mediacongo.net - Actualités - Repression en RDC : faut-il sanctionner le coeur du pouvoir ? 
Retour Politique

Repression en RDC : faut-il sanctionner le coeur du pouvoir ?

Repression en RDC : faut-il sanctionner le coeur du pouvoir ? 2018-01-24
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/22-31/marche-21-janvier-kinsasa-repression-police.jpg -

La police a une nouvelle fois violemment dispersé dimanche 21 janvier les marches organisées par le CLC. (© Reuters/Kenny Katombe)

Deux marches des catholiques, avec des Congolaises et des Congolais de tous âges brandissant Bibles, chapelets ou rameaux pour autant de répressions violentes et mortelles de la part du pouvoir. Un pouvoir dont plus aucun membre, aucune structure n’est légitime, tous ayant largement dépassés la durée de leurs mandats faute de nouvelles élections.

Que demandent ces manifestants qui nécessite une telle répression ? Le simple respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre, signé le 31 décembre 2016 par la majorité et l’opposition sous l’égide des évêques congolais. Un texte qui prévoit notamment la libération des prisonniers politiques, la fin des poursuites judiciaires à des fins politiques de certains opposants, la fin des dédoublements des partis politique ou encore une réorganisation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) chargée de l’organisation des futures élections.

Le comité des laïcs de coordination qui a lancé ce mouvement de mobilisation populaire et pacifiste a aussi explicitement demandé au président Kabila de déclarer qu’il ne briguerait pas un troisième mandat inconstitutionnel.

Exigences élémentaires

Ces demandes des catholiques congolais, rejoints depuis le 17 janvier par les protestants et deux jours plus tard par les musulmans, n’ont rien de révolutionnaires. Tous demandent simplement le respect des textes (accord de la Saint-Sylvestre ou Constitution). Le premier a été signé par la majorité politique actuellement aux affaires, la seconde a été ratifiée en 2006 par Joseph Kabila, lui-même.

Mais qu’importe les promesses, les signatures ou les engagements pour le pouvoir de Kinshasa. Qu’importe aussi la vie des Congolaises et des Cogolais qui ont été abattus le 31 décembre 2017 et le 21 janvier 2018 pour avoir osé rappeler ses engagements au pouvoir  qui, selon le dernier calendrier fournit par la CENI, devrait organiser, si tout va bien, le passage par les urnes le 23 décembre prochain.

Mais à onze mois de ce scrutin, plus personne ne croit vraiment que ces élections auront bien lieu même si, officiellement, la communauté internationale continue à presser le pouvoir de respecter ce calendrier.

« Pas de marche arrière possible »

Comme après la première marche des catholiques du 31 décembre 2017, mais avec plus de détermination peut-être, la communauté internationale a condamné la répression brutale de ces manifestations pacifiques qui ont tué au moins plus d’une dizaine de Congolais. Pas une voix pour tenter de défendre l’indéfendable.

Le Cardinal Monsengwo, dans un communiqué publié ce mardi 23 janvier, a rappelé : « ceux qui ont prié et ont pu marcher ont été dispersés à coups de grenades lacrymogènes, des balles éssourdissents et de désencerclement, des balles réelles (…). Nous von sencore compté des morts, des blessés (…). Alors que le chef de la police avait annoncé la consigne selon laquelle il n’y aurait aucun décès, que les droits humains seront respectés… Que nenni ! »

Et le cardinal de poursuivre : « Comment peut-on tuer des hommes, des femmes, des enfants, jeunes et vieux scandant des cantiques religieux, munis de bibles, chapelets, crucifix ? Que veut-on au juste : le pouvoir pour le pouvoir ou bien le pouvoir pour le développement intégral du peuple dans la paix, la justice et la vérité. Nous voulons que règ,e la force de la loi et non la oi de la force ».

La veille les initiateurs de ces marches, les responsables du Comité des laïcs de coordination, avaient déjà condamné cette répression barbare et salué le courage des Congolaises et Congolais descendus dans les rues pour défendre leur liberté pacifiquement face à la violence et la brutalité de la répression des autorités avant de prévenir le pouvoir « nous n’avons pas peur. Il n’y aura jamais de marche arrière » et d’appeler le peuple à rester mobilisé pour d’autres marches à venir.

Condamnation unanimes

Depuis dimanche soir, la communauté internationale est unanime. Du pape François aux Nations unies, en passant par la France, la Grande-Bretagne, la Belgique ou les Etats-Unis, tous condamnent la répression sanglante de la marche des catholiques.

