mediacongo.net - Actualités - Journée mondiale de la rage : Le Dr Amouli Jean-Pierre recommande la prévention

Retour Santé

Journée mondiale de la rage : Le Dr Amouli Jean-Pierre recommande la prévention

Journée mondiale de la rage : Le Dr Amouli Jean-Pierre recommande la prévention 2017-10-02
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/10-octobre/2-8/maladie_rage.png -

La rage existe encore à Kinshasa et dans d’autre coins de la RDC

La maladie de rage existe à Kinshasa tout comme dans d’autre coins de la République Démocratique du Congo, a indiqué, hier, Dr Amouli Jean-Pierre. C’était au cours d’une interview en marge de la journée mondiale de la rage célébrée le 28 septembre dernier. L’orateur est médecin vétérinaire et chef de département de suivi évaluation et assurance qualité du laboratoire central vétérinaire de Kinshasa. Cette structure est chargée des analyses pour la santé animale.

La journée mondiale de la rage fait penser, a relevé Dr Amouli, à Louis Pasteur, l’inventeur du vaccin contre la rage. A l’époque, la rage tuait les animaux tout comme les hommes, puisqu’il n’y avait pas le médicament étant donné que la rage est une maladie virale.

Cette maladie zoonotique, c’est-à-dire qui se transmet de l’animal à l’homme, tout comme elle peut aussi se transmettre de l’homme, si ce dernier est atteint de la rage entre en contact avec un animal sain. La maladie de rage se transmet par la salive infectée, par la griffe de l’animal, a démontré le vétérinaire.

Il a également indiqué que cette maladie mortelle et endémique existe à Kinshasa. Partant, il est recommandé de faire vacciner tout animal domestique pour éviter le pire dans la société. Par ailleurs, il a expliqué qu’il y a des chiens enragés qui mordent les gens dans les zones périphériques de Kinshasa.

Ce qui fait que ce grand laboratoire de la RDC, situé à proximité de l’hôpital général de référence de Kinshasa, reçoit des cas d’échantillons d’animaux mordeurs pour leurs analyses. Soulignons que ce laboratoire recueille souvent les échantillons de la ville de Boma dans le Kongo central. « C’est là où les cas sont beaucoup répertoriés et cette ville nous envoie régulièrement les échantillons. Par an, nous recevons plusieurs échantillons venant de cette ville », a-t-il dit.

Signalons que trois grands laboratoires fonctionnent et chapotent des extensions de laboratoires sur toute l’étendue de la RDC. C’est ainsi que la ville de Boma est concernée par le laboratoire central vétérinaire de Kinshasa, où elle fait parvenir régulièrement des échantillons pour des analyses.

A Lubumbashi, il y a également un grand laboratoire vétérinaire comme celui de Kinshasa ou les Kasaï, le Katanga et autres provinces sont concernées et où ils envoient leurs échantillons des chiens mordeurs ou des animaux mordeurs vers cette ville pour les analyses. Enfin, les régions de l’Est envoient leurs échantillons à Goma où il y a un laboratoire vétérinaire.

Tous les échantillons d’animaux mordeurs envoyés dans les trois laboratoires sont examinés pour poser le diagnostic de la maladie ou pas. C’est juste la tête de l’animal qui est envoyée en laboratoire, le virus se retrouvant installé dans le cerveau. Une fois, la tête arrivée au laboratoire, Il y a un service discopathie qui va extraire la partie du cerveau qui est concernée par l’analyse et ensuite ce cerveau est envoyé au laboratoire de virologie. Et après les analyses par les virologues qui sont bien équipés, nous leurs répondons qu’il s’agit de cas de rage, soit si le résultat s’avère négatif, nous leur répondons que ce n’était pas la rage plutôt un autre cas, explique-t-il.

Des signes précurseurs de la rage 

Lorsqu’il y a le changement dans le comportement d’un chien, il commence à s’attaquer à son maître,  c’est que ce chien devient dangereux. Il faut chercher à l’écarter et l’examiner.

Une autre manifestation de la rage, un chien enragé bave. C’est-à-dire les glandes salivaires sont  attaquées par le virus, car le cerveau atteint ne contrôle plus la sécrétion. La salive qui coule contient le virus  de la rage. Rien que cette salive est dangereuse et infectante. Et tout, celui qui entre en contact avec cette salive, ce virus va cheminer jusqu’au cerveau de cet être sain et ce dernier devient enragé.

Une personne qui est déjà enragée, l’issue est fatale. Par contre, une personne mordue par un chien enragé peut être récupérée et soignée. Première chose à faire lorsqu’on est mordue par un chien ou autre animal, il faut  identifier ces animaux  mordeurs, a martelé  le Médecin vétérinaire.

Mamie Ngondo
L'Avenir
71 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Naufrage de migrants en Tunisie : au moins 34 morts selon un bilan provisoire

Afrique ..,

Alexis Mutanda publie un ouvrage sur le leadership politique en RDC

Société ..,

Tchad : un Mirage 2000 français s'écrase à N'Djamena

Afrique .., Ndjamena, Tchad

Naufrage du Joola au Sénégal : 15 ans après, les parents des victimes réclament justice

Afrique .., Dakar, Sénégal