mediacongo.net - Actualités - Un Congolais reconnu coupable du meurtre et condamné à la prison à vie

Retour Diaspora

Un Congolais reconnu coupable du meurtre et condamné à la prison à vie

Un Congolais reconnu coupable du meurtre et condamné à la prison à vie 2017-10-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/10-octobre/23-29/tshilumba-randy-mediacongo-net.jpg -

Randy Tshiluma, un jeune homme congolais accusé d’avoir tué Clémence Beaulieu-Patry en plein milieu d’une épicerie de Montréal au Canada, a été déclaré coupable de meurtre au premier degré.  Il écope automatiquement d'une peine d'emprisonnement à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Le Drame

Le drame est survenu le 10 avril 2016, dans une épicerie Maxi de la rue Papineau à Montréal où travaillait Clémence Beaulieu-Patry. Tshilumba s’était présenté sur place, muni de gants et d’un couteau de chasse. Après s’être dirigé dans la section des vêtements, l’accusé a sorti son arme, et a poignardé sa victime à 14 reprises avant de prendre la fuite.

Il s’est ensuite réfugié dans les toilettes d’un Tim Hortons non loin de là, où il s’est changé en plus de texter des amis. Il a ensuite effectué plusieurs recherches, dont sur Clémence ainsi que la façon de se débarrasser d’une arme, et sur comment commettre le meurtre parfait.

Lors du procès, il s’était justifié en affirmant qu’il avait développé la conviction que Clémence Beaulieu-Patry et ses amies voulaient le tuer. Et que le jour du drame, il voulait seulement « faire la paix » avec la victime. Or, cette dernière l’aurait pointé du doigt. Tshilumba dit avoir compris à travers ce geste que la jeune femme allait « sortir un gun » de sa poche et commettre une tuerie. Il s’est donc défendu, a-t-il dit.

Deux experts en psychiatrie légale avaient diagnostiqué Tshilumba avec des troubles psychiatriques. Des proches avaient également témoigné afin de confirmer que Tshilumba semblait avoir développé des idées délirantes plus d’un an avant le drame.

Le Verdict

L'audience de vendredi n'a duré que quelques minutes. Elle s'est déroulée dans une ambiance tendue au palais de justice de Montréal. Le verdict du jury, qui était séquestré depuis mardi soir, a été accueilli par des exclamations de joie et des soupirs de soulagement des proches de la victime, qui ont assisté au procès du début à la fin. L'accusé, lui, est demeuré imperturbable, comme ce fut le cas durant tout le procès.

Les jurés faisaient face à quatre options : meurtre prémédité, meurtre non prémédité, homicide involontaire et non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux – la thèse que plaidait l'accusé. Le jury a finalement opté pour la plus grave des quatre accusations.

Clémence Beaulieu-Patry était âgée de 20 ans lorsqu'elle a été poignardée à 14 reprises sur son lieu de travail, le 10 avril 2016.

Randy Tshilumba prétendait que Clémence et quatre des ses amies voulaient le tuer. C'était une idée délirante qui l'obsédait depuis plusieurs mois. Il a admis l'avoir tuée.

La défense, qui a fait témoigner deux psychiatres durant le procès, affirmait que son client souffrait d'un trouble mental, ce que la Couronne n'a jamais nié. La procureure Catherine Perreault soutenait néanmoins que, malgré ses problèmes psychologiques, le jeune homme pouvait très bien faire la différence entre le bien et le mal avant, pendant et après le meurtre.

Plusieurs preuves ont d'ailleurs été déposées pour souligner le caractère prémédité du geste de Tshilumba. Il a été démontré que l'accusé avait évalué le trajet pour se rendre au Maxi, qu'il avait amené des vêtements de rechange pour se changer après le meurtre, qu'il avait agrippé son couteau dès le début de son altercation avec la victime, qu'il était rapidement parti en courant après avoir poignardé celle-ci et qu'il avait fait des recherches sur Internet pour savoir « comment nettoyer une tache de sang » et « comment se débarrasser d'une arme ».

Les avocats de la défense n'ont pas voulu commenter la décision du jury en sortant de la salle d'audience. Ils disposent maintenant de 30 jours pour demander la permission de faire appel du verdict.

Un procès éprouvant pour la famille

La mère de Clémence, Nathalie Beaulieu, a déclaré après l'audience que le verdict était rassurant pour sa famille, mais aussi pour toute la population, puisque selon elle, il n'y avait aucun doute sur la préméditation du geste de Randy Tshilumba.

« Il y a un prix à payer à assassiner une jeune femme, notre fille d'amour », a-t-elle déclaré en retenant ses sanglots.

Mme Beaulieu a dit aux jurés qu'elle « leur serait éternellement reconnaissante ». Elle a ajouté qu'elle ne pardonnerait jamais à Randy Tshilumba, qu'elle a refusé de nommer « pour lui donner trop d'importance ».

Clemence Beaulieu Patry, 20 ans, a été assassinée dans l'épicerie où elle travaillait par Randy Tshilumba

Mercredi, la juge Hélène di Salvo avait convié les parties pour les recommandations sur la peine afin de donner la chance à la famille Beaulieu-Patry de s'exprimer. Randy Tshilumba sera tenu d'être présent. 

« Il va être là. Il va entendre. On va surtout parler de Clémence », a expliqué Nathalie Beaulieu. « C'est un enfant qu'on a aimé [...] Elle nous manque », a résumé son conjoint, Luc Patry.

Randy Tshilumba condamné à la prison à vie

Randy Tshilumba a été formellement condamné à la prison à vie sans possibilité de libération avant 25 ans pour le meurtre de Clémence Beaulieu-Patry, mercredi, au Palais de justice de Montréal.

Le jeune homme avait été déclaré coupable de meurtre au premier degré vendredi dernier.

Le drame est survenu le 10 avril 2016, dans une épicerie Maxi de la rue Papineau à Montréal où travaillait Clémence Beaulieu-Patry. Tshilumba s’était présenté sur place, muni de gants et d’un couteau de chasse. Après s’être dirigé dans la section des vêtements, l’accusé a sorti son arme, et a poignardé sa victime à 14 reprises avant de prendre la fuite.

Lors du procès, il s’était justifié en affirmant qu’il avait développé la conviction que Clémence Beaulieu-Patry et ses amies voulaient le tuer.


Radio Canada / TVA / MCn, via mediacongo.net
181 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse Katumbi communie avec la population zambienne
left
ARTICLE Précédent : Basket-ball : l’ex-internationale Philo Bompoko inhumée en France