mediacongo.net - Actualités - La Corée du Nord qualifie de « scélérates » les nouvelles sanctions adoptées par l'ONU

Retour Monde

La Corée du Nord qualifie de « scélérates » les nouvelles sanctions adoptées par l'ONU

La Corée du Nord qualifie de « scélérates » les nouvelles sanctions adoptées par l'ONU 2017-09-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/11-17/kim_jong_un_17_0001.jpg -

Kim Jong-Un, président nord coréen

La résolution adoptée lundi à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU interdit les exportations de textile de Corée du Nord et réduit ses approvisionnements en pétrole et en gaz.

Cette huitième série de mesures vise à punir Pyongyang pour son essai nucléaire du 3 septembre. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté lundi, à l'unanimité et à l'initiative des États-Unis, une nouvelle batterie de sanctions contre la Corée du Nord. Celles-ci interdisent ses exportations de textile et réduisent ses approvisionnements en pétrole et en gaz. Pour les États-Unis, le Royaume-Uni, la France ou l'Italie, la résolution adoptée lundi est « très solide », « équilibrée » et permet à l'ONU d'affirmer « unité » et « détermination ». Elle a également été soutenue par la Chine et la Russie, les plus proches soutiens de la Corée du Nord. La Corée du Nord, de son côté, a évoqué des sanctions des « plus scélérates ».

L'ambassadeur nord-coréen, Tae Song Han, a souligné que sa délégation « rejette catégoriquement la dernière résolution » du Conseil de sécurité. En riposte, la Corée du Nord prendra des mesures qui « infligeront aux États-unis la plus grande douleur qu'ils n'aient jamais connue de leur histoire » et « est prêt à faire usage de toute forme de moyens ultimes », a-t-il déclaré devant la Conférence du désarmement à Genève.

« Nous ne cherchons pas la guerre », a assuré de son côté l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley. Elle a admis que la Corée du Nord n'avait « pas franchi un point de non-retour ». Séoul a de son côté salué l'adoption de cette résolution, la qualifiant « d'avertissement sévère » pour Pyongyang. À Tokyo, le premier ministre Shinzo Abe a « hautement apprécié » la résolution « rapide » et « forte » qui démontre que « la communauté internationale doit accentuer la pression sur la Corée du nord à un niveau nouveau et sans précédent » pour qu'elle « change sa politique ».

Des négociations intensives

Le premier projet de texte américain, rendu public mercredi, prévoyait un embargo total sur le pétrole, les produits pétroliers et le gaz, le renvoi en Corée du Nord de ses expatriés, le gel des avoirs de Kim Jong-un, l'interdiction d'importer du textile nord-coréen et des inspections par la force de navires en haute mer suspectés de violer les résolutions de l'ONU. Pour s'assurer du soutien de la Russie et de la Chine lors du vote, Washington a dû cependant revoir à la baisse ses prétentions et renforcer les paragraphes liés à la recherche d'une solution « pacifique » à la crise.

Après plusieurs jours de négociations intensives, l'embargo sur le gaz naturel a été conservé mais pour le pétrole, les ventes seront limitées à 500.000 barils pendant trois mois à partir du 1er octobre pour passer à 2 millions de barils à partir du 1er janvier pour une période de 12 mois. Cela représente une réduction de 10% des produits pétroliers, selon le département américain de l'Énergie, qui estime à 2,2 millions de barils les importations nord-coréennes. Pyongyang importe essentiellement de l'essence et du diesel de Chine, selon les États-Unis.

Lors de discussions, le gel des avoirs du dirigeant nord-coréen, dont Moscou ne voulait pas, a également été retiré du texte. Les États-Unis ayant assuré ne pas vouloir de changement de régime, il est difficile de viser directement Kim Jong-un, a plaidé Moscou, selon une source diplomatique. L'interdiction concernant le textile n'a pas posé de problème. Les mesures concernant les expatriés nord-coréens et les inspections de navires suspects sont moins strictes que dans le texte initial, surtout à la demande de Moscou, selon des diplomates. La Russie ferait travailler quelque 35.000 expatriés nord-coréens.

Le dernier train de sanctions internationales, le 5 août, faisait suite à deux tirs de missiles intercontinentaux nord-coréens. Il interdit les importations de charbon, de fer et de la pêche venant de Corée du Nord, et vise à priver ce pays d'un milliard de dollars de recettes par an. Les effets de sanctions ne peuvent se mesurer que sur le très long terme. À titre d'exemple, il a fallu plus de dix ans de sanctions pour amener l'Iran à négocier son programme nucléaire.


AFP / MCN
157 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Fifa : sanction alourdie pour Platini et Blatter ?
left
ARTICLE Précédent : A Jérusalem, l’église grecque orthodoxe vend ses propriétés
AUTOUR DU SUJET

Corée du Nord : le Conseil de sécurité de l'ONU va se réunir jeudi

Monde ..,

Nikki Haley : "La Corée du Nord sera détruite" si elle attaque les USA ou ses alliés

Monde ..,

L'ONU "condamne fermement" le tir nord-coréen "hautement provocateur"

Monde ..,

La Corée du Nord semble préparer un nouveau tir de missile, juge Séoul

Monde .., Pyongyang, Corée du Nord