mediacongo.net - Actualités - L’épilepsie de plus en plus présente à Kinshasa, selon un médecin 
Retour Santé

L’épilepsie de plus en plus présente à Kinshasa, selon un médecin

L’épilepsie de plus en plus présente à Kinshasa, selon un médecin 2017-11-02
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/hgk_17_004.jpg -

Le Dr.  Stéphane Mukendi, médecin généraliste à l’Hopital général provincial de référence de Kinshasa (HGPRK), a fait savoir jeudi, au cours d’un entretien  avec l’ACP que l’épilepsie est de plus en plus présente au sein de la population de la capitale sous diverses formes.

Selon ce médecin, les principaux symptômes de cette pathologie encore sans traitement spécifique et définitif sont les convulsions  se manifestant par des crises pouvant prendre la forme d’absence de conscience.

A en croire le docteur Mukendi, l’épilepsie est extrêmement imprévisible et peut devenir un véritable handicap social et professionnel si on ne prend en compte un traitement adéquat. Il a indiqué que les analyses sur le plan neurologique démontrent que les crises que manifeste le patient sont consécutives à une décharge anormale dans le cerveau du malade.

Par ailleurs, le cerveau est composé de milliers de cellules, principalement des neurones. Ces derniers ont pour rôle soit de déclencher une fonction ou soit de l’inhiber pour des causes  variées et  complexes,  Il n’existe pas une seule épilepsie mais des épilepsies, a-t-il ajouté.

Le  Dr. Mukendi les classifie en deux catégories à savoir ; celles provoquées par une lésion et d’autres sans lésion. Il existe également des épilepsies idiopathiques dites génétiques dont on ne connait pas la cause qui sont fréquentes au sein de la société Kinoise.

Les différents types de crises découlant de l’épilepsie comprennent les épilepsies généralisées de type absence tonico-clonique, temporales, et frontales. Pour le docteur, on utilise la radiochirurgie ou l’appareil Gamma Knife afin de détecter et de soigner cette pathologie. Les effets ne sont pas immédiats, il faudrait attendre plus ou moins un an pour voir s’atténuer ou disparaitre l’épilepsie, a-t-il dit.


En savoir plus sur http://acpcongo.com/acp/lepilepsie-de-plus-plus-presente-a-kinshasa-selon-medecin/#wtkiBoCD6L9wzAbS.99


ACP/MCN
380 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie