mediacongo.net - Actualités - Mondial-2018 : Les réactions des entraineurs après le tirage au sort

Retour Sport

Mondial-2018 : Les réactions des entraineurs après le tirage au sort

Mondial-2018 : Les réactions des entraineurs après le tirage au sort 2017-12-02
Sport
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/11-novembre/russie_2018_017_01.jpg -

Dans la foulée du tirage au sort de la Coupe du monde 2018, les réactions des sélectionneurs des 32 équipes engagées dans la compétition n’ont pas tardé à tomber. En voici un florilège exhaustif.

Voici les principales réactions à la suite du tirage au sort de la Coupe du monde de football 2018, groupe par groupe.

• Groupe A : Russie, Arabie saoudite, Égypte, Uruguay

Stanislav Cherchesov, sélectionneur de la Russie : "Je ne peux pas dire si je suis content (du tirage) ou non. (Mohamed) Salah, (Edinson) Cavani, (Luis) Suarez, ce sont de grands noms, mais c'est le terrain qui dira quelle est la qualité des équipes. Je ne connais pas bien les équipes de notre groupe. Mais je trouve ça bien d'affronter nos adversaires dans une suite ascendante. Nous allons affronter l'équipe du quatrième pot (l'Arabie saoudite) lors du match d'ouverture, ensuite celle du troisième (l'Égypte), et enfin celle du deuxième (l'Uruguay). Cela pourrait être un petit avantage pour nous, mais tout ce que nous voulions, c'était d'éviter l'Espagne qui était dans le pot numéro 2."

Celso Otero, sélectionneur adjoint de l'Uruguay (en l'absence d'Oscar Tabárez) : "Notre groupe a la particularité de compter le pays-hôte, cela pourrait avoir un impact positif pour nous. Évidemment, nous aurions aimé jouer le match d'ouverture, mais ce ne sera pas possible (ce sera Russie-Arabie saoudite). L'Uruguay est un petit pays avec beaucoup d'histoire et il mérite d'être connu de tout le monde, en particulier au premier tour. Nous chercherons donc à nous transcender afin de remporter des succès. La Russie est une équipe européenne et l'hôte de la compétition. L'Égypte est sortie des qualifications africaines très difficiles. Dès demain, nous allons préparer notre Mondial en cherchant notre base, ensuite nous allons étudier nos adversaires."

• Groupe B : Portugal, Espagne, Maroc, Iran

Hervé Renard, sélectionneur du Maroc (au micro de BeIN Sports) : "On a voulu y être à cette Coupe du monde, et bien maintenant on y est. On est dans le grand bain, on va jouer deux monstres : le champion d'Europe en titre avec sa grande star Cristiano Ronaldo et puis l'équipe d'Espagne que tout le monde voulait éviter dans ce pot numéro 2. On en a hérité, merci beaucoup (ironique), et puis l'Iran qui sera (notre aversaire) lors de notre match d'ouverture. C'est déjà un honneur d'être là. Maintenant il ne faut pas se satisfaire d'une participation, il faut y aller avec détermination et croire en nos chances même si ça parait très difficile pour tout le monde. Ce sont deux pays qui ne sont pas très loin du Maroc. Au Maroc le championnat d'Espagne, c'est quelque chose dont les gens ne peuvent pas se passer. Ce sera un grand honneur pour le Maroc de jouer cette équipe d'Espagne qui est très forte, et le Portugal, champion d'Europe en titre. Il ne faut pas l'oublier. On va jouer nos matches à Saint-Petersbourg et à Moscou, c'est sympa quand même. Mais on est pas là pour faire du tourisme (rire) !"

Julen Lopetegui, sélectionneur de l'Espagne (au micro de la chaîne espagnole Cuatro) : " Comme prévu, c'est un groupe compliqué, difficile, dur, mais c'est le Mondial et c'est comme ça. (Sur le tirage qui aurait pu être pire :) Le Portugal n'est pas une grande équipe, peut-être ?! C'est le champion d'Europe, c'est une immense équipe. Le Maroc, de son côté, a éliminé la Côte d'Ivoire et n'a pas perdu un match en qualifications. Et l'Iran est la seule équipe qui s'est qualifiée sans avoir encaissé le moindre but en qualifications. Ce sont de belles équipes, de bons joueurs, de bons entraîneurs. C'est un groupe compliqué qui va exiger le meilleur de nous-mêmes. (Sur le Portugal et Cristiano Ronaldo :) À chaud, ce n'est pas le moment de citer des noms propres. Ce sont de belles équipes qui, comme le Portugal, ont déjà gagné des titres importants. Cela ne fait pas longtemps d'ailleurs, c'est le champion d'Europe en titre avec un éventail de footballeurs fantastiques, fantastiquement dirigés. On parle ici du plus haut niveau. (Sur le possible camp de base à Krasnodar :) Pour le moment on ne peut pas dire ce qu'on va faire mais il est plus que possible que ce soit ça. On sait comment sont les distances en Russie et parmi les possibilités qui existe, c'est un choix équilibré."

