mediacongo.net - Actualités - Crise Electorale : Et si on (re)donnait la primeur au souverain primaire ?

Retour Politique

Crise Electorale : Et si on (re)donnait la primeur au souverain primaire ?

Crise Electorale : Et si on (re)donnait la primeur au souverain primaire ? 2018-01-10
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/8-14/Elections-Walikale-novembre-2011-monusco.jpg -

Les divergences au sein de la classe politique congolaise poussent bon nombre d'analystes à croire que chaque année sera, de vive allure, celle de l'hécatombe. Depuis quelques temps, déjà pendant les ultimes années de la fin du deuxième et dernier mandat officiel du Président de la République, c'est pratiquement le combat acharné qui s'aiguise entre l'opposition contractée dans la logique du déboulonnage des bases du pouvoir actuel et la majorité se confiant au cours de l'eau que propose le temps.

Faute d'entente et, surtout, en vertu du mauvais goût effréné de la recherche des intérêts personnels et partisans, les solutions idoines n'ont jamais été trouvées lors des différentes discussions et accords entre les acteurs socio-politiques de toutes les catégories, ou dans le pire des cas, ce sont des décisions prises d'un commun accord, dont les parties prenantes ne s'engagent fermement pas à respecter les retombées de plein gré.

Le devoir patriotique a-t-il peut-être quitté le cercle dirigeant des autorités congolaises, et même, de tout le peuple qui ne se préoccupe plus que de son ventre abandonné à son triste sort ? Telle est la question fondamentale.

Il s'avère, malheureusement, que la guerre d'idées est la plus louable de toutes les guerres. Puisque, non seulement, elle peut mener les barges d'un peuple au summum de son périple, mais surtout parce qu'elle peut servir de commun diviseur entre plusieurs propositions découlant de la classe dirigeante opposition et majorité.

Néanmoins, si cette guerre, malgré son prolongement dans le temps, ne satisfait pas le besoin primaire consistant à unir les différentes parties pour le développement du pays et l'émergence de la jeunesse congolaise méconnaissable, elle n'est plus d'une utilité primordiale à être engagée.

Des dialogues pour envoyer le peuple congolais aux urnes

Ni le dialogue de la Cité de l'Union Africaine, chapeauté par Edem Kodjo en octobre 2016, ni celle du 31 décembre 2016, sous l'égide de la CENCO, n'ont apporté des solutions pour permettre au peuple d'aller aux élections.

Dans le cas d'espèce, en République Démocratique du Congo, le dialogue de la Cité de de l'Union Africaine chapeauté par Edem Kodjo en 2016, a été institué à Mont-Ngaliema, pour tenter de résoudre, si besoin en était encore, l'équation ou la querelle née de la non-tenue des élections dans le délai constitutionnel, à la fin du deuxième et dernier mandat de Joseph Kabila.

Bien entendu, l'Accord du 18 octobre 2016 n'a pu être mis en application après le déboulonnement du gouvernement Badibanga.

Plus tard, il aura donc fallu conclure de nouvelles discussions, le 31 décembre 2016 sous l'égide de la CENCO, pour tenter un nouveau miracle. Ce qui a permis d'accorder, entre autres, douze mois de rallonge au Chef de l'Etat pour lui permettre d'honorer l'engagement d'envoyer le peuple congolais aux urnes.

En 2018, ce peuple n'a toujours pas obtenu ses élections malgré les assurances de la CENI, du CNSA et Gouvernement. 

Dans une telle logique, celle de la Majorité, l'Accord a été respecté et il y a des signaux clairs qui annoncent la tenue effective des scrutins prévus le 23 décembre 2018.

Dans l'autre logique, celle de l'opposition contestataire de la mauvaise gestion de la chose publique, le fiasco de l'Accord de la Saint Sylvestre n'est pas mis en doute. Aucun des arrangements signés sous la bénédiction des Evêques n'a été pris en compte.

Certes, les avis sont partagés mais pour plusieurs congolais, l'Accord du 31 décembre 2016, devenu caduque, n'a pas eu gain de cause pour consacrer l'organisation du processus électoral en RD Congo.

Aujourd'hui, le Gouvernement et les parties prenantes s'engagent dans la ligne unidirectionnelle des prochaines élections et pointent du doigt accusateur sur tous ceux qui oseraient s'y opposer. Mais, ces élections auront-t-elles résolues les tracasseries majeures du citoyen en désaccord à son organisation ?

Ceux qui se déclarent être au centre des démêlés proposent, curieusement, une autre relance des discussions pour souder les précédents accords, engager ceux qui ont été écartés auparavant et aplanir les divergences résiduelles en cette période pré-électorale.

S'agit-il là, d'un aveu d'impuissance pour les uns ou d'un nouveau deal pour les autres ? Le mieux serait, en tout cas, d'opter, quelles que soient les raisons, pour une logique qui donne la primeur au peuple souverain et qui privilégie, après tout, les intérêts de tous.

Boris Luviya
La Prospérité
3134 suivent la conversation
21 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
"Justice" ya mboka na biso - 10.01.2018 18:03

En réalité; ce que l'article ou les kabilistes n'évoquent pas c'est la situation de coup d'état"constitutionnel"( contre la légalité constitutionnelle avec l'interprétation étriquée de l'article 70 ) dans laquelle se trouve le pays;toutes les institutions sont hors mandat et quant à la présidence, le terme de son mandat prévu par la Constitution est échu depuis le 19 décembre.Que fait encore ce monsieur à la tête de nos institutions?Et c'est dans ces conditions de perte de légitimité et de dialogue biaisée qu'avec Kabila nous aurons des élections libres et transparentes??Faut pas rêver !!!

Non 0
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 10.01.2018 17:44

Il y'aura des éléctions en Décembre, l'opposition va contester les résultats Kabila serà obbliger de rester, au cas ces élections là venaient invalidées. Il faut 20-30 ans de paix et de travail dur, pour voir la lumière au but du tunnel. Sans cela nous allons rester dans la zone de turbulence pour les prochains 50 ans. L'opposition doit etre responsable, sans promettre des miracles.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 10.01.2018 17:13

Buzoba et mediocres!

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 10.01.2018 16:47

Il n'y a pas la crise electorale a la RD Congo mais le pays est sous les occupations des RWANDAIS. Tous ceux Joseph Kabila fait cela nous montre un signe de DICTATURE. Son MANDAT a expire' le 19 Decembre 2016 et il ne veut pas organise' les elections 23 Decembre 2018. Joseph Kabila cherche de gagner le temps pour se maintenir au pouvoir a VIE.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 10.01.2018 16:42

Il n'y a pas la crise electorale a la RD Congo mais le pays est sous les occupations des RWANDAIS. Tous nos institutions sont remplis par des RWANDAIS. En 2006 et 2011 Joseph Kabila a vole' les elections. Son MANDAT a expire' le 19 Decembre 2016 et il ne veut pas organise' les elections puisque la Constitution et l'accord du Saint Silvestre ne l'autorise pas de se presenter. Apres le 31 Decembre 2017 le peuple Congolais ne lui reconnais pas comme PRESIDENT. Joseph Kabila est hors MANDAT c.a.d il est illegal et illegitime. Joseph Kabila nous a tue' le 31 Decembre 2017 dans des Eglises de DIEU et cela ne se fait n'il part dans le MONDE. Tous ceux qu'il a fait cela nous montre un signe de...

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 10.01.2018 16:39

Une médiocrité dans la presse pas de référendum pour accorder un bail à KANAMBE pire encore les dialogues les médiocres signent sous réserve pour rebondir dans leur schéma du départ. Médiocre dégage

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Etienne TSHISEKEDI - 10.01.2018 15:35

Ça ce n'est pas un article de presse mais un ballon d'essai de la MP pour tester la réaction du peuple en rapport avec son fameux projet de changer la constitution par referendum afin de permettre au premier médiocre de la RDC en la personne de kanambe alias joseph kabila de s'accrocher malignement au pouvoir qu'il ne veut pas quitter. Je met donc en garde cette bande d'imposteurs sur ce projet vous préviens en même temps que si kanambe veut précipiter son départ de façon tragique il n'a qu'à oser d'organiser son fameux referendum.J'appelle le vaillant peuple Congolais non seulement à ne pas laisser passer cette bêtise mais surtout à se tenir prêt pour réagir de façon...

Non 1
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Serge k - 10.01.2018 15:29

Article tendencieux, Laissez les gents sortir de leurs maisons un seul jour en enfermant vos Mura aux camps vous verez quelle sanction le souverain primaire va influger aux MEDIOCRES isurpateurs

Non 1
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mushikazi - 10.01.2018 15:00

mêmes Kabila lui même avait dit qu'il n'avait pas 15 personnes autour de lui à qui il pouvait faire confiance pour bien gouverner, tous cela justifie et embelli l'intervention de mon saint père le CARDINAL LAURENT MOSENGWO PASINYA.

Non 0
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
mushikazi - 10.01.2018 14:55

"Que les médiocres dégagent".Qui se sens mous se mouche. la vérité blesse. et les congolais médiocres n'aiment pas qu'on leurs disent la vérité. Félicitation tata CARDINAL.la caravane passe.

Non 0
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Tarzan moteur bis - 10.01.2018 14:35

Si quelqu'un insulte son prochain de la médiocrité en réalité il est plus médiocre que ce dernier. Avec toutes mes respects ,le cardinal Pasinya n'a qu'a se rappeler de son passage à la tête de la conférence nationale souveraine en 1992. Avait-il réussir à régler les problèmes qui rongés le pays à l'époque? La réponse est claire et c'était de la médiocrité sur médiocrité avec Monsengo à la tête. Donc celui qui voit la médiocrité de l'autre sans le corriger avec amour et douceur ,il plus médiocre que l'autre.

Non 15
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kimamba/Kalenge - 10.01.2018 14:25

Mr Boris Luviya,vous devriez savoir qu'en RDCongo,même ceux qui sont au commande qui se vantent d'être populaires dans ce pays, ne font pas confiance souverain primaire,les autres non plus ne font pas confiance à ceux qui sont aux affaires pcq, sont des trichers de premier ordre.C'est aussi pour cela que les congolais pris globalement refusent le réferendum qui risque d'être triqué.

Non 0
Oui 10
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mwelanya Kalimba - 10.01.2018 14:12

Que LES MEDIOCRES dégagent. !!!!!

Non 0
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 10.01.2018 14:03

Mampuya, c'est Minaku,Mende,Atundu ou quel autre mediocre peut tester le cardinal Monsengwo ????

Non 1
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 10.01.2018 14:00

Je disais meme sans campagne, pas champagne. Lol

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 10.01.2018 13:58

Quand j'étais à l'école primaire , le livre le plus important était le dictionnaire, pour chercher des gros mots pour épater les amis. Maintenant je vois de la meme façon que la parole médiocre est dans la tete et ésprits comme parole fetiche. Monsegwo s'il se presentait il ne passerà pas. L'habit ne fait pas le moine.

Non 13
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 10.01.2018 13:07

Enregistrement sonore. Il faut etre naïf et tres mediocre pour croire aux betises des votes avec vos machines A tricher. Je demanderai au cardinal d'etre candidat A la presidence, meme sans champagne je vous garanti 95%, aucun mediocre de la MP(Mediocre Presidentiel) peut faire face.

Non 1
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Motoazamotote - 10.01.2018 13:02

Le people n'attend avoir la parole que pour transcher sur celui qui remplacera Joseph KABILA don't le dernier mandate est terminé depuis plus d'une année. En dehirs des elections constitutionnelles, autre type de consultation du people ne pourra se faire que lorsque la MEDIOCRITE sera éliminée. Nos petits nous jugeront. Mais nous ne pouvons pas nous juger maintenant. Le faire maintenant c'est confirmer notre MEDIOCRITE.

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Motoazamotote - 10.01.2018 12:58

Nous people Congolais, n'avons plus besoin d'une autre sorte de consultation. L'unique consultation que nous attendons c'est au sujet de qui remplacera Josph KABILA car son premier et son second mandate sont tous terminés. Il ne peut plus se representer. Pas question de referendum. Le prochain referendum ne pourra se tenir que vers la fin du siècle en cours. Donc vers 2099 voir 2100.

Non 0
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
omega - 10.01.2018 12:50

Oui donnez la primeur au souverain primaire pourra trancher. je pense. Il n'est pas question de mediocre ici mais d'une reflection objective mr Florent pas Ibenge coach.

Non 5
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
florent - 10.01.2018 12:04

médiocre, aucun sens

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa