mediacongo.net - Actualités - Validation ou non de nouveaux gouverneurs. Haut-Katanga & Tshuapa : l’appel de Thomas Lokondo aux Cours d’Appel

Retour Provinces

Validation ou non de nouveaux gouverneurs. Haut-Katanga & Tshuapa : l’appel de Thomas Lokondo aux Cours d’Appel

Validation ou non de nouveaux gouverneurs. Haut-Katanga & Tshuapa : l’appel de Thomas Lokondo aux Cours d’Appel 2017-09-12
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/lokondo_henry_mp_17_003.jpg -

Le député national Henri-Thomas Lokondo

La déchéance de Tony Bolamba à la tête de l’Equateur, l’élection à problème de nouveaux gouverneurs dans les provinces du Haut-Katanga et de la Tshuapa ainsi que la problématique du vote électronique n’ont pas laissé indifférent l’honorable Henri-Thomas Lokondo.

S’il regrette, dans un entretien accordé à la presse, la triste fin de Tony Bolamba, il y trouve un signal devant interpeller la MP. A savoir qu’il faille miser sur une personne alliant expertise et expérience. Légaliste, Henri-Thomas Lokondo juge qu’il n’y a pas encore eu vacance à la tête des provinces précitées. D’où, les scrutins organisés par la Ceni sont-elles nuls car, la plus haute Cour du pays a réhabilité et Cyprien Lomboto et Jean-Claude Kazembe.

Par ailleurs, il en appelle à la conscience des juges des Cours d’Appel qui, selon son entendement, ne peuvent ramer à contre-courant des décisions de la Cour constitutionnelle. Hélas, au Haut-Katanga, aux dernières nouvelles, la Cour d’appel a déjà validé un tout nouveau gouverneur. Au chapitre du vote semi-électronique, modeste, Lokondo estime ne pas être expert en la matière. Toutefois, il note que ce mode de vote qui, selon lui, comporte bien plus d’inconvénients que d’avantages, ne peut être d’application pour les prochaines élections projetées à décembre 2017 par l’Accord de la Saint Sylvestre.

« Mes idées sont claires comme l’eau de roche sur les cas de la Tshuapa et du Haut-Katanga. Je crois que là, il y a eu une entorse à la Constitution et aux lois qui régissent l’Etat. Vous savez notre Constitution, à son article 168, dit que les arrêts de la Cour constitutionnelle sont susceptibles d’aucun recours… ils sont obligatoires et s’imposent au pouvoir public, à toutes les autorités administratives et juridictionnelles, civiles et militaires ainsi qu’aux particuliers.

Et l’article 151 de la même Constitution dit que le pouvoir Exécutif ne peut donner d’injonctions au juge dans l’exercice de sa juridiction, ni statuer sur les différents, ni entraver le cours de la justice, ni s’opposer à une décision de la justice. Donc, moi je crois que la Ceni a organisé des élections dans deux provinces où il n’y avait pas vacance », réagit Henri-Thomas Lokondo suite aux élections des gouverneurs organisées à la Tshuapa et au Haut-Katanga. Dans ces dernières, respectivement, Cyprien Lomboto et Kazembe avaient l’imperium du pouvoir Exécutif. Pour ce député national, les yeux sont désormais braqués sur les Cours d’appels de ces deux provinces.

Après le cas survenu au Kenya où la Cour suprême, au nom de la séparation effective des pouvoirs, a annulé les résultats de l’élection présidentielle suite aux fraudes, Lokondo estime que lesdites Cours d’appels doivent se sentir interpellées et, de ce fait, dirent le droit. « Ce qui s’est passé au Kenya est inédit, c’est la beauté de la démocratie. Je crois qu’il doit y avoir un sursaut d’orgueil. Moi, si j’étais juge dans l’une des Cours, j’allais dire que ces élections sont annulées parce qu’il y a deux arrêts de la Cour constitutionnelle qui ont rétabli les deux gouverneurs. Donc, il n’y avait pas vacance. Si au niveau des Cours et Tribunaux, eux mêmes ne peuvent pas respecter les arrêts de la Cour constitutionnelle, on va complètement la démonétiser.

On attend, on va voir comment ces Cours vont agir. On doit faire les choses selon la loi, selon les normes », dixit Henri-Thomas Lokondo. Cet élu a confié sa petite réaction suite à la chute de Tony Bolamba à la tête de la province de l’Equateur. Selon lui, c’est bien dommage cette fin. Toutefois, cette mésaventure relève, d’une part, du manque d’écoute du concerné et, de l’autre, du manque d’expertise ainsi que de maîtrise de l’heureux élu de la MP choisi pour diriger cette province. Ainsi, d’après lui, cette fois-ci, il faut que la famille politique du président de la République puisse porter son dévolu sur un candidat qui aura les épaules pour ce job.


La Prosperité
232 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Election: « un calendrier réaliste dans quelques jours » (Bruno Tshibala)

Politique ..,

Rentrée parlementaire : Léon Kengo appelle la Ceni à publier un « calendrier électoral...

Politique .., ki

Rentrée parlementaire : Aubin Minaku appelle le CNSA et la Céni à s’assumer

Politique ..,

Elections en RDC : l’ODEP et l’AETA disent « Non à la Machine à voter ! »

Politique ..,