Fernando Santos, sélectionneur du Portugal : "De mon point de vue, c'est un tirage très trompeur mais on peut déjà dire que l'Espagne et le Portugal sont les favoris. L'Espagne est l'un des favoris pour remporter le trophée, je l'ai toujours dit, et le Portugal doit également assumer son statut de favori. Quand on regarde attentivement les adversaires, on s'aperçoit que ça va être un groupe difficile. Le premier match contre l'Espagne sera très important mais les deux autres adversaires, le Maroc et l'Iran, ont terminé invaincus lors de la phase qualificative. Le Maroc a de nombreux joueurs qui évoluent en Europe et l'Iran possède un sélectionneur portugais qui connaît très bien nos qualités."

 

• Groupe C : France, Australie, Pérou, Danemark

Didier Deschamps, sélectionneur de l'équipe de France (au micro de BeIN Sports) : "Je vais vous dire une réponse classique : ça aurait pu être pire, bien évidemment. On a beaucoup de réponses et on va passer pas mal de temps à planifier notre préparation pour cette Coupe du monde. On a des réponses importantes. Le point commun entre ces trois équipes (Pérou, Danemark et Australie, NDLR), c'est qu'elles sont passées par les barrages pour se qualifier à la Coupe du monde, comme c'était notre cas en 2014. Peu importe le groupe, l'équipe de France doit se qualifier pour les 8e, doit finir première de son groupe. Ce sera notre objectif. On va aller à cette Coupe du monde avec beaucoup d'ambitions, avec l'humilité nécessaire aussi. Le premier objectif est basique, mais c'est de sortir premier de notre groupe."

Ricardo Gareca, sélectionneur du Pérou : "Dans les grandes lignes, c'est un bon groupe. Je suis content. C'est un groupe qui peut nous correspondre, avec des adversaires intéressants. Nous allons déployer notre jeu mais nous ferons attention à nous adapter au terrain."

Age Hareide, sélectionneur du Danemark : "La France est le favori du groupe, elle a beaucoup de qualités et d'expérience en Coupe du monde et à l'Euro, et elle a tellement de bons joueurs. Ce sera très serré pour le Danemark avec le Pérou et l'Australie. Je ne connais pas très bien ces équipes, parce qu'on joue d'habitude contre des équipes européennes, donc il faudra les observer attentivement pour déceler leurs forces et faiblesses. Notre objectif est de gagner le premier match : une équipe qui gagne son premier match, normalement, finit première ou deuxième. Nous affronterons le Pérou au premier match, donc nous nous concentrons là-dessus. J'espère que le troisième match (contre la France) sera décisif pour la première place, mais on ne sait jamais. Nous sommes 12e au classement Fifa, nous avons joué pendant un an 11 matches sans perdre, nous avons fait match nul contre l'Allemagne cet été, nous avons marqué quatre buts à la Pologne, cinq contre l'Eire : nous pouvons marquer des buts, nous n'avons pas peur d'attaquer et nous avons une équipe prometteuse. Ce sera très intéressant pour nous de jouer à la Coupe du monde pour développer l'équipe. Jouer contre la France sera un grand match parce que c'est une très bonne équipe."

• Groupe D : Argentine, Islande, Croatie, Nigeria

Jorge Sampaoli, sélectionneur de l'Argentine : "Avant tout, le groupe doit avoir un plan de jeu. En plus d'avoir le meilleur joueur du monde (Lionel Messi), nous devons jouer en équipe. Je suis serein et j'imagine la suite avec plus de certitudes. L'Islande n'a pas beaucoup de pression et a beaucoup d'enthousiasme, c'est une équipe qui va se battre. La Croatie a un excellent milieu de terrain, c'est une équipe très forte. Le Nigeria est une équipe imprévisible avec des joueurs très rapides. Nous sommes confiants, nous avons une équipe pour être en mesure de sortir de ce groupe. Je trouve cela très excitant, très émouvant de participer à une Coupe du monde. Représenter le maillot argentin en Coupe du monde, il n'y a rien de mieux. Nous serons très compétitifs et nous ferons tout notre possible pour donner de la joie aux Argentins. Je sais sur quels joueurs je peux compter et depuis qu'on n'a plus la pression des qualifications, je sais que j'ai le meilleur groupe du monde, le meilleur de l'histoire."

