mediacongo.net - Actualités - France: manifestation de soutien pour 2 fillettes renvoyées de force en RDC

Retour Diaspora

France: manifestation de soutien pour 2 fillettes renvoyées de force en RDC

France: manifestation de soutien pour 2 fillettes renvoyées de force en RDC 2017-10-23
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/10-octobre/23-29/filles_congolaises_france_17_0001.jpg -

C’est l’histoire de deux petites filles de 10 ans. Des jumelles venant du Congo, qui étaient scolarisées à l’école Gaspard-Monge de Saint-Étienne l’an dernier mais qui n’ont pas fait la rentrée de septembre. Le directeur de l’école a eu de leurs nouvelles de manière plutôt insolite. Il y a une dizaine de jours, il a reçu des centaines d’appels de Congolais, du monde entier, qui réagissaient à une vidéo postée par les deux petites retournées dans leur pays natal, contre leur gré. Dans ce film, on entend parler Ketia et Algrace, de leur école stéphanoise, leur institutrice et leurs amies. Et surtout de leur volonté de revenir à Saint-Étienne pour poursuivre leur scolarité.

On peut aussi constater les conditions difficiles de leur vie actuelle, relayées d’ailleurs par la grand-mère qui les a accueillies et qui s’inquiète pour leur avenir. Contactée par le directeur de l’école, qui a aussi alerté l’Inspection académique, l’association des ressortissants congolais de Saint-Étienne a alors pris l’affaire en main. « On a pu voir une vidéo dans laquelle un journaliste congolais présente l’histoire des deux fillettes".

Leur père parle de « sorcières »

Il était dit qu’elles habitaient à Saint-Étienne depuis deux ans et qu’elles avaient été renvoyées à Kinshasa par leur père et leur belle-mère, en prétextant qu’elles étaient « sorcières », explique Rhonny Monsenkwe, membre de l’association qui a déposé un acte de dénonciation d’expulsion illégale, le 18 octobre, auprès du procureur de la République.

Avant cela, l’association est entrée en contact avec le père de Ketia et Algrace - qui a le statut de réfugié politique et qui a donc fui son pays pour sa dangerosité- en lui demandant de fournir les passeports des deux enfants dans le but de les faire revenir. « Il était d’accord dans un premier temps puis a changé d’avis », poursuit Rhonny Monsenkwe.

Alors, ce samedi, l’association organise une marche. Le cortège constitué de Congolais, d’enfants qui ont connu Ketia et Algrace, de parents d’élèves, d’enseignants a prévu de passer devant l’école Gaspard-Monge pour terminer son parcours à proximité du quartier Saint-François. Là où habitent le père et la belle-mère.

Denis Bret et Christine Chaumeil
Le Progres
490 suivent la conversation
1 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Anonyme - 03.11.2017 10:40

C'est ça la conséquence de fuir son pays. Tous sont des faux refugiés avec des histoires montées de toutes pièces. Il y a la vie en RDC. Nous y sommes et vivons mieux que bcp d'Européens. Il suffit de comprendre que l'homme ne vivra que par la sueur de son front. La RDC est vierge, on peut se faire agriculteur et se faire bcp d'argent mais les gens préfèrent se faire réfugies en Europe. C'est vraiment triste. Je vais en Europe mais j'aime mon grand, beau et riche pays, la RDC.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse Katumbi communie avec la population zambienne
left
ARTICLE Précédent : Basket-ball : l’ex-internationale Philo Bompoko inhumée en France