mediacongo.net - Actualités - Sindika Dokolo : "Mon engagement ne vise pas un projet politique"

Retour Politique

Sindika Dokolo : "Mon engagement ne vise pas un projet politique"

Sindika Dokolo : "Mon engagement ne vise pas un projet politique" 2017-08-25
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/08-aout/21-27/sindika_dokolo_17_0004.jpg -

Sindika Dokolo

Après la signature à Paris du « Manifeste du citoyen congolais », Sindika Dokolo, porte-voix du mouvement citoyen, « Les Congolais débout », a pris plus de galons sur la scène politique. Certains lui prêtent déjà des ambitions politiques. Et d’autres le voient déjà concourir, à l’instar de Moïse Katumbi, avec qui il entretient des liens très solides, à la magistrature suprême. Mais, sur RFI, l’homme a nié toute visée politique dans son engagement pour son pays, la République démocratique du Congo. Pour toute réponse, il a levé toute équivoque : « Mon engagement ne vise pas un projet politique ou l'ambition politique de qui que ce soit. »

Gendre du président sortant de l’Angola, Eduardo dos Santos, et fils du très célèbre homme d’affaires congolais, Dokolo Sanu, Sindika Dokolo a abandonné sa résidence de Luanda pour se consacrer à l’avenir de la terre de ses ancêtres, la République démocratique du Congo. Déjà, son prénom, Sindika, entendu « l’envoyé » en kikongo, l’une des langues nationales de la RDC, le prédisposait à cette tâche. Comme Moïse de la Bible dans le temps de Pharaon d’Egypte, il n’a pas pu s’échapper de son destin.

Aujourd’hui, Sindika, « l’envoyé », a décidé d’éclairer le chemin de ses compatriotes meurtris de la RDC pour les libérer du joug de la servitude dans lequel ils ont été soumis depuis des années. Comme Moïse de la Sainte Bible, il s’est mis au-devant de la scène pour tracer la voie à suivre en vue de l’alternance démocratique en RDC.

Très actif sur la toile, Sindika Dokolo a décidé depuis Paris de se lancer dans l’arène. La signature, dans la ville lumière, du « Manifeste du citoyen congolais » témoigne désormais de son engagement pour la libération de la RDC. Si certains lui prêtent des ambitions politiques ou une quelconque visée présidentielle pour faire ombrage à son partenaire dans la lutte, Moïse Katumbi Chapwe, Sindika Dokolo écarte totalement cette hypothèse.

Invité mercredi de RFI, Sindika Dokolo a recadré le sens de son engagement. Il s’agit, selon lui, d’un engagement qui « ne vise pas un projet politique ou l'ambition politique de qui que ce soit. Et de préciser : « Je pense que ce qui nous définit n’est pas seulement la question des actions. Aujourd’hui, on est dans une situation qui requiert avant tout une compréhension de ce qui est en train de se passer. La particularité du Manifeste, c’est que pour la première fois, des Congolais qui n’ont pas l’ambition d’accéder au pouvoir ont établi que M. Kabila tombe sous le coup de l’article 64 de la Constitution. Donc, déjà, c’est important que tous les Congolais sachent ce que dit cet article 64. Tous les Congolais ont le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui exercerait le pouvoir en violation de la Constitution ».

Il ne s’identifie à aucune formation politique ni à un quelconque regroupement politique. Son engagement, dit-il, est avant tout citoyen pour l’émergence de son pays d’origine, la RDC. « Mon engagement est complètement apolitique et se fait autour de certaines valeurs », fait-il remarquer. Il fonde son espoir sur la dérive qui se vit au quotidien en RDC. « Il se fait, note-t-il, autour d’un constat qui est que mon pays est, à l’heure actuelle, sous la coupe de dirigeants qui ont pris nos institutions en otage ». Tout en prévenant : « si l’on n’y fait rien, nous allons basculer dans plus d’instabilité ». 

INTERVIEW

Pourquoi créer un nouveau mouvement citoyen en RDC, alors qu’il y en a déjà beaucoup ?