Gernot Rohr, sélectionneur du Nigeria : "Nous sommes dans un groupe interessant avec des équipes mieux classées que nous par la Fifa. Nous devons bien nous préparer pour notre premier match (face à la Croatie). Nous pourrions jouer un match amical face à la Serbie qui possède un jeu comparable et a battu la Grèce en qualifications. En deuxième match, nous aurons l'Islande, une bonne équipe, forte physiquement et qui possède les meilleurs supporters d'Europe. Avec l'Argentine, ce sera plus difficile de les surprendre, car cette très bonne équipe connaît notre jeu maintenant." (Le Nigeria a battu 4-2 l'Argentine en match amical à la mi-novembre.)

Heimir Hallgrimsson, sélectionneur de l'Islande : "(Jouer contre l'Argentine de Leo Messi pour le premier match de l'histoire de l'Islande en Coupe du monde :) C'est romantique et très sympa, bien sûr. L'Argentine a contribué à l'histoire de la Coupe du monde. (...) Dans le football, on a toujours une chance (de gagner). Je ne sais pas quelle est la probabilité que l'Islande batte l'Argentine, mais nous avons démontré durant des années que si nous jouions bien, nous pouvions au moins leur être une bonne opposition. (...) Nous espérons que nous allons continuer à rendre les gens heureux (après l'Euro-2016). Nos supporters vont venir en nombre en Russie et ils seront les stars du Mondial, ils seront des gens heureux."

Zlatko Dalic, sélectionneur de l'équipe de Croatie : "Nous n'avons plus rien à calculer, notre groupe est à notre portée, mais cela va être difficile. Le Nigeria était premier de son groupe et s'est qualifié sans une seule défaite. Nous devons être sur nos gardes, car il s'agit d'une équipe difficile à gérer. J'espère néanmoins un bon résultat. J'aurais aimé éviter les meilleures sélections, l'Argentine est favorite et nous n'avons rien à perdre, je pense que nous montrerons notre force. Nous connaissons bien l'Islande, nous avons joué au sein du même groupe et les avons battus à Zagreb. Ils ont terminé premiers du groupe et j'espère que nous allons leur rendre la pareille. Ce sera le duel pour la qualification."

• Groupe E : Brésil, Suisse, Costa Rica, Serbie

Tite, sélectionneur du Brésil (au micro de la chaîne brésilienne Sportv) : "Ma seule conviction, c'est que l'équipe du Brésil doit monter en puissance et se consolider, quels que soient les adversaires. […] Nous devons préparer nos propres variations tactiques et les adapter aux adversaires."

Vladimir Petkovic, sélectionneur de l'équipe de Suisse : "Je suis satisfait de ce tirage. Avec le Brésil, nous affronterons une équipe très forte qui est non seulement le favori du groupe mais également l'un des grands prétendants au titre. Rencontrer le Brésil lors du premier match n'est pas une mauvaise chose. Nous pouvons espérer que les Brésiliens ne seront pas, dès l'entame du tournoi, à 100 % de leurs possibilités. Quant à nous, nous devrons jouer à 150 % pour prendre un point ou plus lors de ce premier match. Nous voulons obtenir un résultat positif contre le Brésil !"

Mladen Krstajic, sélectionneur de la Serbie : "Le groupe est difficile, le Brésil est bien entendu le favori. Tous les autres, la Serbie le Costa Rica et la Suisse vont lutter pour la deuxième place car les Brésiliens sont les favoris numéro un pour remporter la Coupe du monde. Notre dernière rencontre au sein du groupe sera contre le Brésil à Moscou et ce sera l'occasion pour nos supporters et les supporters russes de venir nous encourager."

Oscar Ramirez, sélectionneur du Costa Rica : "Si le Brésil est le favori du groupe, il sera important pour nous de battre la Serbie lors du premier match, et avec un bon résultat contre la Suisse en clôture, nous pouvons nous qualifier."

• Groupe F : Allemagne, Mexique, Suède, Corée du Sud

Joachim Löw, sélectionneur de l'Allemagne : "Sportivement ce sont des adversaires très intéressants. Nous voulons poser dans ce groupe les fondations de notre défense du titre. C'est notre but."

Janne Andersson, sélectionneur de la Suède : "Ce seront des matches difficiles. Après le barrage contre l'Italie, je ressens une très grande confiance en notre équipe."

Shin Tae-yong, sélectionneur de la Corée du Sud : "L'Allemagne est une grande équipe, un adversaire très difficile. Pour le moment, je ne suis pas très confiant pour ce match. Par chance, nous ne jouerons contre eux qu'au troisième match."

Groupe G : Belgique, Panama, Tunisie, Angleterre

Gareth Southgate, sélectionneur de l'Angleterre : "On a souvent déconsidéré un peu vite certaines équipes, avant finalement qu'elles ne nous battent. Il faut s'assurer qu'on sera bien préparés pour chacun de ces matches. Nous n'avons pas encore fait beaucoup de recherches sur les équipes africaines. Il faut qu'on se penche là-dessus désormais. Je me rappelle le match contre la Tunisie à la Coupe du monde 1998, c'était une journée fantastique et c'est sympa de pouvoir revivre cela."

