mediacongo.net - Actualités - André-Alain Atundu : "Nous avons la conviction que l’opposition n’est pas prête pour les élections"!

Retour Politique

André-Alain Atundu : "Nous avons la conviction que l’opposition n’est pas prête pour les élections"!

André-Alain Atundu : "Nous avons la conviction que l’opposition n’est pas prête pour les élections"! 2018-02-09
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/atundu_liongo_18_003.jpg -

André-Alain Atundu

André-Alain Atundu Liongo, porte-parole de la Majorité présidentielle, réaffirme que Joseph Kabila ne pourra pas briguer un troisième mandat en décembre.

De passage à Paris, André-Alain Atundu Liongo, porte-parole de la Majorité présidentielle, la coalition au pouvoir en République démocratique du Congo (RDC), s’exprime sur la crise politique que traverse son pays à quelques mois, en théorie, d’élections générales à haut risque.

Le président Joseph Kabila, arrivé au pouvoir après l’assassinat de son père, en 2001, fait face à un large mouvement d’opposition – partis politiques, société civile et église catholique – qui conteste la légitimité de son pouvoir. Son deuxième et dernier mandat a en effet pris fin, légalement, le 20 décembre 2016. Il n’y a pas eu d’élections en 2016 et celles prévues l’année suivante ont été reportées. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a finalement annoncé des élections présidentielle, législatives et régionales pour le 23 décembre.

La répression des manifestations – à Kinshasa principalement – a provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes, souvent tombées sous les balles des services de sécurité, parfois jusque dans les églises catholiques. Ce recours à la force est jugé disproportionné par les Nations unies et plusieurs autres partenaires de la République démocratique du Congo (RDC), dont la Belgique. Des condamnations qui sont à l’origine de sérieuses tensions diplomatiques.

La Commission électorale congolaise a fixé la date des élections présidentielle, législatives, provinciales et locales à décembre. Des doutes pèsent sur la capacité de l’Etat à financer ces scrutins. Pensez-vous que le calendrier électoral sera respecté ?

André-Alain Atundu Liongo : Le président nous conseille de ne pas être distraits et de nous préparer au scrutin. Ce que nous faisons. A priori, nous n’envisageons pas de report. Nous subissons des contraintes budgétaires certaines, mais l’Etat provisionne 30 millions de dollars par mois [environ 24 millions d’euros] pour couvrir un budget total de plus de 500 millions de dollars. Ça ne devrait pas poser de problèmes. Idem pour le fichier électoral : l’enrôlement est terminé, il faut seulement que la Ceni nettoie les listes. En revanche, nous avons la conviction que l’opposition n’est pas prête et qu’elle voudrait repousser la date.

Les provinces du Kasaï et du Kivu sont le théâtre de violences récurrentes. La sécurité du scrutin pourra-t-elle être garantie ?

Il est difficile de partir sur une présomption de paix, notamment au Nord-Kivu et dans le Kasaï. Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de nuisance de certaines forces. Les élections sont toujours un moment de tension, particulièrement chez nous, à cause des rapports difficiles existant, d’une part, entre la majorité, l’opposition et la société civile, et, d’autre part, à l’intérieur de chacune de ces composantes. Il faut organiser des élections qui ne conduisent pas au chaos.

Les incertitudes qui pèsent sur la candidature du président sortant, Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, n’entretiennent-elles pas ces tensions ?

Non. Il a clarifié sa position, mais beaucoup de gens ne veulent pas l’accepter. Il n’est pas susceptible d’être candidat, en raison des dispositions constitutionnelles et en vertu de l’accord du 31 octobre 2017 qui souligne qu’on ne peut pas se représenter après avoir rempli deux mandats. Entretenir le doute est une tactique électorale. La Constitution sera respectée. Le président l’a dit devant le Congrès, il l’a redit lors de l’accord du 31 octobre. Il ne peut plus prétendre à un troisième mandat.

La Constitution peut aussi être changée et ensuite respectée…

D’un point de vue intellectuel et politique, c’est possible. Les partis signataires de l’accord se sont engagés à ne pas organiser de référendum pour modifier la Constitution. Ceci étant dit, on ne peut pas empêcher un groupe non signataire désireux de changer la Constitution d’user de son droit au référendum, seul instrument qui permet au peuple d’intervenir à tout moment. Tout dépend de sa capacité à réunir 100 000 signatures, déposer sa proposition de référendum au bureau de l’Assemblée et avoir ensuite son aval par un vote des parlementaires.

La répression meurtrière des dernières manifestations de l’opposition à l’appel de l’église catholique a été condamnée par la communauté internationale. Comment réagissez-vous à ces réprobations ?

Chacun de nos partenaires peut donner son avis sur des événements, et notamment sur cette opération musclée de maintien de l’ordre. Les autorités militaires et judiciaires ont été saisies et mènent des investigations. Malheureusement, l’Union européenne (UE) ne comprend pas qu’il y a tout intérêt à ce que la justice n’aille pas trop vite. Des policiers ont ainsi été interpellés ces derniers jours.

Mais les relations avec la Belgique sont au bord de la rupture…

La Belgique ne se prive pas de se prononcer sur ce qui se passe en RDC. Mais ce qui est inacceptable est la remise en cause des bases de nos relations diplomatiques à cause d’un dérapage qui échappe aux autorités. La Belgique a décidé d’allouer son aide directement aux ONG et non plus au pouvoir. Cela relève de sa souveraineté. C’est aussi la nôtre de dire que le Bureau de coopération belge [en RDC] ne sert plus à rien puisqu’ils préfèrent traiter avec des ONG. C’est une réplique normale. La Belgique n’est pas au-dessus de tout soupçon. Elle est partie prenante et considère que tout ce que fait la majorité est mauvais. Elle abuse de sa position au sein de l’UE pour induire les autres en erreur. La France ne devrait pas la suivre aveuglément.

L’église catholique congolaise a aussi pris position contre le pouvoir. Le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque de Kinshasa, a dénoncé « la barbarie » des forces de sécurité coupables de violences durant la marche des chrétiens, le 31 décembre 2017…

Précisons qu’il n’y a aucune persécution contre des catholiques en raison de leur religion. On reconnaît les principes de liberté des cultes et de liberté de pensée, en même temps que celui de la laïcité de l’Etat. Les lieux de culte sont inviolables pourvu qu’ils gardent leur destination première. S’il apparaît qu’ils servent à autre chose, les autorités civiles peuvent prendre toutes les mesures qui s’imposent.

Il faut distinguer l’archevêque de Kinshasa de l’église congolaise. Le cardinal Monsengwo entretient une confusion regrettable entre la mission apostolique de l’église et son rôle politique. Si elle veut jouer un rôle politique, elle peut le faire en tant que société civile. Ce n’est pas à un cardinal de demander « aux médiocres qui gouvernent l’Etat de dégager ». Le cardinal ne cherche pas l’unité mais les conflits. De plus en plus de chrétiens refusent cette confusion entre l’autorité du cardinal sur le dogme et ses prétentions à imposer ses convictions politiques.

L’erreur que l’église doit éviter est la tentation qui semble toucher le cardinal de vouloir instaurer une « théologie de la démocratisation ». Cette approche risque d’échouer, tout comme a échoué la théologie de la libération en Amérique du Sud. Prendre l’habit de l’église pour véhiculer des idées politiques, ça ne va pas. Nous ne voulons pas d’une guerre avec les autres religions du Congo. Nous avons déjà 450 tribus, 500 « églises du réveil » (protestants évangéliques)… L’important est de maintenir la cohésion nationale.


Le Monde
4270 suivent la conversation
27 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
CLC pour la Libération - 12.02.2018 10:12

C'est étrange que l'article paru le 10 Février et qui aborde le 3ème appel du CLC à la marche pacifique du 25 Février 2018 ne paraisse nulle part parmi les sujets d'actualité. On est obligé de procéder à une recherche du mot CLC pour y accéder. Mediacongo est jusque-là considéré comme l'un des rares médias où le peuple espère accéder aux infos émanant aussi bien de la Médiocrité Présidentielle et de l'Opposition. C'est étonnant que Médiacongo commence à filtrer des articles alors que l'appel du CLC est censé être l'actualité dominante des jours à venir. Prière de garder votre indépendance et de ne pas céder aux intimidations du pouvoir. C'est l'essence...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
bruno - 10.02.2018 21:27

yango mediocre oyo na ^paris azalaki wapi nakutana naye azua ba mbata nabukayo ata minu po okanga munoko wana

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Myaccount - 10.02.2018 05:07

Mr Atundu, vous vous croyez etre des genies dans votre M.P c'est trop decevant car vous faitez la honte de notre pays par des raisonnement mediocre. Vous pensez que nous sommes des idiots? Vous avaez la chances parceque vous n'organiser pas des vraies conferences, donc libre, sinon chaque membre de M.P serait desahibiller. Vous avez tjr proteger votre soit disant president, lui evitant la honte par l'anulation du debat contraductoire aux election de 2006 et meme 2011, s'il etait aussi intelligent que vous autres laisser lui se defendre. Je pensais a un terme familier en lingala qui peut bien representer MEDIOCRE, et je pensais a BULUYEKE. Mr ATUNDU c'est le BULUYEKE qui est dans ta tete,...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 09.02.2018 19:50

Alain Atundu, le peuple Congolais veut le changement de regime. Nous avons besoin de celui qui va aider le peuple Congolais pour trouver les travails, les BOULO. Nous n'avons pas besoin de ce CRIMINEL Joseph Kabila qui a tue' le peuple Congolais le 31 Decembre 2017 et le 21 Janvier 2018. Nois n'avons pas besoin de ce Rwandais Joseph Kabila qui a vole'l'argent de tresor public pour cahe' cela a panama papers 17 millions de dollars Americais et 70 Societe'. Kabila est venu au Congo avec les bottes des Jardiniers, bottes ya cahoutshu, bottes ya mbula. Ye azui mbongo wapi po akoma RICHE. Toko kanga ye... ata ndele.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
zemira - 09.02.2018 17:49

Atundu, où seras-tu candidat et à quel niveau ? Si tu peux en récolter 500 voix, je deviendrai médiocre comme toi.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
zemira - 09.02.2018 16:38

kanga - 09.02.2018 13:08, je ne saurai t'expliquer ce que ton petit cerveau de pigeon ne peut piger. Mgr Fridolin Ambongo est plus virulent vis-à-vis de Kabila que Monsengwo qui a remis sa démission à 75 ans alors qu'il en a 78 ans aujourd'hui. Le fait que le pape François n'a pas encore pris acte de sa démission prouve qu'il n'est pas médiocre pour figurer parmi les 9 cardinaux qui forment son gouvernement. Un Monsengwo vaut mille fois plus que votre gouvernement éléphantesque actuel où des semi-lettrés sont légion.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Lumumba Mulele - 09.02.2018 16:08

Bien sûre que l’opposition n’est pas prête pour les élections. Ils vivent tous à Kinshasa, ne vont jamais voir leur base, n’ont aucun bila à présenter, aucun projet en dehors du slogan “Kabila doit partir, on verra le reste après” . On ne peut pas diriger 82 millions de congolais avec une telle médiocrité. Il préfèrent agiter la rue à Kinshasa pour réclamer des négociations, et faire des arrangements sur le dos du peuple pour avoir des postes de ministres, et jouir du pouvoir en oubliant ce même peuple. NOTRE CONGO A BESOIN D’UNE CLASSE POLITIQUE QUI PROPOSE, MONTRE L’EXEMPLE, À UN PROJET POUR CE BEAU PAYS.VIVE LE CONGO PUISSANT ET SOUVERAIN.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Elie Du Jardin - 09.02.2018 15:10

Ce texte du journal Le monde est tout sauf un article de presse. Un mélange des cochonneries, des crasses d'opinion d'individus fait à dessein.Vraiment regrettable que les médias occidentaux, dans leur majorité s'écartent de la dimension de sacralité des faits, du code d'éthique et déontologies journalistiques, pour s'évertuer dans le sensationnel

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima - 09.02.2018 14:35

L'opposition est prête avec le Cardinal Monsengwo comme son candidat à la présidence si les autres liders de cette opposition se dedoublent constamment. Mgr Ambongo prendra sa place à l'archevêché de Kinshasa. Alors, que Atundu ne se préoccupe pas de l'opposition.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
YAMAMOTO - 09.02.2018 13:13

alain le mediocre, c est ton president qui bloque intentionnellement le processus , arrete avec tes affabulations

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kanga - 09.02.2018 13:08

Le Pape vient de mettre fin à la mediocrité que MOSENGO a toujours fait montre depuis la CNS. Commencant par dribler TSHISEKEDI en créeant la 3 voie alors que c'est sous le label TSHISEKEDI que MOSENGO a été propulssé MEDIOCRE MOSENGO

Non 6
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
florent - 09.02.2018 12:28

médiocre au carré

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congo Hope - 09.02.2018 12:10

Comment ça l'opposition n'est pas prête? et Bruno Tshibala ne fait-il plus partie de l'opposition? C'est la preuve qu'il est un allié du pouvoir en place. Si pour la MP l'opposition n'est pas prête, le peuple l'est et c'est suffisant.