Parce qu’il me semblait qu’il manquait un mouvement qui soit basé sur la stratégie d’une très large adhésion. Donc, un mouvement de masse, organisé non pas autour de personnes mais autour de certaines valeurs, à un moment où notre pays est vraiment en danger.

N’est-ce pas ce que des mouvements déjà existants, comme la Lucha par exemple, essaient de faire depuis plusieurs années maintenant ?

Oui. Et avec beaucoup de courage, ce qui représente un vrai symbole pour tous les Congolais. Mais en même temps, je pense que la plupart des Congolais n'ont pas vocation au martyre. Effectivement, ce qui est toujours difficile, c’est d’arriver à proposer une action concrète pour tous les citoyens qui se sentent indignés par ce qui est en train de se passer au Congo.

Vous voulez dire qu’il ne faut pas aller manifester et protester comme le font régulièrement les membres de la Lucha, ce qui aboutit souvent à des arrestations ?

Ce n’est pas ce que j’ai dit. Ce que je disais, c’était que beaucoup de Congolais ne se sentent peut-être pas le courage ou la vocation de s’exposer à ce point-là. Et puis, la Lucha ou Filimbi sont des mouvements de jeunes. Tous les Congolais ne sont pas jeunes, même si on a une population très jeune. Moi en tout cas, à 45 ans, je ne me voyais pas dans la Lucha ou dans Filimbi - pour lesquels j’ai beaucoup de considération -, et je ne me voyais pas non plus les bras croisés.

Quels types d’actions différentes proposez-vous ?

Je pense que ce qui nous définit n’est pas seulement la question des actions. Aujourd’hui, on est dans une situation qui requiert avant tout une compréhension de ce qui est en train de se passer. La particularité du Manifeste, c’est que pour la première fois, des Congolais qui n’ont pas l’ambition d’accéder au pouvoir ont établi que M. Kabila tombe sous le coup de l’article 64 de la Constitution. Donc, déjà, c’est important que tous les Congolais sachent ce que dit cet article 64. Tous les Congolais ont le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui exercerait le pouvoir en violation de la Constitution. C’est ce que nous avons prouvé en analysant la manière dont M. Kabila a saboté le processus électoral pour s’assurer que les élections ne seraient pas tenues à la fin de son deuxième et dernier mandat. De la même manière qu’il a instrumentalisé les institutions pour se maintenir au pouvoir, et de la même manière qu’il a saboté délibérément les accords de la Saint-Sylvestre à la fin de son dernier mandat - qui lui accordait encore une année pour organiser les élections, ce qu’il n’a évidemment pas fait. Alors, c’est important, déjà, d’expliquer au plus grand nombre de Congolais possible la réalité juridique de cette situation et les implications qu’elle a ; ce que la Constitution nous oblige ou nous instruit de faire.

Les interlocuteurs ont insisté sur le côté citoyen des discussions qui se sont tenues en amont du lancement du Manifeste. Vous ne vous cachez pas, vous êtes proches de Moïse Katumbi. N'est-ce pas contradictoire ?

Je ne sais pas si être proche, cela veut dire être « politique » forcément. Ce n’est pas l’entendement que j’en ai, en tout cas. En l’occurrence, mon engagement est complètement apolitique et se fait autour de certaines valeurs. Il se fait autour d’un constat qui est que mon pays est, à l’heure actuelle, sous la coupe de dirigeants qui ont pris nos institutions en otage. Et que, si l’on n’y fait rien, nous allons basculer dans plus d’instabilité. Par rapport à cela, mon engagement ne vise pas un projet politique ou l'ambition politique de qui que ce soit.

Vous êtes le gendre du président angolais. Quelles incidences cette proximité peut-elle avoir dans votre combat au Congo ?

Je fais vraiment la part des choses entre ma vie privée, mes relations familiales et mon engagement citoyen. Et je constate qu’effectivement, le sentiment, non seulement de frustration mais aussi de très profonde inquiétude par rapport à l’évolution de la situation au Congo, est commun au citoyen congolais que je suis et aux différents représentants de la société civile et des partis politiques d’opposition, mais également à la plupart des voisins et des partenaires de la RDC. J’ai l’impression qu’il y a une communauté de point de vue concernant la dérive totalitaire et violente que M. Kabila est en train de créer délibérément.

