mediacongo.net - Actualités - Suisse : des genevois invitent le baby-foot du futur 
Retour MC Geek !

Suisse : des genevois invitent le baby-foot du futur

Suisse : des genevois invitent le baby-foot du futur 2018-02-01
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/22-31/baby_foot_18_0002.jpg -

Des Genevois ont modernisé le célèbre jeu de bistrot grâce à la réalité virtuelle. Le résultat est à tester gratuitement demain et samedi à Balexert (GE).

Un imposant meuble en bois avec quatre axes métalliques qui dépassent de chaque côté. À première vue, le Koliseum Soccer, développé par l’entreprise genevoise Kynoa, reprend tous les codes d’un baby-foot traditionnel. Mais, en enfilant leur casque de réalité virtuelle, les joueurs s’immergent dans un univers futuriste et coloré. Au cœur d’un stade bondé, flottant au-dessus d’une mégapole, les habituelles figurines en plastique ont laissé la place à de gigantesques titans émergeant de la pelouse au début du match. Le principe de base reste le même: chaque participant contrôle deux rangées de footballeurs offensifs ou défensifs, suisses ou français.

Mais, contrairement au jeu de bistrot, différents bonus sont déverrouillables durant le jeu. Un bouclier qui protège son but pendant plusieurs secondes, un ressort qui fait rebondir la balle dans tous les sens, ou encore un «multiball», qui multiplie le nombre de ballons sur le terrain. Et, à chaque goal, les joueurs s’animent célébrant leur action ou engueulant leurs coéquipiers.

«Le baby-foot traditionnel est très populaire, mais les nouvelles technologies permettent d’y ajouter une touche de magie et d’échapper à la réalité pendant quelques minutes», explique Pascal Montjovent, directeur créatif de Kynoa, qui a lancé le projet en novembre dernier. Il souligne que de nouvelles améliorations seront ajoutées au fil du temps. Les titans devraient notamment bientôt pouvoir quitter leur axe et traverser le terrain balle au pied. «Il n’y a aucune limite à ce que l’on peut créer. Nous préparons aussi une version spéciale pour la Coupe du monde de cet été avec les différentes équipes nationales.»

Mais avec un prix légèrement inférieur à 100 000 francs pièce, le Koliseum Soccer ne s’adresse pas à toutes les bourses. «Nos clients, ce sont plutôt les centres commerciaux ou les cinémas qui voient leur fréquentation baisser et qui cherchent un moyen d’attirer du monde. Ils sont déjà nombreux en Suisse romande à être intéressés. Avec des parties gratuites, cela peut être un véritable aimant à visiteurs», assure Pascal Montjovent.

Étanche à la bière

Composé de cinq ordinateurs et de quatre casques de réalité virtuelle, l’appareil a d’ailleurs été conçu pour faire face aux participants les plus passionnés. «Il résiste à une utilisation très intensive par des «bourrins», et il est étanche à la bière», sourit-il. Si, à plus long terme, le directeur qui ne manque pas de créativité envisage des compétitions à distance, il préfère mettre en avant l’aspect convivial. «L’idée, c’est que les gens se réunissent et partagent les mêmes émotions, notamment grâce aux quatre écrans qui permettront aux spectateurs de suivre le match en direct», détaille-t-il.

Pascal Montjovent reconnaît sans peine vouloir flatter les ego. «Normalement, une partie classique crée des souvenirs pour ceux qui étaient là, mais il ne reste aucune trace. Chez nous, elle est filmée et elle peut être partagée en direct sur les réseaux sociaux. L’objectif, c’est de donner envie de revenir, de s’améliorer», souligne le responsable. Et pour que tout le monde prenne du plaisir, les bons joueurs seront légèrement handicapés, et les très mauvais favorisés. «Nous visons vraiment le grand public, les passionnés de baby-foot seront toujours plus attirés par un vrai», explique-t-il. Le but de l’entreprise genevoise est plutôt de faire découvrir la réalité virtuelle à ceux à qui elle fait un peu peur. «Le baby-foot est une manière de les rassurer en partant de quelque chose que tout le monde connaît.»

Alors que le Kolyseum Soccer sera officiellement lancé à mi-mars, le grand public aura la possibilité, demain et samedi, de l’essayer gratuitement au centre commercial de Balexert (GE). L’animation est ouverte à tous à condition de mesurer plus de 1,20 m, afin de pouvoir attraper les poignées. «Ce sera encore une version bêta, mais ce qui nous intéresse, c’est de recueillir le sentiment du joueur lambda», pointe le directeur. Il est vrai qu’à l’essai, il nous a fallu un peu de temps pour nous adapter à la réalité virtuelle et comprendre certains mécanismes du jeu. Pascal Montjovent admet s’attendre à nombre de remarques, notamment en ce qui concerne l’interface et la jouabilité.

«En réalité, nous pensions présenter un prototype beaucoup moins abouti, je suis même étonné que nous soyons arrivés jusque-là en seulement deux mois et demi. Les retours de ce week-end seront très précieux pour être prêts en mars.» D’ailleurs, à notre sortie de ses locaux, l’équipe de Kynoa cherchait déjà des solutions à nos remarques.


Le Matin
455 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Le smartphone, un outil d'aide au dépistage du cancer du col de l'utérus
left
ARTICLE Précédent : La lumière bleue de nos écrans peut accélérer le vieillissement de la peau
AUTOUR DU SUJET

Genève-Kasaï : compromis trouvé sur l'envoi des experts

Société .., Genève, Suisse