mediacongo.net - Actualités - Loi électorale : les Sénateurs devant leurs responsabilités !

Retour Politique

Loi électorale : les Sénateurs devant leurs responsabilités !

Loi électorale : les Sénateurs devant leurs responsabilités ! 2017-12-06
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/12-decembre/4-10/kengo_leon_17_0003.JPG -

Léon Kengo wa Dondo, président du Sénat

C’est à eux qu’il revient maintenant la mission d’examiner et d’adopter, à leur tour, la loi électorale, après que l’Assemblée Nationale se soit acquittée de son travail. Les Sénateurs sont, en effet, tenus de ressasser ce projet de loi électorale  et d’apprécier les critiques  des Députés de l’Opposition qui l’ont boudée, lundi 4 décembre dernier. Mais, jusqu’où iraient-ils, dès lors que l’on sait qu’en de divergences persistantes, même après les conclusions de la commission paritaire mixte, c’est le point de vue de l’Assemblée Nationale qui l’emportera ? Ont-ils vraiment du temps de tout revoir, au regard du calendrier publié le 5 novembre 2017 qui fixe la promulgation de cette loi électorale par l’actuel Président de la République, Joseph Kabila Kabange, au plus tard, le 15 décembre 2017 ?

Le débat aura été vif à l’Assemblée Nationale. Mais, au finish, la loi électorale est passée lundi, tard la nuit, en l’absence de Députés de l’Opposition qui, eux, très contre une série de dispositions, avaient choisi de quitter la salle de congrès du Palais du Peuple. Ainsi, la machine à voter sera-t-elle maintenue pour alléger, selon les dires certains Députés de la Majorité, les contraintes budgétaires liées notamment, à l’impression ainsi qu’au volume de bulletins de vote.

L’affaire de la caution sera également le véritable tendon d’Achilles. Le candidat Député National devra payer 1.600.000 FC. Tandis que le Candidat Député Provincial sera tenu, lui, payer un montant 1.000.000 FC. Au niveau du seuil de représentativité qui est  une des matières ayant fait jaser, la loi électorale, telle qu’elle a été adoptée, retient 1 % comme la barre minimale infranchissable, pour tout celui qui veut mériter du peuple, l’attribution d’un mandat national à la prochaine Assemblée Nationale. Des pesanteurs spécialement axées sur les aspects judiciaires, pour tous les condamnés dont les peines sont coulées en force de chose jugée. Le casier judiciaire aidant, certains des  politiciens détenus ou exilés auront du mal à concourir au suffrage, même si l’on arrivait à appliquer l’Accord de la Saint Sylvestre, dans son volet consécutif à la décrispation politique, à l’assainissement de l’environnement ou, alors, à l’assouplissement des mesures d’encadrement des libertés publiques en termes de manifestations pacifiques ou d’expression individuelle ou collective.

Elections 2018 ?

Le calendrier existe, depuis le 5 novembre 2017.  Le sprint final est fixé au 23 décembre 2017. La passation de pouvoir entre l’actuel Président et son successeur élu, se fera le 12 janvier 2019. Le fichier électoral arrive, dès qu’on en aura fini avec l’espace Grand Kasaï. La loi électorale est en voie d’être finalisée au Parlement, en dépit de la polémique qui lézarde le microcosme politique en plusieurs morceaux.

Très prochainement, la loi portant répartition des sièges sera examinée à la prochaine session du Parlement, en 2018. Donc, les instruments juridiques essentiels sont en train de se mettre en place. Il reste que les finances et la logistique suivent, pour que les joutes électorales soient, enfin, concrétisées. Les acteurs politiques, quelles que soient leurs tendances, sont ainsi  placés devant l’obligation de se battre, pour rafler des sièges en rivalisant d’ardeur. Le pari paraît, certes, difficile en raison de la base conjoncture. Mais, après tout, les échéances sont là.  Il faudra y aller, à tout prix, pour permettre au peuple de se choisir les dirigeants qu’il mérite.

D’ailleurs, il y a urgence d’aller aux élections, pour paraphraser les Evêques, dans leur dernière déclaration du 24 novembre dernier.

Dans le même esprit, le Conseil de sécurité de l’Onu prévenait les parties impliquées à la réalisation du processus électoral en RD. Congo, à tout mettre en œuvre pour ne plus ouvrir la voie à un énième report des élections prévues en décembre 2018. Les dés sont, donc, jetés. Aux politiciens, l’heure n’a-t-elle pas  sonné  d’affûter leurs armes ?


La Prospérité
4109 suivent la conversation
16 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Appel à la conscience professionnelle - 07.12.2017 13:46

Shé OKITUNDU vs regarde comment vs êtes en train de vous embrouiller avec vos fameuses lois, lui et son boss savent déjà par moyen ils vont contourner vos élections

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Gaspard MUTELA - 06.12.2017 13:51

tout ces Vautours du sénat et Ass.Nat, cherche à tout prix a accomplir leur projet satanique et de wumelacratie bientôt vous serrez surpris bandes des voleurs

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 06.12.2017 13:04

LES INCREDULES zemira - 06.12.2017 11:09 ;AZARIAS RUBERWA - 06.12.2017 11:53;Patrice courtois - 06.12.2017 10:21 & VERITE' - 06.12.2017 11:27. DÉMOCRATIE = TOLÉRANCE; INJURES ou INSULTES signifient émanant du DIABLE et sanctionnées par le DIEU ESPRIT SAINT dans EXODE 20. Aussi la malédiction suivra tout fils de la rébellion comme dans DEUTÉRONOME 28:15-46. Mais la loi électorale passera au SÉNAT moyennant quelques amendements si possible. Donc avec ça l'enfant issu d'une famille modèle n'injurie pas ses semblables.

