mediacongo.net - Actualités - Crypto-monnaie: le plus gros "braquage" en ligne de tous les temps a eu lieu à Tokyo

Retour Sur le net

Crypto-monnaie: le plus gros "braquage" en ligne de tous les temps a eu lieu à Tokyo

Crypto-monnaie: le plus gros "braquage" en ligne de tous les temps a eu lieu à Tokyo 2018-02-03
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/02-fevrier/01-04/bitcoin-cryptocurrency-hack.jpg Tokyo, Japon-

Des pirates informatiques ont détourné plus de 530 millions de dollars d'une plateforme d'échange de cryptomonnaie à Tokyo.

Des hackers ont réussi à pénétrer dans les serveurs de stockage d'actifs de la plateforme d'échange de cryptomonnaies CoinCheck. Ils y ont détourné une petite fortune, que la plateforme — dans le viseur des autorités financières nippones — s'est engagée à rembourser.

Le plus gros hold-up de l'histoire s'est déroulé, sans tambour ni trompette, dans la nuit du 25 au 26 janvier dernier. La plateforme d'échange japonaise CoinCheck, spécialisée en cryptomonnaie, a reconnu, lors d'une conférence de presse tenue en fin de semaine dernière à Tokyo, qu'un gang de hackers s'était introduit dans ses serveurs et avait réalisé frauduleusement un transfert de près de 500 millions de Nems (XEM), correspondant à un butin estimé entre 520 et 530 millions de dollars.

Jusque-là, le plus important braquage (numérique) jamais réalisé était celui qui avait frappé la plateforme Mt Gox, elle aussi basée à Tokyo, en février 2014. Le montant dévalisé avoisinait alors les 450 millions de dollars.

Le site CoinCheck qui tentait de poursuivre son activité, malgré ce détournement, a dû suspendre toutes ses opérations, le 28 janvier. Ses dirigeants se sont engagés à indemniser les 260 000 clients victimes de cette attaque, à hauteur de 400 millions de dollars.

Le président de Coincheck, Koichiro Wada (g), lors d'une conférence de presse, le 26 janvier 2018 à Tokyo. (© AFP)

L'Agence japonaise des services financiers va se charger de réaliser un audit de la situation, mais a d'ores et déjà signalé que CoinCheck devrait améliorer la protection de ses clients pour pouvoir opérer de nouveau. Yoshihide Suga, porte-parole de cette agence, estime que pendant que les autorités prennent le temps de trouver la cause de cet incident, des commissions devraient se charger de réfléchir à de nouvelles règles devant permettre de mieux protéger les détenteurs de cryptomonnaies, tout en régulant ces nouvelles monnaies.

Il faut dire que le phénomène cryptomonnaies est très présent au Japon, si bien que sur le mois de décembre 2017, un tiers des transactions en bitcoins étaient effectuées en yens, et ce, alors que bitFlyer (première plateforme d'échange japonaise) compte aujourd'hui plus de 1 million d'utilisateurs.

Après avoir craint que d'autres monnaies virtuelles aient pu être ciblées par les hackers, les autorités ont tenu à rassurer les usagers. C'est pour sécuriser leurs avoirs que les dirigeants de CoinCheck ont effectué des transferts massifs de comptes. Un mouvement de 110 millions de dollars, formulé en ripple, une autre monnaie virtuelle très populaire, a été réalisée vers un « wallet », un « porte-monnaie », inconnu à ce jour. Ce transfert avait fait courir un vent de panique sur les marchés, vendredi après-midi.

Cela n'a pas empêché la plateforme d'être la cible d'attaques de la part du gouvernement, qui lui reproche d'avoir stocké les actifs en cryptomonnaies de ses clients sur des serveurs connectés à des réseaux externes, les rendant ainsi plus vulnérables aux attaques. "Nous prendrons les mesures administratives nécessaires, y compris en procédant à des inspections sur place", déclare Taro Aso, ministre des Finances, regrettant un "manque de connaissances basiques et de sens commun".

Chute des cours de crypto-monnaies

La chute des crypto-devises qui a débuté en janvier s’accentue dès ce début de mois de février. (© Bourse Actu)

À ce stade, les experts en sécurité informatique recommandent aux opérateurs de conserver la majorité de leurs avoirs en cryptomonnaies sur des « cold wallets » (des « porte-monnaie » stockés hors-ligne) par mesure de prudence.

Depuis l'annonce de cette attaque informatique de grande ampleur, le cours du Nem (la 10e monnaie virtuelle la plus importante du moment) a perdu plus de 10 %. La plupart des monnaies virtuelles ont vu leur valeur baisser dans la foulée, exception faite du bitcoin. L'ensemble des sites commercialisant des cyberdevises vérifient les procédures de sécurité garantissant l'authentification des échanges sur leur plateforme.

La police japonaise n'exclut pas que cette attaque ait pu être réalisée par un employé de la compagnie ayant introduit intentionnellement un code malveillant dans les serveurs de CoinCheck.

En tout état de cause, les autorités financières japonaises ont indiqué qu'elles scruteraient attentivement les dispositifs de cybersécurité de l'entreprise et prendraient des sanctions le cas échéant.


Le Point / Les Numériques / MCN, via mediacongo.net
636 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Yahoo! réduit la voilure
left
ARTICLE Précédent : Microsoft greffe un anti-ransomware à OneDrive et Outlook.com
AUTOUR DU SUJET

Bitcoin : Le cours de la crypto-monnaie bondit après l'annonce de Goldman Sachs

Monde ..,

Le Bitcoin tombe sous le seuil de 13.000$ : Vrai krach ou correction passagère?

Economie ..,

Japon: une firme japonaise va partiellement payer ses employés en Bitcoin

Insolite ..,

La Corée du Sud interdit l’usage du bitcoin à ses banques

Monde ..,