Hernan Dario Gomez, sélectionneur du Panama (au micro de RPC) : "Je suis content parce que les gars sont heureux du groupe qu'ils ont tiré. Nous voulions jouer avec les meilleurs, et nous y sommes. Nous sommes venus heureux à ce Mondial et nous continuons à l'être. Nous essayons d'en profiter. J'imagine les joueurs pensant aux matches contre l'Angleterre et la Belgique. (...) La barre est haute. Mais nous allons travailler dur pour être dignes de ce Mondial et pour que les Panaméens en profitent. (...) L'Angleterre a beaucoup de joueurs connus et a été championne du monde. La Belgique a de grands joueurs dans de grands championnats. La Tunisie n'a pas autant de joueurs connus mais c'est un adversaire difficile."

Nabil Maaloul, sélectionneur de la Tunisie : "Sans aucun doute, ils (Belgique) sont les favoris du groupe. Leur entraîneur (Roberto Martinez) a un problème de riches. Ils sont clairement les favoris vu ce qu'on a vu ces dernières années. Et pour la deuxième place, je pense honnêtement que nous pouvons rivaliser avec l'Angleterre. La Belgique est l'équipe la plus en forme du moment, mais je pense que nous avons notre chance contre l'Angleterre. Ce sera le match-clé pour nous. Et en cas de résultat positif, nous avons une chance de nous qualifier. (Ne jouer que le 5e jour :) C'est la chose la plus importante pour nous. J'ai demandé à Dieu de ne pas nous placer dans le premeir groupe à cause du Ramadan qui se terminera le 14-15 juin. Et vous connaissez son importance pour nous musulmans."

Groupe H : Pologne, Sénégal, Colombie, Japon

Vahid Halilhodzic, sélectionneur du Japon : "Cela aurait pu être pire. Nous aurions pu être dans une poule plus difficile. (...) Poule H, H comme Halilhodzic. C'est un groupe dans lequel chaque équipe a ses forces. (...) Le match contre la Colombie (le premier au calendrier le 19) sera déterminant. Par coïncidence, j'ai regardé une vidéo d'eux il y a quelques jours. Pour le Japon, ça sera l'occasion de prendre une revanche après le Mondial-2014 (défaite 4-1 en phase de poules). Je connais bien le Sénégal. Notre façon de nous débrouiller face à des joueurs qui font presque deux mètres sera importante. La Pologne a l'un des meilleurs attaquants au monde avec Lewandowski. Nous avons sept mois pour fixer nos objectifs et nous préparer pour les atteindre. Je veux que les joueurs soient prêts pour ce Mondial."

José Pekerman, sélectionneur de la Colombie : "Je ne vais pas extérioriser tant de joie (de tomber sur un groupe à la portée de la Colombie) car je sais ce qu'est un Mondial, et je sais ce que c'est de le jouer. Chaque adversaire dans une Coupe du monde pose ses problèmes. (...) La Pologne n'a plus participé au Mondial depuis longtemps (2006) mais a des joueurs très importants. Le Japon a des joueurs solides. Le Sénégal est très rapide dans les couloirs. (...) Nous allons beaucoup travailler et prendre match après match."

Yann BUXEDA
AFP / France24.com
2193 suivent la conversation
3 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Okolela - 02.12.2017 08:46

la Tunisie si elle se concentre tres bien, elle pourra esperer passer a la 8eme de finale sans probleme. la belgique oui mais, avec l'angleterre et le panama, la tunisie peut les battres.

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Sylvain membre de la famille Katintima - 02.12.2017 07:30

Oui, aux africains de prouver que nous sommes le berceau de l'humanité. Je trouve qu'il y a des équipes africaines bien positionnées. Cela la fin justifie les moyens. Nous savons le jeu que Kanambe a joué à notre d3faveur. Ils ont dit les kabilistes que suite à la joie du mondial, les congorais comme dit Kanambe pourraient faire chuter leur pouvoir. Un pouvoir rwandais en RDC. Ils ont peur même du match. Soutenons alors les autres en attendant que le tyran nous laisse.

Non 1
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : 19ème édition de Linafoot : le tirage au sort pour ce soir
left
ARTICLE Précédent : Le coach Otis Ngoma réclame 1 million de $ à la Bralima
AUTOUR DU SUJET

Léopards: l’avenir de Florent Ibenge se précisera après le 13 décembre

Sport ..,

Mondial 2018: les groupes sont maintenant connus

Sport .., Moscou, Russie

Mondial-2018 : liste revue des Léopards sélectionnés contre la Guinée

Sport ..,

Cédric Bakambu : les Léopards ont « encore un espoir » de se qualifier pour le Mondial

Sport ..,