L’humiliation et le grostesque comme seule réponse

En face, dans le camp du pouvoir, on nie les chiffres et certains, plus zélés ou plus…, s’échignent à démontrer la « violence » des manifestants qui n’ont pas hésité à prendre d’assaut la parcelle (en construction) du ministre Félix Kabange Numbi. Lequel ministre n’a pas hésité à faire arrêter et à faire déshabiller ces manifestants (même le prêtre) pour les exhiber devant les caméras de la télévision, en violation de toutes les règles du respect des droits de l’homme ! Mais que fallait-il attendre d’un pouvoir qui, trois semaine plus tôt, n’a pas hésité à faire ouvrir le feu sur des paroissiens à l’intérieur même des églises.

Et que dire de l’attitude du ministre de l’Aménagement du terrtoire, Joseph Kokonyangi, qui n’a pas hésité à expliquer que ces manifestants étaient des terroristes venus « pour assassiner le ministre Kabange », prouvant ses dires en brandissant fièrement l’arme qu’il avait saisie sur l’un d’eux… un chapelet.

Hubert Leclercq
La Libre Afrique
5754 suivent la conversation
22 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
bila - 26.01.2018 06:25

il sont tomber vraiment si bas....

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jean MPO - 25.01.2018 08:40

Lumumba mulele, regarde à tes cotés et decouvre la misère du peuple congolais. Nous luttons parce que ce pouvoir qui veut rester en fonction a prouvé sa mauvaise foi envers ce peuple. As-tu déjà entendu dire que les habitants du vatican souffre parce que le pape est en fonction ? Si toi tu as une bonne vie ou tu acceptes la souffrance que tu as, pas nous. Même si tu aime Kanambe, mais il est hors mandat. Ne fût-ce que pour ça en tant qu'intellectuel tu dois être contre. A moins que tu sois de la trempe des Mova, ce professeur bidon à qui on va aracher ce titre bientôt

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
le commencement et la fin - 24.01.2018 20:14

Je comprends une chose, quand un régime, un roi et ou un chef d'Etat est près à tomber c'est l'endurcissement du coeur qui lui dirige, endurcissez bien vos coeurs vous allez vous rendre compte submergés dans la mer rouge! Votre temps est revolu!

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 24.01.2018 20:01

Nous voulons que la JUSTICE International de faire son TRAVAIL (la CPI) puisque le congo est un pays de MERDE , il faut que les MEDIOCRES degagent. Les Congolais vivent dans leur pays comme des seclaves. Pas de LIBERTER, pas de SECURITE', pas des TRAVAILS donc il n'y a rien a la RD Congo. Le peuple Congolais souffre beucoups.

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
ODINGI - 24.01.2018 17:39

Si Jean Pierre Bemba est entrain de croupir à la CPI, c'est parce qu'il aurait donné ordre aux soldats d’exécuter de forfaits. Mais Joseph Kabila qui donne ordre aux militaires et policiers confondus d’abattre les congolais lors de manifestations pacifiques. Ne mérite il pas passer ne fus que vingts ans à la CPI même s'il continuait à épuiser nos ressources minières pour les corrompre?

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Lumumba Mulele - 24.01.2018 16:43

l'église catholique est arrivée au congo en même temps que les les esclavagistes portugais, au 15 eme siècle. l'église a toujour été auprès de pouvoir colonial et esclavagiste quand il tuait les congolais. l'église catholique était la quand le roi Leopold des belges tuait 15 millions de congolais pour produire le caoutchouc. il n'y a pas de démocratie au sein de l'église: le pape n'est pas élu pour 2 mandats non renouvelables, et le pape est toujours un blanc, élu a vie. pourquoi le monseigneur ne se bat pas contre ça? il ne veut pas l'alternance au vatican pour pouvoir devenir aussi pape? l'église se fout des congolais.

Non 5
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kimbandanzila@yahoo,fr - 24.01.2018 16:12

C'EST CE QUE TU APPELLES TENDANCE MONSIEUR, LAISSES LE JOURNALISTE FAIRE SON TRAVAIL , PROUVES PLUTOT LE CONTRAIRE DE CE QU'IL DIT....DEPUIS QUAND UN CHAPELET EST UNE ARME LETALE??? OUI UNE ARME LETALE POUR LES SATANIQUES.....ON COMPREND ALORS....

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
100% RAIS - 24.01.2018 16:00

Cher journaliste, pas de tendance s'il vous plait

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Aiglonne - 24.01.2018 15:32

Ce ministre payera un jour

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Bondekwe - 24.01.2018 14:53

Un bon essai d'analyse, meme si DSK tente encore d'endormir les gens, Dieu est reponse a tout. Il n'y a ni revolution, ni subversion, ni terrorisme, ni coup d'etat, rien de tous ces mots que la MP est allee chercher. Kabange est un mediocre interdit d'exercer comme medecin. Kokonyangi, tout ministre, est en course pour le vice-gouvernorat du Maniema. Comprenez ce qu'il est. Mais vous avez omis le marabout qui tenait une Bible sans la lire et esperait convaincre en disant que les pretres etaient occultistes. Mais il sait au moins que pour etre eleve en dignite, il faut etre eleve en esprit. C'est divin.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Salima - 24.01.2018 14:20

Le congolais et la congolaise via l'action des pasteurs de Dieu ont pris leur propre sort en main. Le régime tombera de leurs mains et tout le système sera déraciné et ma filaire sociale reconstruite en écartant toute la médiocrité. Solution locale au problème locale. La fameuse communauté internationale ferait mieux de se tenir à l'écart.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Robespierre - 24.01.2018 14:08

... [CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE D'INCITATION AU MEURTRE]. La CPI a été informée

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
"Justice" ya mboka na biso - 24.01.2018 14:07

La meilleure sanction c'est l'action au cœur du système c-a-d la défense de nos droits et libertés qui fait la différence entre un citoyen et un esclave prisonnier à ciel ouvert...En 1987, messieurs, l'église catholique ,en Pologne,avec le Pape JPaul II soutenait le syndicat solidarnosc dans sa lutte contre la dictature et la chute du gouvernement communiste...la répression ou persécution on connaît,je vous ai dit pas avec nous Bana Nzambe !!

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Nguma - 24.01.2018 13:33

ON A PLUS BESOINS DE SANCTIONS MAIS PLUTÔT D'UN "DÉBARAS". AIDER LA POPULATION CONGOLAISE DE SE DÉBARRASSER DES RÉSIDUS DE L'AFDL.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Past DSK - 24.01.2018 13:27

Faites votre demande par la prière car cette dernière est solution à tous nos problèmes. Ce n'est pas la marche qui vous donnera raison svp! occupez-vous des affaires de Dieu, Lui répondra à vos besoins selon sa volonté!

Non 13
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kawasaki - 24.01.2018 13:07

S'il ya lieux vraiment que la communauté internationale cesse des silogants et passe à l'action. C'est-à-dire sanctionné JKK qui le donne l'ordre de saboter la population congolaise car lui étant Rwandais, neveux de Paul K envoyé en mission au Congo.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Elie Du Jardin - 24.01.2018 12:54

Il faut plutôt sanctionner le coeur du pouvoir de l'Eglise qui se contredit dans sa mission d'évangélisation laquelle mission est même un échec!

Non 14
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mawangu Sitra - 24.01.2018 12:36

Depuis dimanche soir, la communauté internationale est unanime. Du pape François aux Nations unies, en passant par la France, la Grande-Bretagne, la Belgique ou les Etats-Unis, tous condamnent la répression sanglante de la marche des catholiques - C'est bon. Mais pour quelle décision et quelle action. Du vrai flou et vrai bluff pour le peuple meurtri du Kongo . Tous savent que Kanambe ne partira que par la force. Et alors; cet homme n'a t-il pas versé le sang du peuple du Kongo plus que Kadafi.

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Patriote - 24.01.2018 12:32

LES MEDIOCRES

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
papy - 24.01.2018 12:32

ce qui est sûr, c'est un pouvoir finissant aux abois, ils partirons certainement, certainement, courage mon peuple avec Dieu nous vaincrons, felix kabange numbi, kokonyangi, kabila...La CPI les attendent

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 24.01.2018 12:14

Operation: (1) sans un seul FC au policier ou au militaire Congolais; (2) To yebi ndako na yo, ti ya bandeko na bango (3) Reduire au silence: Koko Niangi, Shadari, Mova Henri, General Kasongo, Colonel Pierrot Mwana Mputu, Aubin Minaku, Lambert Mende, Kambila DIRCABA Kabila, Tshierry Musenepo, Roger Lumbala, Tshibala, Patrick Mutombo (fils Tshibala et son conseiller aspecial), Kimbuta et son vice gouverneur du Palu, Kabange Numbi, Ndeko Basile Olongo, Therese Olenga, Kassamba de Tele50, Pasteur Mukuna, Pasteur Soni Kafuta, Pasteur Kankenza, Kalev Mutond d'ANR, Claude Mashala, Shala Mwana, Faux pasteur Makolokotambola, Lisanga Bonganga, Zoe Kabila, Jeanette Kabila, Marie-Ange Mushebekwa,...

Non 2
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Crise politique en RDC: des appels à la paix se multiplient !

Politique ..,

Marche de ce dimanche : le CLC insiste sur le caractère pacifique

Société ..,

Crise humanitaire : une conférence des donateurs pour la RDC prévue pour le 13 avril à Genève

Société ..,

Mortalité néonatale : plus de 96.000 bébés meurent avant l’âge d’un mois (UNICEF)

Santé ..,