécamines ont été de 88 millions. 3

Selon M. Yuma, cette  situation est  inacceptable dans la mesure où elle prive la Gécamines et son actionnaire unique l’Etat congolais de la possibilité de tirer des revenus raisonnables de ses propres mines, qui avaient été volontairement transférées à d’autres, au motif que leur gestion serait plus efficace et permettrait de tirer une meilleure rémunération finale de l’exploitation pour le pays en claire, les mines se vident actuellement de leurs ressources naturelles sur  base de ce constat, la RDC et Gécamines ont décidé d’auditer les partenariats, ce qui constitue un droit contractuel, pour comprendre les raisons de ces décalages en recourant aux services d’une firme de notoriété mondiale, MAZARS.

Il a émis le vœu de voir cet effort de transparence contraindre leurs adversaires à plus d’inventivité.  Selon le PCA de la Gécamines, les investisseurs étrangers en RDC font de «très gros profits» qui ne sont pas équitablement  partagés avec l’Etat et avec leur partenaire local, notamment la Gécamines.

D’ailleurs leurs maisons mères voient leur cours de bourse s’envoler, malgré les pertes récurrentes de leurs principales sociétés opératrices en RDC. Il a cité à titre d’exemple : CMOC ou Glencore, qui gèrent les deux plus grosses mines apportées par Gécamines dans les partenariats voient leur cours de bourse évoluer très favorablement à Toronto ou Shanghai, quand TFM ou Kamoto affichent des pertes et un endettement abyssal.


ACP / MCN, via mediacongo.net
429 suivent la conversation
2 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Lumumba Mulele - 14.02.2018 08:33

ils distraient les congolais avec les élection, démocratie, marche, dialogue et autres fumisteries, et pendant ce temps, ils pillent les richesses du pays. CONGOLAIS, REVEILLONS NOUS!!!

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TEBLOS - 12.02.2018 14:10

Bande de voleur et de pilleurs ...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement