mediacongo.net - Actualités - Violence du 21 janvier: pour le pouvoir, la responsabilité est partagée

Retour Société

Violence du 21 janvier: pour le pouvoir, la responsabilité est partagée

Violence du 21 janvier: pour le pouvoir, la responsabilité est partagée 2018-01-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/manifestation_kinshasa_janvier_18_005.jpg -

Le bilan de la répression de la marche du 21 janvier en République démocratique du Congo est toujours contradictoire. Alors que la Cenco, la Conférence des évêques, parle de 6 morts (le même chiffre est avancé par la Monusco) et de 127 blessés, le gouvernement insiste sur le nombre de deux morts. Le cardinal Monsengwo, archevêque de Kinshasa interpellait mardi les autorités. Pour le porte-parole de la majorité présidentielle, Alain Atundu, la responsabilité de ces violences est partagée.

Il faut de la retenue, insiste Alain Atundu, interrogé par RFI. « Les propos du cardinal, à mon sens, relèvent de l’hyperbole politique. Je pense qu’il faut de la retenue de la part de tout le monde. Le plus important ici ce n’est pas la comptabilité macabre des morts. Dix, deux… Une seule personne morte c’est une grande responsabilité de la communauté. Et donc, chacun doit se sentir responsable. Je crois que, y compris le cardinal.

«Faire des omelettes sans casser des oeufs»

Vous savez, lorsqu’on fait des provocations, il faut bien que la police rétablisse de l’ordre. Malheureusement, on ne peut pas faire des omelettes sans casser les œufs. Et dans notre législation, toute mort d’homme implique une investigation. Et donc, une investigation pour identifier les coupables et les responsabilités, pour que la loi puisse agir conséquemment ».

La Monusco a tenu mercredi une conférence de presse au cours de laquelle il a été de nouveau question de la marche du 21 janvier et notamment de la situation à la maternité des Religieuses du quartier Delvaux où s'étaient réfugiés des manifestants. Et dans cette course-poursuite, les policiers et les militaires ont tiré des projectiles qui sont tombés sur la cour intérieure de l’établissement, alors que se tenait la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco.

Abdoul Aziz Thioye, directeur du bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l'Homme, a regretté cet incident. « C’est bien malheureux que des gaz lacrymogènes aient pu atterrir dans l’enceinte de l’Institut de santé qui abrite les nouveau-nés ».

Des agents de la Monusco également molestés

Bon nombre de personnes arrêtées lors des manifestations du 21 janvier ont été relâchées, a affirmé Abdoul Aziz Thioye. « Il y a quand même un effort de coopération des autorités policières, qui ont vraiment coopéré (et) relâché assez rapidement beaucoup de personnes qui avaient été arrêtées dans le cadre de la marche du 21 janvier 2018 ».

Mais des agents de la Monusco ont été, eux aussi, confrontés à l'hostilité et à l'agressivité de certains militaires et policiers déployés sur le terrain.


RFI / MCN, via mediacongo.net
2697 suivent la conversation
8 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Médard - 25.01.2018 23:11

bande des médiocres !!!!!

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Robespierre - 25.01.2018 20:52

La responsabilité incombe aux médiocres (Kanambe & Cie). Certains n'auront pas le temps de voir venir leurs morts.... Ils ont ouvert l'ère de la violence. Nous obtiendrons notre démocratie sous un canon de feu.... Oui le sang des médiocres coulera parce que leurs crimes ne resteront pas punies éternellement.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso - 25.01.2018 19:50

Atundu!"on ne fait pas d'omelettes sans casser les oeufs.' Quelle est la loi qui autorise des forces de sécurité a tirer à balles réelles pour disperser des manifestants (pacifiques c-à-d sans armes)?Faut-il rappeler à ce conseiller mobutiste les principes élémentaires de Démocratie et de proportionnalité dans les actions de maintien de l'ordre!! Insensé!En Droit,l'État outrepasse son pouvoir quand il ne respecte pas les normes(Droits de l'homme).De ce fait,les personnes dépositaires de l'autorité publique peuvent engager leur responsabilité pénale..!

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
anaonyme - 25.01.2018 19:33

IL NE DOIT PAS FAIRE SEMBLANT DE NE PAS ETRE LE RESPONSABLE L 'homme qui en 9 mois est parti de locataire à 15 villas dont 5 à 'étranger plus 6 immeubles commerciaux;plus 18 Jeeps ( + la BMW de 120.000 $ du fiston) l'homme aux comptes offshore avec 28 millions de dollars en 9 mois,Tshibala est le premier ministre de ce pays et tant l'armée que la Police sont SOUS ses ordres. Comme pour JP Bemba c'est TSHIBALA qui DOIT répondre d'éventuels crimes imputés à ces forces.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
zemira - 25.01.2018 17:38

Leurs lourds dossiers qu'ils alourdissent chaque jour, sont en cours de traitement à la CPI. Tous les médiocres concernés le savent.

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! - 25.01.2018 17:17

CELA VEUT DIRE AUSSI POUR LA MP: DÉNUDÉS LE PRÊTRE DEVANT SES PAROISSIENS. Bref: Que la CPI retienne toutes les déclarations et actes mortels commis par la MP! Mais les congolaises et congolais sont désormais debout pour en FINIR UNE FOIS POUR TOUTE, DE FAÇON PACIFIQUE, AVEC CE RÉGIME SANGUINAIRE DE LA MP!

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 25.01.2018 17:16

Kabila assassin! Operation: (1) sans un seul FC au policier ou au militaire Congolais; (2) To yebi ndako na yo, ti ya bandeko na bango (3) Reduire au silence: Koko Niangi, Shadari, Mova Henri, General Kasongo, Colonel Pierrot Mwana Mputu, Aubin Minaku, Lambert Mende, Kambila DIRCABA Kabila, Tshierry Musenepo, Roger Lumbala, Tshibala, Patrick Mutombo (fils Tshibala et son conseiller aspecial), Kimbuta et son vice gouverneur du Palu, Kabange Numbi, Ndeko Basile Olongo, Therese Olenga, Kassamba de Tele50, Pasteur Mukuna, Pasteur Soni Kafuta, Pasteur Kankenza, Kalev Mutond d'ANR, Claude Mashala, Shala Mwana, Faux pasteur Makolokotambola, Lisanga Bonganga, Zoe Kabila, Jeanette Kabila,...

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme! - 25.01.2018 17:14

Retenez bien cette déclaration d'ATUNDU:"on ne peut pas faire des omelettes sans casser les oeufs"... Ensuite il dit que le compte macabre n'est pas important..et de continuer: que chacun se sente RESPONSABLE" QUESTION: 1. Qui a félicité la police pour son PROFESSIONNALISME! Possiblement que ce professionnalisme veut dire pour la MP: - TUER ET GAZÉS LES GENS(retenez bien ce passage vous les connaisseurs! 2. Cela veut aussi peut-être dire pour la MP: TUER L'ASPIRANTE À LA VIE RELIGIEUSE...

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Marches du CLC : 14 personnes ont été tuées, selon le rapport de la commission d’enquête

Société .., Kinshasa

Marche du CLC du 25 février : deux morts dans la répression des marches organisées par le CLC

Société ..,

Troisième marche des laïcs catholiques : une démarche jugée inopportune

Politique ..,

Messe vendredi à la mémoire des "martyrs" des marches réprimées en RDC

Religion ..,