mediacongo.net - Actualités - « Café Atlas » pour la reconnaissance du café congolais sur l’échiquier mondial

Retour Economie

« Café Atlas » pour la reconnaissance du café congolais sur l’échiquier mondial

« Café Atlas » pour la reconnaissance du café congolais sur l’échiquier mondial 2017-10-03
Echos des entreprises
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/25-31/elan_rdc_17_004.JPG Kinshasa-

Car malgré sa qualité, le café congolais (pourtant l’un des meilleurs du monde) se vend largement en-dessous des prix mondiaux sur le marché international, fait savoir Elan RDC.  

D’où, le lancement de l’outil de traçabilité appelé « Café Atlas » pour donner plus de visibilité mondiale au  café congolais dont la cote est en baisse auprès des acheteurs.

Afin de relever le marché et pouvoir attirer les acheteurs internationaux, Elan RDC a décidé de soutenir les acteurs de la chaîne de valeur en promouvant efficacement le café congolais. Ces opérations de promotion incluent la participation aux foires internationales, le développement des outils de visibilité et de communication comme la cartographie de la production et des évènements nationaux et internationaux à l’image de ladite journée. 

Pour ce, Elan RDC et Essor, ont à l’occasion de la journée internationale du café-cacao réuni plusieurs acteurs du secteur pour un moment de réflexion sur les opportunités et challenges rencontrés dans ce secteur en RDC. 

Cette rencontre a eu lieu les 1er et 2 octobre, à Kinshasa, sous le thème « Café pour toi et moi ».

Différents défis à relever

« Notre pic était de 120 000 tonnes de café par an, il y a 24 ans. Aujourd'hui nous sommes à 8 000 tonnes. Nous avions plus de 300 exportateurs, aujourd'hui, nous ne comptons qu'environ 28, presque tous situés dans l'Est du pays », a révélé le Directeur général de Office congolais du café, Albert Kabongo, qui pense également qu’il faille relever un défi, pas de moindre que représente la trachéomycose, (une maladie qui sévit dans les plantations de café), en plus des conflits armés et la faiblesse des mécanismes de financement agricole.

Le Directeur général de Office congolais du café, Albert Kabongo

Du côté d’Elan RDC, tous les moyens sont de mise pour relever la production du café congolais. Le premier investissement sur lequel se focaliser est la formation des producteurs de café aux bonnes pratiques agricoles afin d’augmenter leur rendement. Ensuite, la mise en place des certifications et infrastructures de transformation pour améliorer la qualité et la valeur de leur café, Grégoire Poisson Deputy team leader.

Présente à ces assises, la Fédération des entreprises du Congo, FEC, jetant un regard sur la baisse de performance, qui passe de 120.000 tonnes vers les années 80 à 90 pour 11.000 tonnes ce jour, le président national du comité professionnel café-cacao de la FEC, Emmanuel Rwakagaro Nzikisa, propose d’une part la matérialisation de la volonté politique du ministère en charge de l’Agriculture de réunir les acteurs du secteur en vue de la résolution de tous les problèmes qui rongent l’agriculture, en général, et les filières café-cacao, en particulier. De l’autre part, il préconise l’organisation des états généraux de l’agriculture.

Pour sa part, le représentant du projet britannique « Essor », Guy Kalasi, a indiqué l’appui qu’apporte sa structure au ministère de l’Agriculture et à l’Office national du café (ONC). Appui qui consiste à identifier les forces et les faiblesses du cadre juridique et institutionnel qui s’applique à la production et à la commercialisation du café afin de présenter les pistes de réforme devant être amorcées en vue de l’élaboration et la mise en œuvre du plan stratégique de réforme institutionnelle et opérationnelle de l’ONC. C’est dans ce cadre, a-t-il dit, qu’un partenariat fructueux est noué entre l’Essor, l’ONC et le ministère de l’Agriculture.

L’Etat congolais qui demeure le partenaire nécessaire pouvant booster les projets, en la personne du ministre de tutelle Georges Kazadi, assure que le gouvernement est déterminé à relancer les activités sur les cultures pérennes, l’une des sources majeures de revenu de la RDC. Il a souligné la nécessité pour la RDC d’augmenter sa production de café, de cacao et d’en améliorer la qualité pour être plus compétitive sur le marché international et de récupérer ainsi sa place d’antan parmi les grands producteurs et exportateurs de ces deux produits agricoles dans le monde, a-t-il conclu.

 

 Georges Kazadi, Ministre de tutelle

 

 Grégoire Poisson Deputy team leader d'Élan RDC

 

 

Quelques participants


Quelques exposants


mediacongo.net
694 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : RDC-Ouganda: appel à cesser l'activité pétrolière autour du parc des Virunga
left
ARTICLE Précédent : Le Chef de l’Etat Joseph Kabila préside la réunion de l’équipe économique du gouvernement