mediacongo.net - Actualités - François Muamba : "Il n'y a pas d'alternative à l'alternance"

Retour Politique

François Muamba : "Il n'y a pas d'alternative à l'alternance"

François Muamba : "Il n'y a pas d'alternative à l'alternance" 2017-09-13
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/11-17/muamba_francois_17_0001.jpeg Kinshasa-

François Muamba

"Une élection présidentielle est encore tout à fait envisageable cette année", estime le leader de l’Adr.

Une des éminences grises du Rassemblement, François Muamba redonne de la voix, après un long moment de silence. Abordé par des jeunes de Lubumbashi, le président de l’Alliance pour le développement et la république (Adr) éclaire leur lanterne sur les élections en RDC, l’alternance tant réclamée, la résolution de la crise politique… "Forum des As" publie ci-dessous l’intégralité de cet entretien.

Est-il possible que le scrutin soit organisé en décembre prochain, comme le stipule l’Accord de la Saint Sylvestre ? 

Une élection présidentielle est tout à fait envisageable encore cette année. Pour une raison simple. Il n’y a pas autre chose que la volonté politique de le faire. La circonscription est unique. Il n’y a pas de répartition de sièges. Si nous voulons, nous le pouvons. Et compte tenu du fait qu’au niveau de la communauté internationale, tout le monde est d’accord pour créer les conditions à partir desquelles la RDC, notre pays, puisse éviter le chaos, l’argent sera (mobilisé)… Il n’y a aucune barrière à ce que cette élection présidentielle puisse se faire si nous en avions la volonté.

On reproche à votre camp de réclamer les élections, sans le Kasaï. Qu’en est-il au juste ?

Au Rassemblement, nous n’avons jamais dit qu’il fallait y aller sans le Kasaï ! Mais, peut-on, à ce stade - et c’est la seule chose que nous demandons à M. Nangaa - savoir où on en est avec ce processus d’enrôlement, d’une manière précise ? Le Kasaï, d’accord, ce n’est pas encore fait. Mais, qu’est-ce qui a été fait et où en est-on exactement ? Voyez-vous, parler du Kasaï d’une manière générique, et ensuite tirer n’importe quel type de conclusion du type : "Oui, on va le faire en 2018, on va le faire en 2019...".

Mais, si nous savions, et c’est cela qu’on demande où ce processus en est exactement, nous pourrions alors poser la question suivante : combien de temps faudrait-il pour le Kasaï ? Et en ce moment-là, tout le monde se rendra compte qu’on parlerait de semaines, et de mois et non pas, comme nous l’entendons là. Un discours qui, en réalité, a été conçu pour permettre au chef de l’Etat actuel de pouvoir allègrement [glisser]. Mais moi, je dis : "Ce n’est plus glisser, c’est chercher à faire du ski. Donc, soyons sérieux ! Le Kasaï pris à part, c’est une question de semaines. Et donc qu’on arrête d’essayer de nous faire gober n’importe quoi !".

Que suggérez-vous pour résoudre la crise politique actuelle ? 

Le président Giscard d’Estaing disait : "Quand un problème est complexe, il faut le subdiviser en petits problèmes, qui sont, eux, abordables. Et la résolution, d’une manière consécutive et successive de chacun de ces problèmes, permet de résoudre l’ensemble du problème complexe". Une fois de plus, nous avons besoin d’avoir des élus à tous les niveaux. Mais, rien de tout cela n’est envisageable, si nous n’avons pas un président de la République légal et légitime. On ne l’a plus, commençons par là. Si nous avons résolu ce problème-là, le reste peut effectivement être résolu dans la tranquillité, la quiétude, alors que maintenant, nous sommes dans une situation - je ne sais pas si vous vous en rendez compte tout de même - un pays sans président légal, sans président légitime, où allons-nous ? 

Il ne s’agit donc pas ici d’occulter quoi que ce soit. Il ne s’agit pas ici de permettre à qui que ce soit de glisser. A la tête du Sénat, M. Kengo vient de totaliser deux mandats. Si donc nous commençons à aller dans ce sens, on n’aura résolu aucun de problèmes dans dix ans. Et c’est complexe ! Commençons par quelque chose qui, si c’était résolu, permettrait de résoudre le reste. Nous pensons, nous, au Rassemblement, que l’élection présidentielle est codifiée dans la Constitution. Commençons par respecter la Constitution pour pouvoir avancer. Voilà ! Il ne s’agit pas d’occulter, mais de créer des conditions à partir desquelles l’essentiel est résolu.

Depuis quelques mois, des mouvements des jeunes sont devenus très actifs en ligne. Soutenez-vous ces associations ? 

Si je suis en ligne, je constate que les mouvements citoyens constituent notre avenir à tous. Le Congo appartient aux Congolais, parfois organisés en partis politiques ou en associations. Mais quand on dit Congolais, ce n’est pas par rapport aux opinions des uns et des autres qui structurent les organisations politiques. Lorsque la société civile se lève, c’est là le vrai Congo qui se lève. Au-delà de tous les aspects partisans, je soutiens ce processus, souvent mené par notre jeunesse.

En ce qui concerne la dernière manifestation de Paris, avec le document que tout le monde est maintenant d’accord pour entériner, il est clair que ce manifeste a vocation à être signé par la totalité de personnalités et de structures politiques, de manière à ce que véritablement, le signal fort puisse être donné à notre peuple. A savoir que, s’agissant de l’impératif du respect du Pacte républicain, ce sont deux mandats, point final. Faire respecter cela, quitte à actionner l’article 64 de notre Constitution, il n’y a personne qui va transiger là-dessus.

Ce signal, nous devons l’envoyer. Et je le repète, je soutiens totalement ce mouvement. Et d’ailleurs dans les semaines qui viennent, s’agissant de la formalisation en termes de signature, je pense que notre peuple va assister à ce processus qui est en train de s’organiser en ce moment, de manière à ce que les choses soient très claires. Il n’y a pas un agenda pour un parti politique, ou un groupe ou une plateforme donnée, autre que ce que le peuple veut. Et ce que le peuple veut, c’est ce qui est exprimé par sa Société civile en termes d’association. 

Comment entrevoyez-vous l’alternance après l’échéance électorale ?

Sachez, tout d’abord, que le président Kabila ne partira pas de lui-même. Je crois que c’est un secret de polichinelle. Maintenant, tout le monde a compris. Ainsi, sur le plan national et international, nous devons nous mettre debout et agir. Poser des actes pour que le président comprenne qu’en effet, il n’y a pas d’autre alternative pour la nation congolaise que l’alternance.

Comptez-vous refaire alliance avec le MLC ?

Non. Le MLC, c’est une partie de ma vie. Oui, c’est une pépinière du pouvoir. Je sais moi ce que Jean-Pierre Bemba a voulu faire. Je ne sais pas s’il l’a fait, s’il a pu le faire ! Nous, on s’est rapproché du projet. Mais, un jour de juillet 1999, quand j’ai atterri à Gbadolite, que venait de prendre Jean-Pierre Bemba, je me souviens de la première phrase qu’il m’avait dite : "Sauvez le Congo, François. Si ce n’est pas nous qui le faisons, personne d’autre ne le fera".I l y avait donc là une vision et un projet. Et donc, un jour, si on a un peu plus de temps, nous pourrions parler du projet et de la vision en ce qui concerne le MLC. 

Yves Kalikat
Forum des As
5236 suivent la conversation
14 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
KABILA MBATA - 14.09.2017 07:09

Ok vous tous qui dites qu'il n y aura pas élections cette année ca va,nous vraix congolais nous acceptons,mais le 31/12/2017 KABILA partira et la petite transition sera sans lui.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 14.09.2017 00:23

On ne va pas aux elections avec les occupants. 2006 et 2011 Joseph Kabila a vole' les elections et il a prete' serment avec les charts des combats de son armee' et la police comme s'il y avait la guerre au Congo. cette foi ci le Rwandais Kabila va encore tricher les eclections. L'histoire du passe' nous enseigne. A bon attendeur Salut. Rwanda est pour le Rwandais et Congo est pour le Congo. Kabila doit partir par force...

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 13.09.2017 16:33

En Afrique, et dans le monde, mais surtout en Afrique, les soits disantes dictatures sont les effets collateraux, des comportements sposmodiques des opposants.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 13.09.2017 14:46

aah

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
fausseliberation - 13.09.2017 14:32

Noir c'est noir c'est pourquoi ! vous changez de discours comme vous respirez. tantôt tu es du pouvoir tantôt opposants. Du MPR en passant par MLC, MP, PPRD (mécanisme pour le sui des accords Addis abebe) et que sais encore ? Quelle est ta vision pour le Congo ? On ne fera pas une année que tu aies changé de vue. Un jour le peuple vous redemandera les comptes.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
JOSEPH KABILA KABANGE - 13.09.2017 12:51

Francois Mwamba, tu n'es pas un politicien, tu es qu'un opportuniste de mauvais goût. Meme si on te demandait de prendre la tête de la Ceni tu va demander qu'on t'accorde plus de temps. Dis nous, de partout ou tu es passé, ou est ce que tu avais servi loyalement. Traite comme tout Muluba.

