mediacongo.net - Actualités - Journée internationale de l’alphabétisation : mobilisation tous azimuts pour la réduction du taux d’analphabètes en RDC 
Retour Société

Journée internationale de l’alphabétisation : mobilisation tous azimuts pour la réduction du taux d’analphabètes en RDC

Journée internationale de l’alphabétisation : mobilisation tous azimuts pour la réduction du taux d’analphabètes en RDC 2017-09-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/kinshasa_ville_17_0001.jpg -

Abdourahamane Diallo, représentant de l’Unesco, a salué le 8 septembre à l’Hôtel Sultani les efforts conjugués du gouvernement, de l’ensemble du secteur de l’éducation, par-delà celui du seul sous-secteur de l’éducation non-formelle pour réduire autant que possible l’analphabétisme dont le taux estimé à 19 millions est l’un des plus élevés dans le continent.


Célébrée cette année sur le thème « L’alphabétisation dans un monde numérique », la Journée internationale de l’alphabétisation (JIA) a mis à nu les grands défis que doit relever la RDC en la matière. En effet, en parallèle de l’éducation traditionnelle, l’univers numérique requiert en sus des connaissances nouvelles. Aussi, avec ses 19 millions d’analphabètes, la RDC est dans une passe bien difficile.

Du reste, l’analyse critique de la situation de l’analphabétisme offerte par les spécialistes du terrain, à savoir Matunamini ASBL et le Projet Accélère 1, à l’occasion de la 51e JIA révèlent que les femmes (39 %), plus que les hommes (14%), sont les plus touchées par l’analphabétisme. Le ministre de l’EPSP, Gaston Musemena, l’a tenu du reste pour un fléau au même titre que la maladie, la faim et la pauvreté. Aussi a-t-il salué les efforts fournis par les deux structures œuvrant dans le sous-secteur de l’éducation non formelle jusqu’ici pour, tant soit peu, contribuer à réduire l’analphabétisme. Et d’ajouter : « Savoir écrire, lire et calculer est un droit reconnu à toute personne humaine sans distinction de sexe, de race, d’appartenance sociale ou religieuse ».

Les ministères des Affaires sociales et de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel qui joignent déjà leurs efforts pour contribuer à une meilleure alphabétisation sont appuyés par ces acteurs de l’éducation non formelle. Il est à noter qu’au travers de centres de rattrapages scolaires, ces derniers s’emploient à favoriser l’accroissement du taux de scolarisation des enfants et des adolescents en dehors de l’école.

De leur côté aussi, les centres d’alphabétisation, à l’instar d’Alfa Congo, mettent la main à la pâte pour l’alphabétisation des adultes. Les témoignages de quelques bénéficiaires, notamment Ornella Buanganga et Sébastien, ont donné la mesure du sérieux mis à cet ouvrage. Au reste, l’on sait que pour faire profiter à plus de Congolais des avantages du numérique, des nouvelles technologies de l’information et de l’éducation, il est crucial que la RDC mette les bouchées triples pour renforcer le secteur de l’éducation.

Car, comme l’a rappelé Abdourahamane Diallo, citant la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, « ces nouvelles technologies ouvrent un vaste champ de possibilités nouvelles, susceptibles d’améliorer nos vies et de nous relier au reste du monde mais elles peuvent aussi entraîner la marginalisation de ceux qui ne disposent pas des compétences indispensables à leur utilisation, comme le fait de savoir lire et écrire ». Et donc, de manière plus étendue ces connaissances feront des jeunes des citoyens capables de se prendre en charge et de contribuer au développement de la RDC, comme l’a soutenu le chef du projet Accélère 1.

Pour sa part, le ministre des Affaires sociales, Eugène Serufuli, qui a tenu l’éradication de l’analphabétisme pour « un devoir national » a évoqué l’entrain mis par la RDC à la réalisation de l’Objectif de développement durable 4 (ODD4) d’ici à 2030. Lequel objectif, a-t-il rappelé, vise « à assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous ». Et de renchérir : « Dans cet objectif, la cible 4.6, prend en compte l’alphabétisation et l’éducation non formelle visant de veiller à ce que tous les adultes, hommes et femmes, sachent lire, écrire et calculer ». En sus, des différentes allocutions qui ont émaillé la manifestation, l’assistance a assisté à la remise solennelle de diplômes de mérite à quelques alphabétisés qui a mis un terme à la célébration de la 51e JIA.

Nioni Masela
Adiac
72 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR