mediacongo.net - Actualités - Des miliciens somaliens, rwandais, soudanais... signalés au sein de l’ADF/Nalu

Retour Provinces

Des miliciens somaliens, rwandais, soudanais... signalés au sein de l’ADF/Nalu

Des miliciens somaliens, rwandais, soudanais... signalés au sein de l’ADF/Nalu 2017-10-10
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/fardc_beni_operation_17_004.jpg -

Les dernières tueries à Beni relancent la controverse sur le halo de mystère qui entoure l’ADF/Nalu. Qui arme ce mouvement terroriste ? Comment ce groupe armé renouvelle ses miliciens ? Lesquels, selon des révélations qui se recoupent, sont constitués outre d’Ougandais, de Rwandais, Somaliens, Kenyans… bref une espèce d’internationale terroriste aux allures islamistes.

Les ADF, rebelles ougandais déployés dans l’Est de la République démocratique du Congo, viennent de déterrer la hache de guerre au Nord-Kivu. C’est depuis le week-end dernier qu’ils ont repris leurs attaques contre les positions des FARDC dans le territoire de Beni, après une accalmie de trois mois environ. Alertés, des acteurs de la Société civile appellent le Gouvernement à créer un observatoire pour fragiliser le circuit financier qui alimente ce groupe armé.

"Ce lundi 9 octobre, un casque bleu a trouvé la mort et douze autres blessés dans une attaque contre une position de la Monusco, perpétrée tôt le matin par des présumés ADF, dans la localité de Mamundioma, dans le territoire de Beni. Un autre casque bleu a été tué le dimanche 17 septembre et son coéquipier blessé dans une attaque simultanée des présumés ADF contre des positions des FARDC et des casques bleus, situées sur l’axe Mbau-Kamango", révèle le compte-rendu de la réunion d’urgence du conseil de sécurité de Kamango (chefferie de Watalinga), tenue le dimanche 8 octobre dernier.

"Ces attaques ont provoqué, en outre, la mort de 22 personnes [dont une femme], tuées à l’arme blanche. Par ailleurs, une dizaine de motos et un véhicule ont été incendiés. Toutefois, 10 rescapées, dont 7 femmes, ont été délibérément relâchées par leurs bourreaux", mentionne le compte-rendu de la réunion d’urgence du onseil de sécurité de Kamango.

Ces provocations ont poussé les forces de la Mission onusienne à entrer aussitôt en action avec des hélicoptères d’attaque, signalent des sources proches de la Monusco. Par ailleurs, d’après des sources militaires, quelques éléments de l’armée loyaliste ont été portés disparus au cours des combats qui ont suivi la récente attaque des ADF. Le 18 septembre en effet, les forces loyalistes ont lancé des opérations des fouilles et de poursuite des assaillants dans la profondeur de la forêt, attestent ces sources militaires.

Contre-attaque

Selon les informations recueillies auprès de la Société civile et des observateurs, "les ADF, qui ont intensifié leurs attaques depuis le 6 octobre dernier, ont récupéré Madina, un camp important conquis par les FARDC il y a une année. Les positions militaires de Nadwi, Topoke et Canada sont également sous occupation de ces rebelles depuis le samedi 8 octobre".

Dans son communiqué du 8 octobre dernier, le Centre d’études pour la promotion de la paix, la démocratie et les droits de l’homme (Cepadho), Ong des droits de l’homme active dans la région, tire la sonnette d’alarme : "Entre le vendredi 6 octobre courant et le dimanche 8, les ADF, vraisemblablement réorganisées, et renforcées en hommes et en armes, ont reconquis nombreux de leurs anciens bastions : MADINA HQ., CANADA Camp, KABILA Camp, KBG Camp, SANGOTE Camp, TOPOKE 1 et 2 Camps, jusqu’aux PK36 à 40 km de la route MBAU-KAMANGO. Les rebelles ont également attaqué les FARDC à NADUI, leur ancien bastion. Ici, ils n’ont pas réussi à déloger les braves militaires loyalistes...".

L’armée nationale ne confirme toutefois pas cette occupation. Pour le capitaine Mak Hazukay, il s’agit plutôt des opérations que mènent les FARDC contre ces ADF. Les forces loyalistes, soutient-il, ont plutôt suspendu temporairement la circulation sur le tronçon Mbau-Kamango, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de la ville de Beni. Car, précise le capitaine Mak Hazukay, ’’les FARDC sont en opérations militaires sur cette route, jusqu’à ce que l’armée ait le contrôle total de la situation’’.

Halte aux ’’terroristes’’

"Nous exprimons notre préoccupation à la suite de la résurgence des ADF. Nous redoutons qu’ils profitent de cette trêve simulée pour se réorganiser en vue de devenir plus redoutables. Ces attaques démontrent que les ADF sont encore très actives et disposées à endeuiller davantage le territoire de Beni", alertait Me Omar Kavota, coordonnateur de l’ONG Cepadho, lors d’une déclaration faite à la presse le 20 septembre dernier.

Persuadé que les alliances entre les ADF et les guerriers traditionnels Maï-Maï sont bien réelles dans cette contrée, le coordonnateur du Cepadho est convaincu que "ces groupes ne se combattent jamais entre eux, mais qu’ils peaufinent plutôt des stratégies communes pour fragiliser l’action de l’armée loyaliste et plonger la zone dans l’insécurité".

"La où les uns et les autres se trompent, c’est de considérer les ADF comme une milice, argumente Me Omar Kavota. Nous insistons sur le fait que les ADF sont un mouvement terroriste et qu’ils recrutent au-delà des frontières nationales. On trouve en effet, aux côtés des ADF, des Ougandais, des Rwandais, des Kenyans, des Soudanais, des Somaliens, des Tanzaniens, des Rwandais, ainsi que des Burundais, y compris même des sujets congolais. L’Etat Congolais doit donc créer un observatoire contre les terroristes ADF afin de fragiliser le circuit financier des ADF".


Forum des As
647 suivent la conversation
3 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Christopher Columbus - 11.10.2017 21:35

"On trouve en effet, aux côtés des ADF, des Ougandais, des Rwandais, des Kenyans, des Soudanais, des Somaliens, des Tanzaniens, des Rwandais, ainsi que des Burundais, y compris même des sujets congolais". Ils n’ont rien contre le régime en place en Ouganda qui est tranquille, alors pourquoi continuer à les appeler des "rebelles ougandais" ? Il n’y a jamais eu de par le monde une supercherie d’une telle force. Fouillez bien, et vous allez découvrir que l’argent de Hyppolite finance ces fameux rebelles qui prétendent combattre un régime, mais qui massacrent une autre population.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Prof. Dr.Robert KIKIDI - 11.10.2017 13:00

. Ceci est surtout prémonitoire de la balkanisation planifiée du Congo-Kinshasa. C’est ce qui explique les guerres à répétition que le pays a connues depuis ces 57 ans que nous commémorons l’anniversaire de notre Indépendance. C’est ainsi que nous lançons à tous les Congolais de de nous unir afin de faire échec à ce plan diabolique, à ce que le pays ne soit pas morcelé.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kambale Maimoto - 10.10.2017 16:50

Que ce qu'il veulent encore mon Dieux

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Procès contre les ADF à Beni: 28 Maï-Maï condamnés par la cour militaire Opérationnelle du...

Provinces ..,

Cérémonie d'hommage aux Casques bleus en RDC

Provinces ..,

Casques bleus attaqués:J-P Lacroix (ONU) promet «une enquête approfondie» en RDC

Société ..,

Beni en émoi : 5 personnes assassinées par balles dans un même quartier, paralysie totale

Provinces .., Beni, Nord-Kivu