mediacongo.net - Actualités - Mohombi : « Mon objectif sur le long terme est de reconstruire l’industrie musicale congolaise » 
Retour Musique

Mohombi : « Mon objectif sur le long terme est de reconstruire l’industrie musicale congolaise »

Mohombi : « Mon objectif sur le long terme est de reconstruire l’industrie musicale congolaise » 2018-01-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/8-14/mohombi_18_0001.jpg -

Mohombi

Le chanteur de renommée internationale a créé un groupe média dans son pays d’origine, où il est retourné s’installer avec sa famille. Après avoir sorti plusieurs singles à la suite de son dernier album, il prépare actuellement le troisième album de sa carrière qui connaîtra la participation de nombreux artistes internationaux et africains.

mediacongo.net : quelle est l’actualité de Mohombi aujourd’hui ?

Mohombi : Je suis impliqué dans des projets de composition musicale avec des artistes tels que Jennifer Lopez, DJ Khaled et Cardi B. Bien que je sois résident au Congo, je demeure toujours en contact avec les USA. J’ai également réalisé un single avec Fally Ipupa, toujours dans l’objectif de mettre en avant le Congo et l’Afrique. C’est une manière de montrer que la collaboration nous mène vers l’évolution. Il y a tout plein d’artistes et j’ai l’intention de réaliser de bonnes choses avec eux. C’est l’une des leçons que j’ai apprises à l’école américaine. Les collaborations permettent de véritables échanges et constituent des reflets ainsi que de bons exemples à montrer aux jeunes en Afrique. Cela nous positionne également comme des modèles car nous manquons de modèles en RDC.

Vous êtes également en train de préparer votre prochain album ?

Tout à fait. Je suis en train le finaliser. Pendant plusieurs années, après mon deuxième ablbum, je n’ai sorti que des singles. J’en suis à une cinquantaine, sans vraiment en avoir fait un album. Donc maintenant, j’ai décidé de réaliser un nouvel album avec des tubes inédits. Sa sortie est prévue pour la première semaine du mois de mars.

Quel est le titre de l’album ? Il contient combien de chansons et avec quels artistes avez-vous collaboré ?

Le titre de l’album c’est « African Dream ». J’ai réalisé beaucoup de collaborations super intéressantes que je ne peux pas encore dévoiler, car il reste encore certaines formalités à remplir avec quelques artistes. On enregistre le son mais c’est après qu’on négocie (Rires). La grande majorité de l’album a été enregistré dans mes studios à Kinshasa et il comporte environ 15 titres.

Vous avez récemment presté à Monaco. C’était dans quel cadre et comment s’est déroulé l’événement ?

Monaco a été une superbe aventure. J’étais content de représenter le groupement Mani Kongo d’où je viens ici en RDC et dont mon père est le roi. C’était dans un cadre strictement caritatif et j’ai eu l’honneur de chanter pour la princesse Charlène de Monaco et son entourage, en faveur de sa Fondation. Maintenant, je sais ce que ça fait de faire danser 300 millionnaires (Rires).

Et en termes de business, quelles sont vos activités actuellement ?

En ce moment, je suis en train de développer un groupe Média : TV, Radio, production musicale et audiovisuelle. Si nous-mêmes nous ne produisons pas des contenus de qualité et ne nous mettons pas au bon niveau, il ne faut pas attendre que quelqu’un d’autre le fasse à notre place. La radio est déjà opérationnelle et nous sommes d’ailleurs l’une des fréquences les plus populaires de Kinshasa. La télévision devrait commencer à diffuser vers août ou septembre 2018. Ce sont des médias de divertissement qui sont apolitiques et neutres. C’est une manière de participer à la reconstruction de l’identité de la jeunesse congolaise.

Comment se nomme votre groupe Media ?

Le groupe s’appelle La Clique Media. J’ai déjà un label de musique qui s’appelle La Clique Musique et le nom de la radio c’est « U.FM »

Quels sont les artistes que produit votre label. Ce sont des artistes congolais ?

A part les artistes congolais et africains, nous produisons plusieurs autres artistes : une chanteuse roumaine, un Américain, deux Suédois et un Belge notamment. Nous ne nous focalisons pas sur la quantité, car c’est facile de signer 100 artistes mais après il faut savoir faire le suivi… Je fais participer mes artistes dans la composition et la production pour d’autres artistes plus connus. C’est comme ça que moi-même je me suis fait connaître et que j’ai acquis un grand respect auprès de l’élite mondiale musicale, car j’avais voulu partager mes paroles, mes mélodies et ma musique pour leurs projets artistiques.

Comment avez-vous pénétré ce milieu et côtoyé toutes ces grandes stars internationales ?

Mon frère et moi avions un groupe à Stockholm en Suède. Pendant 10 ans, nous avions fait toutes les grandes scènes de la Suède. A un moment donné, j’ai senti que j’étais limité et que j’avais beaucoup plus à donner. C’est ainsi que je me suis rendu à Los Angeles aux USA. Après un moment, j’ai fait la connaissance du producteur Red One. Ce dernier, à cette époque, venait de produire les 3 plus grands singles de Lady Gaga. J’ai intégré l’équipe des compositeurs de Red One. C’est ainsi que j’ai pu côtoyer en studio des artistes comme Diddy, Rihanna, Quincy Jones, etc. Côtoyer ces personnalités et échanger avec elles en étant un jeune congolais, parce que c’est ainsi que je me présente partout où je vais, m’a ouvert énormément de portes. J’ai tout de suite senti que j’avais une superbe opportunité et qu’il fallait la saisir. C’est pendant que je tournais avec Red One et Lady Gaga, car on était en train de composer des chansons pour elle, qu’un jour à Paris j’ai commencé à improviser en studio. C’est ainsi que j’ai sorti la mélodie de « Bumpy ride » et que mon aventure musicale a commencé. C’est pourquoi, pour mon premier album, j’avais fait appel à tous ces artistes avec lesquels j’avais collaboré et créé des liens d’amitié durant mes expériences au studio avec Red One, notamment Pitbull qui est un très bon ami et parrain de mon fils.

Donc on peut déjà dire que Pitbull sera en featuring avec vous dans le prochain album, comme vous ne souhaitez pas citer de noms d’artistes ?

Ça c’est inévitable. (Rires)

D’autres noms d’artistes à partager ?

Ça a va être une surprise. Je préfère garder le secret pour le moment. Ce ne sera pas uniquement des Américains. Il y aura aussi des Africains. J’ai réalisé énormément de collaborations dans cet album. Mes fans ont besoin d’entendre un peu plus leur artiste et beaucoup de chansons de cet album me tiennent à cœur et j’ai envie de les interpréter tout seul.

Au regard de votre expérience internationale, comment industrialiser aujourd’hui le secteur musical congolais ?

C’est vraiment mon objectif sur le long terme et un devoir que je me suis donné. Essayer de reconstruire l’industrie musicale congolaise. Pour ce faire, j’ai fait appel à beaucoup d’amis : influenceurs, grands patrons de l’industrie musicale africaine et internationale afin que l’on se réunisse et que l’on cherche les voies et moyens pour rendre rentable la musique congolaise. Quand un pays va bien, l’industrie musicale génère des recettes importantes pour l’économie. Il faudrait changer la perception de la musique auprès des autorités notamment. La musique représente plus que des mélodies et des rythmes, les chanteurs ne son pas que des mendiants. Il faudrait leur faire comprendre qu’il y a de l’argent à faire avec la musique. Le Nigeria constitue aujourd’hui un très bon exemple car ils doivent réaliser un chiffre d’affaires de 40 millions de dollars dans l’industrie musicale, selon les chiffres officiels. C’est aussi pour cela que j’ai créé, avec mon équipe, ce groupe média afin de donner aux jeunes l’opportunité de se faire entendre. On ne peut pas développer une industrie musicale si on ne donne pas aux talents les outils nécessaires pour s’exprimer. Cette année va être super intéressante pour le secteur.

Vous vous investissez actuellement dans l’éducation de la jeunesse. En dehors du groupe média, quels sont les autres projets que vous développez en faveur de cette jeunesse ?

J’ai décidé de m’impliquer dans l’éducation car il faut commencer très tôt. On acquiert les bonnes valeurs déjà dès le bas-âge. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de rentrer en RDC avec mes enfants. Avec la Fondation familiale, nous avons déjà construit une école. Nous avons également un hôpital et j’aimerais bien aussi entreprendre dans le secteur sportif notamment dans le football.

Propos recueillis par PN
mediacongo.net
1014 suivent la conversation
1 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
LITOYI - 13.01.2018 01:28

Au lieu de NOUS AMENER LES INDUSTRIES DU LAIT OU DU CIMENT ?VOYEZ-MOI UN AUTRE.qui nous amène encore la misère.Notre pays est arrivé à ce niveau où les médiocres sont partout même au sommet de l’état c'est à cause de la musique trop de bassesses ,futilités.QUEL PAYS AU MONDE SE DÉVELOPPE AVEC LA MUSIQUE?

Non 2
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Vient de paraître : « Papa Wemba, la voix de la musique congolaise moderne »
left
ARTICLE Précédent : Une photo de la dépouille Marie Misamu fait des victimes à la morgue de la clinique Ngaliema