mediacongo.net - Actualités - Togo : l’opposition maintient la pression après deux jours de mobilisation populaire

Retour Afrique

Togo : l’opposition maintient la pression après deux jours de mobilisation populaire

Togo : l’opposition maintient la pression après deux jours de mobilisation populaire 2017-09-09
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/09-septembre/4-10/togo-manifestation-sept-2017.jpg -

Manifestations de l'opposition au Togo, le 06 septembre 2017. (© Getty Images)

Au lendemain des importantes manifestations de l’opposition togolaise, le calme semble revenir progressivement. Ce vendredi matin, des poches de résistances subsistaient cependant dans la capitale togolaise. Le domicile de Tikpi Atchadam, l'un des leaders de l'opposition, a été encerclée par les forces de sécurité, ce vendredi à la mi-journée. Le gouvernement a convoqué le Parlement le mardi 12 septembre et demande aux opposants de « respecter la démocratie ».

A la mi-journée, ce vendredi, le domicile de Tikpi Atchadam, du Parti national panafricain (PNP), a été encerclé par les services de sécurité. Les autres leaders de l’opposition ont annoncé leur intention d’aller l’y rejoindre. Une conférence de presse est annoncée dans les heures qui viennent. Une brusque montée de tension au lendemain de deux jours consécutifs de manifestations qui ont vu plusieurs milliers de Togolais descendre dans les rues de la capitale et des principales villes du pays.

Faut-il relâcher la pression ou poursuivre les mouvements pour faire fléchir le régime en place au Togo ? C’est l’une des questions à laquelle devront répondre dès aujourd’hui les leaders de l’opposition qui ont réalisé les 6 et 7 septembre une belle opération politique. Sur les deux jours de manifestations, des milliers de Togolais sont sortis dans les rues de Lomé et d’autres villes du pays pour « réclamer le retour à la Constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora ».

Dans la majeure partie de la capitale, la vie semblait avoir repris son cours normal, ce vendredi matin. Les forces de l’ordre tentaient cependant encore de disperser des manifestants toujours rassemblés dans le quartier populaire de Bè, dans le sud de Lomé. Ces derniers tentent d’ériger des barricades et de bruler des pneus. « L’opposition a demandé une autorisation pour manifester pendant deux jours. Ceux qui occupent les rues ce vendredi le font illégalement », a prévenu une source gouvernementale, contactée par Jeune Afrique.

 Nous répondons aux aspirations profondes du peuple togolais

« Sit-in » improvisé

Jeudi soir, à l’issue de la deuxième et dernière journée de manifestations, les leaders de l’opposition avaient appelé leurs militants à occuper le carrefour commercial Dékon, dans le centre de la capitale, « jusqu’au départ du Président Faure Gnassingbé ». Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition a lui-même donné le ton en s’installant par terre, au milieu de ses alliés et des militants. Il a réclamé dans une déclaration l’ouverture de discussions pour « négocier le départ du chef de l’État ». « Nous sommes content de voir nos leaders ensemble pour mener le combat démocratique », a confié à Jeune Afrique un des manifestants.

Au mot d’ordre initial d’obtenir par la rue le retour à la Constitution de 1992 et donc de revenir à la limitation du nombre maximal de mandats présidentiels et à un scrutin uninominal à deux tours s’est donc désormais substitué l’exigence d’un changement « immédiat » à la tête de l’Etat.  « Nous répondons aux aspirations profondes du peuple togolais », a affirmé Tikpi Atchadam, du Parti national panafricain (PNP), l’une des figures du mouvement, pour justifier ce durcissement de ton.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les forces de l’ordre ont dispersé le « Sit-in » pour, selon une source sécuritaire, « permettre à l’activité de cette zone économique de se poursuivre normalement vendredi matin après deux jours d’arrêts ».

Le Togo ne doit pas sombrer dans la violence, il a déjà connu ça

Parlement convoqué

Pour faire suite à l’annonce de l’adoption de l’avant-projet de loi relatif aux réformes à l’issue du Conseil des ministres du 5 septembre,  le Parlement a été convoqué ce mardi 12 septembre pour étudier le texte. « Le chef de l’État a marqué un acte fort. Il appartient désormais à l’Assemblée nationale de voter le texte. L’opposition a désormais l’opportunité de procéder à la réforme constitutionnelle qu’elle réclame », a assuré à Jeune Afrique Pacôme Adjourouvi, conseiller spécial du président Faure Gnassingbé.

A ceux qui demandent le départ de Faure Gnassingbé, Pacôme Adjourouvi répond que « le président a été élu, il faut respecter la démocratie. On ne peut pas demander plus de démocratie et utiliser des moyens anti-démocratiques. Le Togo ne doit pas sombrer dans la violence, il a déjà connu ça ». Le ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara, relève pour sa part « l’impossibilité pour le parti au pouvoir d’opérer seul les réformes ». L’Union pour la République (Unir), ne dispose en effet pas de la majorité qualifiée des 4/5e au Parlement pour une révision Constitutionnelle.

Les regards sont à présent tournés vers l’opposition parlementaire pour voir si elle soutiendra le projet de loi du gouvernement.

 

Edmond D'Almeida
Jeune Afrique
303 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: le Burundais Egide Mwéméro bientôt devant la justice militaire?
left
ARTICLE Précédent : Le franc CFA, ami ou ennemi des économies africaines ?