mediacongo.net - Actualités - Trace Kitoko : la culture et la musique congolaises à l'honneur !

Retour Culture

Trace Kitoko : la culture et la musique congolaises à l'honneur !

Trace Kitoko : la culture et la musique congolaises à l'honneur ! 2017-10-03
Musique
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/25-31/trace_kitoko_17_003.jpg -

Après l'exportation de la musique de la République Démocratique du Congo et de la République du Congo par ses artistes, le groupe Trace a décidé de propulser celle-ci à travers une chaine dédiée, Trace Kitoko. La culture et la musique des deux Congo sont désormais à l'honneur sur une chaîne exclusivement dédiée.

Depuis le 19ème siècle, les deux Congo ont été séparés par des frontières issues de la colonisation, qui ont à un moment fait monter de tensions entre Kinshasa et Brazzaville, les deux capitales les plus rapprochées au monde, se partageant le fleuve Congo comme frontière naturelle.

Malgré cette division administrative, les deux nations ont gardé en commun la culture issue d'un même peuple et le Lingala, la langue commune, des éléments que Trace Kitoko veut valoriser.

De cette contrée plongée au cœur de l'Afrique viennent de sonorités de la Rumba, du Ndombolo, du Sakuba, du Foklore, de l'Afro beat et du Hip-hop, tous « congolisés ».

Cette identité culturelle reconnue à cette région a été longtemps portée au-delà de ces pays, de l'Afrique et à travers le monde par les artistes et les orchestres tels que Lwambo Makiadi Franco, Tabu Ley, Papa Wemba, Mbilia Bell, Koffi Olomide, Clan Wenge, Roga Roga, Zaïko Langa Langa, Fally Ipupa, Ferre Gola,... Aujourd'hui Trace Kitoko se propose comme un amplificateur de toutes ces voix.

 
Musique Congolaise, un parent pauvre

Après une expansion à travers le monde, la musique congolaise a influencé plusieurs nouveaux courants musicaux en Afrique. Si au début ces courants se sont inspirés des rythmes congolais, ils finissent par se démarquer au cours des années de la Rumba ou du Ndombolo d'origine.

Vers les années 2000, le coupé décalé Ivoirien va prendre de l'envol par le tarmac de la musique congolaise. Au cours de la première heure du vingt-unième siècle la musique congolaise sera en perte de vitesse essentiellement suite au manque de boites de production et de promotion, aux différentes dislocations de grands ensembles musicaux, à la crise politique qui a causé la faillite de services publics qui gèrent les droits de propriétés intellectuelles.

Profitant de cette descente de la musique-mère au niveau du continent, les rythmes venant de l'Afrique occidentale, du Nigeria notamment et de la cote d'Ivoire, mais également de l'Afrique orientale et australe vont s'imposer sur la scène africaine et internationale, dominant la majeure partie de hit parades et d'événements musicaux organisés sur le continent durant les deux premières décennies du 21ème siècle.

Un nouveau souffle pour relever le géant endormi

Ayant constaté ce problème, Olivier Laouchez, co-fondateur et directeur général de Trace TV a monté un projet en vue de mettre à la disposition de ce produit un canal de promotion et de commercialisation. Ainsi est née l'idée de Trace Kitoko, qui viendra succéder à Trace Miziki et Trace Naija, qui ont fait déjà des preuves ailleurs sur le continent Africain dans leur contribution à l'essor de talents musico-culturels. Au cours d'une conférence de presse animée mi-août à Kinshasa, Laouchez annonce le rachat par Trace d'Afri Radio, radio du télécom Africell qui va désormais diffuser les contenus de Trace FM sur les deux rives du majestueux fleuve Congo à partir de novembre prochain.

 
« Trace Kitoko c'est aussi une chaîne télévision câblée visant un public de 15 à 34 ans, diffusant 7/7 jours et 24/24 heures les musiques, des émissions, des concerts lives, des interviews, des événements, et la mode 100 % congolais », a dit Olivier Laouchez devant une parterre d'artistes, mécènes, geeks et curieux qui avaient fait le déplacement de l'hôtel Rotana de Kinshasa, cadre qui a abrité cette conférence.

Un autre contrat a également été signé entre Trace TV et la société télécom Africell présente notamment en Gambie, en Ouganda, en Sierra Léone en vue d'intégrer ses trois millions sept cent mille abonnés au contenu de Trace Play, le service de téléchargement gratuit du contenu mobile de cette chaîne. Sur le site web consacré à ce projet, le géant de la distribution musicale annonce une projection de couverture d'au moins 200 pays et plus de 200 millions de téléspectateurs déjà conquis par sa chaîne TV câblée à travers le monde. Pour conclure, Olivier Laouchez a indiqué que les conditions pour les artistes congolais de pouvoir bénéficier de cette visibilité offerte par Trace TV resteront les mêmes : la bonne qualité de productions audio-visuelles et le respect du timing standard de 4 minutes maximum pour la durée d'une chanson selon les normes internationales.

Prince Balume, artiste musicien et manager de son jeune frère, l'artiste Innocent Balume aka Innoss'B, dont les clips passent déjà sur la version Africaine de Trace TV pense que ce rapprochement de Trace à l'égard des artistes congolais va permettre à tous les musiciens d'avoir la chance de bénéficier de cette vitrine pour exposer leurs œuvres. « Alors qu'avant il fallait plusieurs gymnastiques pour être diffusé sur Trace, Trace Kitoko vient briser cette barrière » explique-t-il.

L'économie, le tourisme, le show-buzz... aussi sur la liste de secteurs bénéficiaires de Trace Kitoko

Jadis mal connues, les richesses touristiques de la République Démocratique du Congo et du Congo-Brazzaville dont nombreuses figurent sur le patrimoine de l'humanité seront exposées à un public international par le biais du programme de documentaires qui a une place de choix au menu de Trace Kitoko. « La publicité, les productions scéniques, les événements culturels, les studios d'enregistrements,... pourront voir leurs chiffres bouger car Trace Kitoko va accorder une priorité à ces secteurs », a promis Ethel Ngombe, directeur de la société de communication 360ºCom, qui va représenter cette firme musicale, convaincu que ceci aura de répercussions positives sur l'économie de ces deux pays.


Allafrica
770 suivent la conversation
1 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Le menu de la 1ère édition du festival panafricain de la grillade à Conakry !