mediacongo.net - Actualités - Marche des laïc catholiques: Echec de la marche sur fond de division au sein de la CENCO

Retour Société

Marche des laïc catholiques: Echec de la marche sur fond de division au sein de la CENCO

Marche des laïc catholiques: Echec de la marche sur fond de division au sein de la CENCO 2018-01-02
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2018_actu/01-janvier/1-5/eglise_catholique.jpg -

Au regard du bilan de 4 morts dont un policier et 2 badauds, la PNC s’en est finalement bien tirée, estiment les observateurs.

Les Kinois ne sont pas descendus en masse dans les rues, dimanche 31 décembre, à l’appel du Comité laïc de coordination (CLC) de l’Eglise catholique pour "libérer l’avenir et faire du pays une terre de paix, de dignité, d’hospitalité et de progrès pour tous". Dans certaines paroisses de la capitale, puisque cette marche devrait partir de différentes paroisses de Kinshasa, ceux des fidèles qui ont essayé de marcher après la messe, bravant ainsi l’interdiction du gouverneur de la ville, ont trouvé sur leurs chemins les forces de l’ordre pour les stopper net.

Toujours dans la capitale rd congolaise, les curés, dans d’autres paroisses, ont demandé aux fidèles de rentrer chez eux. Ce n’est pas tout. Kinshasa n’étant pas le Congo, certains évêques, et non des moindres, ont déclaré ne pas être concernés par la marche initiée par le CLC.
C’est le cas notamment de l’Archevêque de Kisangani et de surcroît président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Mgr Marcel Utembi, dont les sources rapportent qu’il s’étonne qu’on ait attribué cette manif à l’Eglise catholique. D’autres sources affirment que son adjoint serait sur la même ligne.

En tout cas, nombre de prélats se disent surpris que l’organisation d’une telle marche n’ait été abordée ni discutée au cours de la réunion de la CENCO. C’est dire que le Comité laïc de coordination n’a pas vocation à engager l’église à l’échelle du pays. D’où, croit-on savoir, que ce mot d’ordre n’a pas été suivi dans nombre de diocèses du Congo profond, comme Kisangani, Boma, Beni, Bukavu...

Ceci prouve à suffisance que sur cette question précise, l’Eglise catholique est divisée. Il apparait aussi, vu d’un certain nombre de diocèses du pays, que l’initiative du CLC n’a engagé que la capitale Kinshasa. Concernant la revendication de la marche, celle-ci est partie de la mise en oeuvre des mesures de décrispation politique l’application intégrale de l’Accord du 31 décembre 2016, jusqu’au... départ du président Joseph Kabila. Un mot d’ordre qui, par son élasticité, analysent des observateurs, trahissait en fait la politisation de la démarche. Celle-ci, de l’avis toujours des mêmes observateurs, devient politiquement orientée. L’adhésion massive de l’Opposition et de la Société civile proche de celle-ci n’est donc pas le fait du hasard.

LA PNC S’EN EST BIEN TIREE

Ce dimanche 31 décembre, Kinshasa ressemblait à une forteresse imprenable. Pour permettre aux habitants de la capitale de bien passer la Saint Sylvestre et fêter le Nouvel An, tous les carrefours et autres points névralgiques étaient investis aux premières heures de la journée par la police, renforcée à certains endroits par des éléments FARDC.

Et on doit à la vérité que lors de ces opérations de maintien de l’ordre, les policiers n’ont pas eu à faire qu’à des marcheurs pacifiques. Le CLC dans une mise au point des jours plus tôt, avait insisté sur le caractère pacifique de la manifestation. Il avait invité la population à n’accepter aucune forme de violence : pas de pneus brûlés, pas de barricades, pas de propos violents, pas d’injures, pas de jets de pierres et autres projectiles, pas d’actes de vandalisme.

Les manifestants étaient également appelés à ne pas considérer les policiers, les militaires et autres agents des services de sécurité comme des ennemis... Mais rien de tout cela. Car manifestement, des opportunistes et autres casseurs se sont invités à la marche. Des scènes de violences et de pillages étaient donc à redouter. Et des morts aussi.

A Matete par exemple, une chambre froide a failli être pillée. Commentant cette séquence malheureuse, le porte-parole de la police indique que "le cas de deux morts signalés au niveau de Matete, c’était des pillards qui ont trouvé la mort au quartier Mutoto, devant une chambre froide, au moment où ils étaient en train de piller. Leurs camarades kuluna les ont transportés jusqu’à la paroisse Saint Alphonse, pour les jeter dans l’enclos", selon un communiqué lu hier soir au 20h de la RTNC, la radiotélé publique, par le porte-parole de la police, le colonel Pierrot Mwanamputu.

Ce dernier rapporte qu’"en ce moment, les opérations de maintien de l’ordre public étaient déjà terminées au niveau de Saint Alphonse et tout était rentré dans l’ordre. Intérrogé à ce sujet par le commandant du Commissarait du Mont-Amba, le curé de la paroisse Saint Alphonse confirme les faits. Pour lui, aucun de ses paroissiens n’a été tué par la police car les forces de l’ordre sont venues pour les disperser. Et les deux corps retrouvés dans l’enclos de sa paroisse, ramenés à la morgue par la Croix-Rouge Monusco étaient des délinquants qui avaient trouvé la mort très loin, à Mutoto, très loin de sa paroisse, et ramenés par des badauds", indique le porte-parole de la police.

"Pendant que les opérations de rétablissement de l’ordre public étaient complètement terminées," dit-il, "et que le trafic avait repris normalement, par mauvaise coïncidence, des bandits assimilés au Kamwina Nsapu, avec bandeaux rouges autour de la tête, sont simultanément venus attaquer la maison communale et le marché de Liberté dans la commune de Masina, où, au cours des échanges des tirs, l’un d’eux a succombé. Les trois autres ont été arrêtés. Après interrogatoire, ils sont passés aux aveux. Pour l’instant, l’enquête continue pour démasquer le reste de la bande en fuite."
Le colonel Pierrot Mwanamputu affirme, qu’"au regard des éléments d’enquête vous livrés, vous constaterez avec nous que, dans le cadre de la manifestation du 31 décembre 2017, il y a, c’est le cas de le dire, zéro mort pour les opérations de rétablissement de l’ordre public effectuées par les forces de l’ordre."

DES ASSAILLANTS SYMPATHISANTS D’UN PARTI POLITIQUE

D’autres sources vont jusqu’à citer les noms de certains assaillants arrêtés et auditionnés : Alexandre Tshibangu, Mukendi, Tshibwebwe, Kalonji Donat, Manda Simbi et Pande Mutshipayi. Tshibwebwe a déjà été cité comme ayant participé aux attaques attribuées à l’aile kinoise de Kamwena Nsampu. Les auditionnés ont déclaré être tous sympathisants d’un parti politique qui les aurait mobilisés.

Au regard du fait que jusqu’ici aucune paroisse n’a fait état d’un paroissien tué, d’où viendrait les 8 voire 10 morts brandies par certaines organisations internationales ?

Didier Kebongo
Forum des As
294 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Assemblée plénière extraordinaire de la CENCO: « Nous n’abandonnerons jamais notre...

Religion .., Kinshasa

Messe en mémoire des victimes du 21 janvier 2018 : l’émotion ce vendredi à la cathédrale...

Politique .., Kinshasa, RDC

Messe vendredi à la mémoire des "martyrs" des marches réprimées en RDC

Religion ..,

Marche du 21 janvier: des familles assurent avoir dû payer pour la libération de leurs proches

Société ..,