Non 3
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 06.12.2017 12:16

Mediacongosuprime' aussi votre commentaire dans le mien. Parceque vous m'insultez aussi. Merci.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA - 06.12.2017 11:53

ckmzlo - 06.12.2017 10:31, mais tu... [CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE D'INSULTES ENVERS UN INTERVENANTS], qui t'a dit que si une Loi est votée à la chambre basse, elle ne peut être rejetée à la chambre haute, mais s'il y a raison d’intérêt supérieur de la nation, le SENAT annulera votre sale LOI, mais pourquoi le SENAT avait boycotté votre loi sur le referendum ????? voulez vous que les gens meurent de nouveau pour que KENGO et le SENAT n'approuvent pas cette Loi, OK vous allez tué les gens ce 29/12/2017, voyons voir la suite de vos aventures, CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE D'INSULTES ENVERS UN INTERVENANTS], croyez vous que ce...

Non 1
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 06.12.2017 11:27

Zemira,... [CETTE PARTIE DU COMMENTAIRE A ETE SUPPRIMEE POUR CAUSE D'INSULTES ENVERS UN INTERVENANTS ET MANQUE DE SAVOIR-VIVRE],de jckmzlo existe pour enerver les gens seulement. son dieu saint esprit est deja mort, est ce qu'une telle personne merite l'attention ???

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Congolais débouts - 06.12.2017 11:18

Kengo as-tu des ressources pour faire face au pe

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
zemira - 06.12.2017 11:09

@Jckmzlo, Lis-tu les avis négatifs qui accompagnent chaque fois tes inepties. Ta mémoire courte n'a pas retenu qu'en 2015, la loi votée par ta chambre d’entérinement que l'Assemblée nationale sur instigation de Boshab avait été rejetée par la population et le sénat. Je juge maintenant que tu dois avoir un très petit quotient intellectuel et un niveau d'instruction douteux.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
James Bond - 06.12.2017 11:03

les enveloppes vont seront distribués

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
VERITE' - 06.12.2017 10:57

Cet homme a vole' avec Mobutu pendant 32 ans + 17 avec kanambe = 49 ans de vol, de malhonnete'et de corruption, certains intervenants n'ont pas encore atteind cet age. Donc nous A faire A des malhonnetes de profession.

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
dbukgo - 06.12.2017 10:50

l'homme ne recolte que ce qu'il aura semé!!! qu'avez-vous semé? lors de la recolte ne murmurez pas. la RDC est un grand champ vous semez le ngai ngai n'attendez pas recolter le friandises

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Je suis RDC - 06.12.2017 10:37

Nous les attendons sur terrain,les idiots parlementaires de PPRD et les corrompus de l'opposition

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 06.12.2017 10:31

Une loi qui est déjà votée à la chambre basse du parlement ne peut pas être rejetée à la chambre haute, car les élus au suffrage direct avec mandat du souverain primaire sièges à la chambre basse.Le SÉNAT ne fera que des modifications légères s'il y en aura. S'il arrivait que les Sénateurs ne mettaient pas d'accord sur certaines dispositions, la loi sera alors renvoyée à la chambre basse qui prendra la dernière décision. A l'heure actuelle nous courrons derrière le temps, les sénateurs n'auront pas le choix, ils l'adopteront sans condition. Malheur à ceux-là qui pensent encore que cette loi électorale sera rejetée par le SÉNAT.

Non 10
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
kabupwe - 06.12.2017 10:30

Legrand prêtre de la musique, du rock à la française s'en est allé sans pièce de rechange. Emmanuel Kabupwe/Jurisconsulte dans JURIAFRIQUE

Non 5
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Patrice courtois - 06.12.2017 10:21

jckmzlo-06.12.2017 tes propos démontrent à suffisance votre culpabilité personne ne l'ignore que votre autorité moral avait distribué les billets de banque à l'assemblée pour que la fameuse loi électorale soit forcement voté, n’êtes vous pas au courant de complot de PPRD contre la République en complicité avec NANGAA? . Cette loi continue à créer de susurration au niveau de l’exécutif c'est pour te dire que rien de bon sortira de cette loi. votre pouvoir est expert en corruption.

Non 1
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 06.12.2017 09:59

Une loi qui est déjà votée à la chambre basse du parlement ne peut pas être rejetée à la chambre haute, car les élus au suffrage direct avec mandat du souverain primaire sièges à la chambre basse.Le SÉNAT ne fera que des modifications légères s'il y en aura. S'il arrivait que les Sénateurs ne mettaient pas d'accord sur certaines dispositions, la loi sera alors renvoyée à la chambre basse qui prendra la dernière décision. A l'heure actuelle nous courrons vers le temps, les sénateurs n'auront pas le choix, ils l'adopteront sans condition. Malheur à ceux-là qui pensent encore que cette loi électorale sera rejetée par le SÉNAT.

Non 17
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Loi électorale: Kengo instruit à la commission PAJ du sénat d'élaguer le seuil de...

Politique .., Kinshasa

Loi électorale : Kengo tente le passage en force, Ndjoli met en garde

Politique ..,

Loi électorale : les députés de l'Opposition en réunion avec l'ambassadeur de l'UA

Politique ..,

Loi électorale: Ramazani Shadary attendu aujourd’hui au Sénat !

Politique ..,