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Serge k - 13.09.2017 12:23

Que Naangaa cesse de jouer avec le feu, nous attendons le scrutins présidentiel tout au plus tard le 31/12/2017 svp, Il est grand temps que la MP nous fasse déjà connaître son candidat qui sera bien sûre le dauphin du Raïs. François Muamba a raison

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mukumbane - 13.09.2017 12:03

Il n'y a pas une vraie opposition au Congo Kinshasa. Il y a des chercheur de postes!!!!

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 13.09.2017 10:01

Je ne parviens pas à comprendre.Est-ce que l'opposition aile Limete veut réellement les élections? Je ne crois pas! Si vraiment elle préfère ces ELECTIONS en décembre 2017, cela devra se faire sans le KASAÏ qui est en plein opération d'enrôlement des électeurs. Or c'est impossible du fait que ledit enrôlement doit prendre 3 mois(du 04/09 au 04/12 avec peut être une probable prolongation) et donc il sera impossible qu'au 31/12 qu'il y est ELECTION. Mon frère FM nous devons dire la vérité à la population congolaise et bannir le mensonge.

Non 5
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 13.09.2017 09:48

FM changera quoi,à mon humble avis rien du tout.La colère de DIEU ESPRIT SAINT se versera sur les fils de la rébellion. PSAUME 2:1-12

Non 3
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
La voix de la sagesse - 13.09.2017 09:42

Très bien dit et felicitation. C'est encore possible d'organiser l'election présidentiel d'ici décembre 2017 et pas forcement besoin de la machine ä voté ou de plusieurs bulletin de vote, vu généralement le nombre réduit des candidats. L'enrollement au kasai peut bien se faire dans deux ou trois semaines comme dans le passé. Au besoin se déplacer avec les kit d'enrollement dans le camp des réfugier qui sont répertorié. Apres le nouveau president élu pourras organiser les autres scrutins.

Non 7
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Albert Ilunga - 13.09.2017 09:41

Mwamba doit comprendre nous les Kasaiens devront avoir 3 mois d’enrôlement comme toutes les autres provinces du pays: septembre, octobre et novembre. Pour autant comment peut-on organiser l'élection présidentielle dans un mois après enrôlement? Non, pas réaliste. Comme l'Accord avait prévu un rallonge, acceptons que cette élections et toutes les autres prévues dans l'Accord aient lieu en 2018 au lieu de brûler le pays pour un petit problème d'ambitions demeurées des politiciens. Enfin, le prostitué politique Mwamba doit savoir toutes les élections sont importantes surtout du fait que toutes les institutions sont hors mandats. Cependant, c'est la présidence qui intéresse...

Non 6
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Prof. Dr.Robert KIKIDI - 13.09.2017 09:32

"Lorsque la société civile se lève,c'est là le vrai Congo qui se lève"dixit François Mwamba. Une déclaration qui en dit long; par celle-ci, Fr M qui est politicien ainsi que tous les autres politiciens qui ont proliféré les structures politiques dans ce grand Congo, sont des imposteurs qui ne se battent que pour leurs intérêts égoïstes et maintenir le Congo à terre. Laissez donc les vrais défenseurs du Congo assurer au peuple congolais un bel avenir en jouissant ,de manière équitable,de richesses que regorge la terre de leurs ancêtres.

Non 0
Oui 13
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Tarzan moteur. - 13.09.2017 08:56

Spv monsieur Mwamba le prostitué politique, cette fois-ci ne trahit pas le rassemblement comme tu l'avait fait avec le mlc et la majorité.Sois un peu sage,sinon tu risque d'attraper le sidapotique.

Non 2
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Liberia : les Etats-Unis jugent l'élection crédible et demandent un second tour rapidement

Afrique ..,

Le président Kabila reste au pouvoir jusqu'au début 2019, l'opposition exige son départ fin 2017

Politique .., Kinshasa

Publication du calendrier électoral : la présidentielle le 23 décembre 2018

Politique ..,

Présidentielle au Liberia : le candidat arrivé troisième veut le remplacement de la commission...

Afrique .., Monrovia, Liberia