mediacongo.net - Actualités - Célébration mercredi à Kinshasa de la journée internationale des peuples autochtones

Retour Culture

Célébration mercredi à Kinshasa de la journée internationale des peuples autochtones

Célébration mercredi à Kinshasa de la journée internationale des peuples autochtones 2017-08-10
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/06-juin/05-11/bitakwira_17_003.jpg Kinshasa-

Justin Bitakwira

Le Réseau des populations autochtones et locales pour la gestion des écosystèmes forestiers de la RDC  (REPALEF) a célébré mercredi à Kinshasa la journée internationale des peuples autochtones axé  sur  le thème « Dixième anniversaire de la déclaration des Nations unies sur les droits des peuples  autochtones » (DNUDPA).

Le ministre de la Justice et Garde des sceaux ad intérim, Justin Bitakwira, qui a présidé la cérémonie, a déclaré que les peuples autochtones en RD Congo sont confrontés à plusieurs défis majeurs, notamment la pauvreté élevée et le manque d’accès aux services publics au même niveau que le reste de la population congolaise. En vue de relever ces défis, les peuples autochtones de la RD Congo et les organisations qui les soutiennent travaillent en étroite collaboration avec les organes des Nations unies et le Gouvernement.

M. Bitakwira a fait état des avancées indéniables enregistrées par la République démocratique du Congo qui est un des pays africains où la problématique des peuples autochtones est prise en compte. Il a souligné qu’un rapport de la Commission africaine des Droits de l’Homme et des Peuples publié en 2009 sur les peuples autochtones dans le pays reconnaît les efforts du Gouvernement en leur faveur.

Selon le ministre Bitakwira, ce rapport qui évoque la promulgation du code forestier du 22 août 2002, qui accorde des avantages à ces peuples dans le secteur forestier. L’élaboration d’une stratégie nationale pour le développement des populations autochtones en RDC doit, cependant, être validée et rendue publique. Par ailleurs, la présentation de la question des peuples autochtones devant  le Conseil des droits de l’homme à l’examen périodique universel (EPU) en avril 2014 figure également parmi les actions réalisées dans les pays en faveur de ces populations.

 La RDC a volontairement accepté et souscrit à plusieurs recommandations spécifiques portant sur les droits des peuples autochtones  « pygmées », notamment celles liées à leurs droits fonciers et à leur participation dans la gestion des ressources naturelles et leur vulnérabilité au changement climatique, a soutenu M. Bitakwira qui est également ministre du Développement rural.

Le coordonnateur du REPALEF, Keddy Bosulu Mola a, pour sa part, fixé l’opinion tant nationale qu’internationale sur ladite journée, avant de faire le bilan de dix ans de la DNUDPA et d’annoncer la tenue prochaine de la 3ème édition du Festival international du Peuple (FIPA) à Kinshasa en 2018.

Il a enfin plaidé pour le renforcement des synergies existantes sur la question autochtone en RDC.

Cette journée a été célébrée en collaboration avec la Dynamique des peuples autochtones. Il a bénéficié de l’appui du Mécanisme financier dédié aux peuples autochtones (DGM), de la Rainforest Foundation Norway (RFN) et de Fonds mondial pour la nature  (WWF).


ACP/MCN
477 suivent la conversation
1 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Prof. Dr.Robert KIKIDI - 15.08.2017 12:27

la République Démocratique du Congo fait l'effort à ce sujet certes mais connait aussi l’ un des obstacles majeurs qui est l’agression linguistique et conflits interethnique comme une grande iniquité sociale, laquelle est aussi à la base des génocides, de la xénophobie , des violences et de l'instabilité politique, économique et socio-culturelle actuelle. Ces maux cancérigènes posent le problème réel sur le processus du développement humain, d'intégration sociale et économique de la population, alors que la diversité linguistique doit être comprise comme une valeur cardinale du progrès.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Le menu de la 1ère édition du festival panafricain de la grillade à Conakry !