Pensez-vous que l’Angola peut peser pour obtenir ce que vous souhaitez, à savoir le départ du président Kabila ?

En l'occurrence, je ne pense pas qu’il s’agisse uniquement de l’Angola, mais vraiment de tous les partenaires du Congo. Je ne vois pas, aujourd’hui, dans la communauté internationale, dans les observateurs, qui que ce soit qui accorde le moindre crédit à M. Kabila. Et puis on se rend compte que plus on avance dans ce système d’illégitimité, plus on constate des violences, des massacres, des situations qui, du point de vue des droits humains, sont absolument catastrophiques. Et de ce point de vue-là, ce n’est pas un constat ou une position qui est propre à l’Angola.

On ne vous entend pas, en revanche, sur l’Angola. Les scénarios sont différents mais, malgré tout, le MPLA est au pouvoir depuis 40 ans. Il y a aussi un désir de changement dans la société angolaise...

Et bien c’est parfait, parce qu’elle pourra s’exprimer le 23 août, étant donné qu’il y a des élections qui se tiennent à temps. Des élections dans lesquelles, je le constate d'ailleurs, le président dos Santos ne se présentera pas, alors qu’il aurait tout à fait le droit de le faire. Et donc, je pense qu’au-delà des critiques générales ou du déficit d’image dont peut souffrir l’Angola, il y a des actes qui sont posés, qui tendent à prouver le contraire.

Et le fait de ne pas être présent dans ce débat-là, alors que vous vous engagez au Congo sur des thématiques similaires, ce n’est pas un problème pour vous ?

Ce ne sont pas de thématiques similaires. On a des cas de massacres de masse, un non-respect des délais constitutionnels, un viol de la loi constitutionnelle, une instrumentalisation de la Cour constitutionnelle. Il n’y a rien d’absolument comparable en Angola.


RFI / MCN
3232 suivent la conversation
13 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Admin - 28.08.2017 14:01

Trop de blabla et discours, nous voulons voir la réalité de tous ce que vous dite. nous congolais an avons marre.SINDIKA, TSHISEKEDI, FAYULU et consort... to lembi,le gar et toujours au pouvoir et KATUMBI qui disait qu'il rentré bientôt ou est il???il n'a toujours pas fini de faire ses valises pour Kinshasa??? KAMITATU son porte parole aza wapi???trop de discours rien ne change chers POLITIQUE riennn. EZA PASA KAKA

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LIBERTE- JUSTICE- SOLIDARITE - 28.08.2017 09:27

CE GARCON HYBRIDE.......NOUS AIMERIONS D'ABORD VOIR TES ENFANTS, TES FRERES et SOEURS HYBRIDES COMME TOI EN AVANT PLAN A TOUTES LES MANIFESTATIONS QUE TU VAS ORGANISER , AMENER AUSSI TOUS CEUX QUI SONT EN ANGOLA......

Non 3
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Manu - 28.08.2017 09:03

Combattons le bon combat pour libérer la RDC de ce régime dictatorial qui enfonce petit à petit ses racines dans notre pays. ceux - ci ne pourraient écouter que les bruits des armes parce qu'ils ont eu ce pouvoir par les armes. L'Article 64 est plus charmant pour eux car la MP et Kabila évoque l'alinéa 2 de ce même article càd ils n'ont pas respect ou peur du peuple Congolais. La Bible nous enseigne " Qui tue par l'épée, périra par l'épée."