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
ODINGI - 09.02.2018 12:04

Atundu : laisses Moise Katumbi rentrer tranquillement au pays et tout sera résolu à la présidentielle de 2018. Pourquoi la kabilie a peur de son retour au pays? Actuellement le vrai problème demeure entre la constitution et Kabila Kanambé.

Non 2
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BOB LEADER - 09.02.2018 11:44

La majorité devrait déjà commencer avec les primaires pour la candidature à la présidentielle de décembre prochain. Mais curieusement ils attendent que RAIS choisisse son dauphin cela ne se fait dans aucune démocratie. LA RDC MERITE MIEUX. Ne soyez pas seulement des simples opportunistes ou flatteurs.

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kawasaki - 09.02.2018 11:24

Vraiment la MP et JKK il n'y a que des médiocres. Quel est ce monsieur qui peut ignorer la situation actuelle au congo en général et celle à Kinshasa en particulier? Travailler ou intégrer la kabilie est un chemin de noir de non retour. AAA est médiocre comme JKK et Mende, tous voilent dans la même direction, conséquence, sans reproche de leurs activités en démarches car tout ce qu'ils font est une parole évangile.

Non 3
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 09.02.2018 11:15

Atundu est trop mediocre! Lui va fuir quand Kabila sera bloqué ici

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Manu - 09.02.2018 11:02

SI VOUS ETES PRÊT, QUEL EST VOTRE CANDIDAT PRÉSIDENT, Alain ATUNDU?

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Nguma - 09.02.2018 10:49

Avant de lancer encore une infamie expliquez au peuple une chose. La Médiocrité Présidentielle s'est précipité pour obtenir l'extradition de John Tshibangu. Que dites vous au Sujet de ce voisin que vous avez fait congolais par force KUNDA BATWARE. a quand son extradition? Bande de Colabo.Les voisins viennent chez nous ils tuent et vont se reposer a Kigali.

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! - 09.02.2018 10:46

Il ne va que dans sa ligne: LA KLÉPTOCRATIE MOBUTIENNE a fait place à la KLÉPTOCRATIE KANAMBISTE. Donc il est dans la ligne de sa VIE NORMALE, comme tout KLÉPTOCRATE! MAIS C'EST FINI CETTE FOIS-CI!

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
MUGUSHI PIMBU - 09.02.2018 10:39

André Atundu Elongi lokola ngulu azo bota.

Non 5
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Emma - 09.02.2018 10:30

cest ce qu'a dit Tshibala? il est de l'opposition Non? ou allez y si vous l'^tes, ou vous direz pas d'elections comme l'opposition n'est pas prête. dommage je parle à media congo qui ne fera pas parvenir ce message à Alphonse Atumbu

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Ntshiakala - 09.02.2018 10:07

Malheur à M'Zee avec sa révolution-pardon.Des gens comme ce charognard ne serait plus en vie.Qu'on me dise dans quel coin de ce pays Atundu peut être élu si ce n'est par fraude comme c'est la mode à la MP.

Non 2
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
TANGO, LA VOIX DU ZAIRE - 09.02.2018 09:47

FUITE DE CERVEAU. LE PETIT MENTEUR DE LA MP (MEDIOCRITE PRESIDENTIELLE). IL A FUIT MOBUTU ET EST VENU ADORER LE PETIT KANAMBE QUI A DEJA 17 ANS AU POUVOIR. POUR ATUNDU, UN MANDAT COMPTE 9 ANS. SELON LA CONSTITUTION, KANAMBE EST DEJA A SA 2 IEME ANNEE DU 3 IEME MANDAT. ATUNDU, ARRETES D'ENDORMIR LE PEUPLE.

Non 1
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Zairois - 09.02.2018 09:44

Montrez bien vos faces pour que tous les congolais vous voient très bien comme vous ne saurez jamais échapper!

Non 1
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 09.02.2018 09:08

Menteur de Atundu.Et quand Joseph dit qu'il cherche 5 personnes pour travailler avec lui, n'est ce pas parce qu'il a constaté que lui même est médiocre et il ne produit rien par ce qu'il travaille avec les médiocres? jusqu'au aujourd’hui, il n'a jamais trouvé ces personnes.

Non 3
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
fausseliberation - 09.02.2018 08:49

Bandes des politiciens médiocres et égoïstes. Il faut mettre l'intelligence au profit du peuple et non s'accaparer des richesses au profit d'une seule couche. Même dans nos traditions, le chef du village prenait en charge les orphelins.

Non 1
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

André-Alain Atundu : Les reports successifs des élections sont fondamentalement imputables au M23

Politique ..,