mediacongo.net - Actualités - Une session budgétaire et politique s’ouvre au Parlement

Retour Politique

Une session budgétaire et politique s’ouvre au Parlement

Une session budgétaire et politique s’ouvre au Parlement 2017-09-12
Economie
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/11-17/deputes_parlement_17_0002.jpg Kinshasa-

Dès ce 15 septembre 2017, députés et sénateurs reprennent avec le chemin de l’hémicycle. Et, cette fois-ci, les sujets sont légions et les enjeux de taille. Comme vers la fin de l’année 2016, la scène politique congolaise se trouve centrer sur la problématique de l’organisation des élections. Ce faisant, il va sans dire que la session de septembre, quoiqu’essentiellement budgétaire, va prendre des couleurs très politiques.

D’entame, les points portant sur la finalisation des lois essentielles du processus électoral sont à épingler en haut de la liste. Mais, qu’en est-il des débats et du contrôle parlementaire ? N’ayant plus de légitimité depuis début 2017, l’Assemblée nationale s’annonce comme la chambre où des grands empoignades et coups de gueules sont à prévoir. Plus chaude d’habitude que le Sénat où siègent, selon bien d’âmes, des politiques à l’expérience murie et dont l’âge a adouci les ardeurs, la chambre basse qui regorgent près de 500 députés Opposition-Majorité devra être électrique comme d’habitude. Et, si pomme de discorde ou sujet à chamaille il y aura, la tenue ou non des élections en 2017 trônera. Et, certainement, Nangaa Corneille, le président de la Ceni, ne manquera pas de recevoir quelques flèches mouchetées de la part des élus nationaux de l’Opposition et surtout ceux proches du Rassemblement/Limete. Qui, sans user de la langue de bois, prévoit que si la Commission électorale nationale indépendante -Ceni- ne publie pas un calendrier électoral fin septembre, d’en appeler à la désobéissance civile en octobre. Au menu des discussions, il faut aussi citer, au passage, l’analyse du projet de loi portant fonctionnement du Conseil national de suivi de l’accord -CNSA- que chapeaute Olenghankoy. Si l’analyse de ce projet de loi pourra être effectuée en douce, il faille noter, tout de même, que si Olenghankoy et ses collaborateurs doivent être présentés à la représentation nationale, cela se fera non sans surprise de taille de la part notamment, du Groupe Parlementaire pro-Rassemblement qui, déjà, lors de l’investiture de Bruno Tshibala, considéré comme Olenghankoy des "traitres", avait démontré une certaine nuisance à la bonne tenue de la séance plénière. Au Sénat, ce n’est point le rififi qui peut être présagé. Mais, plutôt, une surprise au niveau de la prise des positions face aux enjeux politiques du moment. Les sages du Sénat sont bien connus, d’ailleurs, pour leur liberté d’esprit. Contrairement à la Chambre Basse où la loi de la Majorité ôte pour certains la magie du contrôle parlementaire, les élus des élus savent bien se montrer imprévisibles. Vont-ils laisser simplement la dynamique actuelle d’un second report des élections au pays se concrétiser ou, au-delà de ce qui peut être présagé, peuvent-ils se laisser emporter vers d’autres postures ? Nul ne le sait pour l’instant. 

Le Budget, sujet phare de cette session ne manquera pas, aussi, d’être traité. Et sur ce point, des passionnants débats peuvent être subodorés surtout que la situation globale de l’économie du Congo-Kinshasa pose problème avec l’instabilité des prix et la faiblesse de la monnaie nationale face aux devises étrangères précisément au dollar américain. Et que dire de l’exécution de la loi de Finances de l’année en cours par le gouvernement Tshibala votée à la va-vite avant la fin de la session parlementaire de mars 2017 ? Par ailleurs, quel gouvernement défendra le Budget 2017 ? Est-ce Tshibala ou un autre ? Ces questions persistent dans les esprits mais une les surpasse toutes. Il s’agit de savoir sous quel climat se tiendra la prochaine session et vers quel cap, le pouvoir législatif laissera le pays se diriger à l’horizon décembre 2017 et janvier 2018 ?

Danny Ngubaa
La Prospérité
660 suivent la conversation
7 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Musa - 12.09.2017 23:44

Senateurs et Deputer vous etes partis la bas a cette assembler pour defendre la population mais jusque la il y a de cela 16 ans du pouvoir il n' y a pas changement, pas du development mais ce toujours le peuple qui souffrent et vous etes la pour remplir vos poches avec 12000 dollards on vous paie chaque Mois. Eza mawa peuple kaka mutu azali kokufa mikolo nionso epuis peuple kaka mutu azali komona pasi na banzala. Ezali pasi.

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
wonder - 12.09.2017 18:34

Prof. Dr.Robert KIKIDI - 12.09.2017 15:26,prof je me demande pourquoi vous tenez a la formation d'un nouveau gouvernement? il y a eu combien des nouveaux gouvernement dans ce régime qui n'ont rien apporter.La seule voie de sortie de crise est le depart de KABILA par tout les moyens.Toute les options sont sur la table

Non 0
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
BANA CONGO BADASUKIDI - 12.09.2017 15:28

BANDE DES VOLEURS

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Prof. Dr.Robert KIKIDI - 12.09.2017 15:26

Seule voie de sortie pacifique actuellement est la formation d'un Gouvernement des technocrates sans politiciens de tout bord et ayant pour mission de mobiliser les fonds communautaire en vue d'appuyer la CENI à l'organisation des élections responsables, démocratique, transparentes et crédibles.

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Prof. Dr.Robert KIKIDI - 12.09.2017 15:14

L'ARMP de la PRIMATURE A BESOIN D4UN BUDGET CONSEQUENT POUR MIEUX INSTALLER LES ANTENNES DANS LES 26 PROVINCES ET LES FONCTIONNEMENT , Car le seul Etablissement dont les Directeurs n'ont pas de véhicules de service et y compris le manque des bus pour les agents ainsi que pas de véhicule de courrier.

Non 1
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
lisano - 12.09.2017 13:44

Nous devons plus donner des idées constructives et des propositions pour aider ceux qui nous gouvernent à avoir un fil conducteur pour la gestion de ce pays et non passer beaucoup de temps sur le net à enflammer, envenimer, intoxiquer, soulever... pour quel intérêt? j'ai l'impression que beaucoup n'ont pas encore vécu la guerre, ils parlent de loin. vs ne connaissez pas la douleur que ressentent ceux qui ont perdu les leurs qui une femme, qui un mari, qui ses parents, qui .... Faites attention que vous réagissez sur le net. réagissez en toute responsabilité car vous aurez des comptes à rendre à Dieu pour certaines de vos réactions qui amènent les gens à mourir.

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
lisano - 12.09.2017 13:37

Monsieur il ne faut pas nous intimider. Tout se passera normalement comme d'habitude. Ce pays nous appartient et il ne faut pas donner l'impression qu'il y en a pour qui il est et pour qui il n'est pas. L'essentiel est que les élections soient organisées paisiblement peu importe le temps car Dieu seul sortira ce pays des mains de pharaon pas un individu.

Non 2
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Évènements du 19 septembre 2016 : le BCNUDH exige des enquêtes indépendantes

Société ..,

Kengo : "L’Accord du centre-interdiocésain est la seule piste de sortie de crise"

Politique .., Kinshasa

Rentrée parlementaire : Léon Kengo appelle la Ceni à publier un « calendrier électoral...

Politique .., ki

Session de septembre : Aubin Minaku juge les attentes de la population « pressantes »

Société .., Kinshasa