Non 0
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
gong - 28.08.2017 05:16

et donc il est dit en swahili que "dawa y'a moto ni moto" na mbere na shema tuko tayari kushika siraha tayari tuko mbere éparpillés mais on va se reconstituer la preuve est que même sur on a immobiliser notre guide le general padiri rendu débile par jkk NS avons d autres leaders au mouvement on va s'appuyer

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
gong - 28.08.2017 05:11

sindika dokolo ns sommes derrière vos vidéos mais ne pensez pas au,à l'allure où vont les choses les déclarations seule suffisent à un monsieur de jk qui traverse des dizaines des camions fuso pleins de minutions du Rwanda vers tous l'est en général et le nord Kivu en particulier pour se consolider.les cachettes d'armes NS les connaissons déjà DNS la ferme de kiroliro à Ngungu bref tout le nord Kivu. allez y comprendre avec qui on a affaire et s 'y préparer e conséquence.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Innocent - 27.08.2017 21:07

Actuellement le vrai problème est que l'opposition est très faible, faible, que les fatigués qui ns dirigent ne trouvent aucune vraie opposition et se retrouvent dans la paix retrouvée de Mobutu

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Amour de la Patrie - 27.08.2017 19:31

Mr Mashala, quand vous dites "le Rais Travaille...Meilleurs elections jamais vues en RD Congo...alors vous lui reconnaissez que les autres qui l'on fait Rais n'etaient pas meilleurs ainsi il ne merite pas car avant toutes etaient baclées. il est déplorable de connaitre des fils de cet pays comme toi, qui ne sont que là pour la cupidité et le fanfarons acclamants. Je sais que tu n'a pas les sens du bien commun...qui serait à la base de la comprehension du valeur de la constution qui regis un pays commun à nous tous. Je suis désole que les pays comme les Etats Unies continue à chercher ailleurs la bande de terroristes lors Vous et votre groupe tiennent tout un pays en terreur et en...

Non 1
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Claude Mashala - 27.08.2017 13:57

Thérèse qui t'a dit qu'il y aura pas alternance en RDC! Le Raïs Kabila travaille sur et son souci et de vous organiser les meilleures élections jamais vues en RDC. Compris!!!

Non 5
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
therese matungulu - 26.08.2017 14:14

mr mashala ce garcon est un congolais comme vs.il veut l'alternance au sommet de l'etat.cela etant le souhait de tout congolais.jkk a declare qu'il n'a rien promis au congolais.or ,il oublie ke les elections etaient un droit.

Non 1
Oui 5
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Un Congolais - 26.08.2017 09:02

Ses explications sont pourtant très claires, précises et pertinente. Ceux qui ne comprennent pas peuvent rentrer a l'école primaire pour apprendre d'avantage le francais (texte, compréhension,...). Comparez Kabila a Nkurunziza du Burundi et Salvakir du Sud Soudan pas au Grand Eudourd Dos Santos.

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Claude Mashala - 26.08.2017 07:45

Ce garçon veut quoi finalement ???

Non 4
Oui 0
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mampuya - 25.08.2017 16:41

Ce messieur n'est pas sérieux,il est le gendre d'un homme qui est resté au pouvoir pendant 40 ans. L'Angola est très riches en argents liquides, sa famille acquise est tellement riche. La misère à Luanda , la corruption est partout. Quel modèle politique, quel ètique politique veut il apporter au Congo?

Non 12
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Musa - 25.08.2017 15:43

Sindika Dokolo president Joseph Kabila a dit il n' y aura pas des elections en Decembre 2017. Les peuples congolais veulent savoir quel est votre plan puiqu'on est fatigue' de Joseph Kabila. Dites nous qu'est ce que tu pense on a besoin de votre soutien. Joseph Kabila veut se maintenir au pouvoir par force donc il veut cette fauteille eternellement.

Non 0
Oui 16
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : RDC: la Mission internationale d’observation électorale exige des moyens financiers pour la Ceni
left
ARTICLE Précédent : Renforcement des liens de coopération entre Berlin et Kinshasa
AUTOUR DU SUJET

Sindika Dokolo lance l’opération « Trompette de Jéricho »

Politique ..,

Ce lundi soir à 23 heures , l’appel de Sindika Dokolo à un concert de casseroles contre...

Politique .., Kinshasa

Qui de Moïse Katumbi, Tshisekedi Junior et Sindika Dokolo incarnera l'opposition ?

Politique ..,

RDC : Sindika Dokolo, l’homme d’affaires qui veut le départ de Joseph Kabila

Politique ..,