mediacongo.net - Actualités - Alertes à Kinshasa, Matadi et Boma: au moins 14 morts 
Retour Provinces

Alertes à Kinshasa, Matadi et Boma: au moins 14 morts

Alertes à Kinshasa, Matadi et Boma: au moins 14 morts 2017-08-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/08-aout/7-13/violence_kin-UPN.jpg -

Alors que les populations congolaises en général et kinoises en particulier se sont réveillées paisiblement ce lundi 07 août 2017, prêtes à vaquer à leurs occupations quotidiennes habituelles, elles ont été perturbées dans leur quiétude et dans leur élan par des détonations d’armes à feu. Des diplomates non africains sont cités parmi les instigateurs de ce vent de déstabilisation du pays de Lumumba.

Renseignement pris, il se serait agi d’une manifestation au motif que le processus électoral connaîtrait du retard, qui aurait dégénéré par la suite, comme d’habitude. Mais les forces de police qui s’attendaient à un coup de Jarnac des extrémistes de l’opposition ont su faire face aux événements avec fermeté et professionnalisme et promptitude.

Que des Congolais désirent exprimer pacifiquement des revendications ou des impatiences légitimes, cela rentre dans le droit fil des préceptes de la Loi fondamentale, estiment des observateurs rencontrés lundi soir dans la capitale rd congolaise, une mégapole de près de 12 millions d’âmes. Cependant, ce qui pose problème et qui choque l’opinion au regard de ce qui s’est passé lundi 27 août 2017 dans certains quartiers périphériques de Kinshasa, Matadi et Boma au Kongo-Central, c’est la banalisation mimétique des crimes les plus crapuleux et du terrorisme.

En effet, des dégâts humains et matériels importants ont été provoqués dans ces trois agglomérations par des groupes d’individus qui, un bandeau rouge ceint autour de la tête, à l’image des adeptes de Kamwina Nsapu ou de Ne Mwanda Nsemi, s’en sont pris vers 9H30’ aux éléments des forces de l’ordre et de sécurité.

Un officier de la Police Nationale, le Commissaire Ilunga, a été sauvagement lynché à mort, tandis que deux de ses collègues, grièvement blessés, étaient admis aux soins intensifs dans un centre hospitalier de la capitale. Les affrontements qui s’en sont suivis ont causé une douzaine de morts parmi les assaillants dans la capitale et deux à Matadi, selon les statistiques officielles mais néanmoins provisoires, rendues publiques par le porte-parole de la police, le Colonel Pierrot Mwanamputu.

Plusieurs assaillants auteurs des attaques terroristes de Kinshasa et d’agglomérations urbaines de la province du Kongo Central ont été capturés par la police lors de ces affrontements. Le porte-parole de la Police Nationale indique qu’ils étaient pour la plupart manifestement sous l’emprise de la drogue. Ils se seraient présentés comme adeptes de la secte ‘Bundu dia Kongo’, ce que les enquêteurs et la justice doivent confirmer ou infirmer car il pourrait s’agir d’une manœuvre de diversion. Ce qui est sûr, c’est qu’on se trouve en face de bandes instrumentalisées et manipulées.

Certains d’entre ces inciviques ont fait état de l’intervention des diplomates de trois pays non africains qui les auraient encouragé à faire entendre avec plus de force leurs revendications pour des élections générales avant décembre 2017. Une assertion également à vérifier avec minutie par la justice.

Mais le plus préoccupant dans les événements du lundi 7 août 2017 réside sans doute dans ce comportement de jeunes gens qui épouse avec un dilettantisme déconcertant les symboles du terrorisme le plus abject pour faire passer un message, politique fût-il.

En effet, les ravages multidimensionnels consécutifs aux violences des groupes se réclamant des Kamuina Nsapu dont ils arboraient les signes distinctifs, et au Kongo Central des Bundu dia Kongo auxquels ils prétendent appartenir, sont pourtant tous d’une horreur indicible. Il est pour le moins révoltant que les auteurs intellectuels de cette violence choisissent d’en faire une réplique banale au point de souiller la mémoire des milliers de victimes de ces actes terroristes. Cette fixation dans les pores du tissu social de pratiques barbares aux antipodes de la culture pacifique congolaise est en elle-même un crime odieux. Car aucun peuple n’accepte le terrorisme comme une réponse même à des frustrations aussi légitimes fussent-elles.

Il est prématuré de désigner les coupables ou les responsables des crimes commis le 7 août 2017 à Kinshasa et dans la province du Kongo Central. Mais en scrutant attentivement les cibles, le bilan provisoire des victimes dressé par la Police Nationale à la mi-journée et la synchronisation des opérations aussi bien à Kinshasa que dans les deux villes du Kongo-Central où ces bandes ont frappé, il y a lieu de croire qu’il existe une main invisible interne et/ou externe à la manœuvre qui cherche par tous les moyens à déstabiliser la RDC en donnant au terrorisme un véritable statut culturel sous le signe de revendications sociales dont le bénéfice se voudrait politique. Ce qui est pure illusion !

On peut douter que les commanditaires de tels actes humainement inacceptables soient prêts à endosser la responsabilité morale de cette corruption d’une partie de la jeunesse congolaise. Dans un contexte de fragilité socio-économique, ceux qui, nationaux, comme étrangers, pensent pouvoir être en mesure de ramasser une quelconque dividende en mettant cyniquement le pays à feu et à sang se trompent lourdement.

I.V.
Le Maximum
161 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Le Festival Amani se tiendra du 13 au 15 février 2015 à Goma
AUTOUR DU SUJET

Evénements du lundi 07 août à Kinshasa et au Kongo central : Bundu dia Mayala donne sa version

Société ..,

Kinshasa: un plaisantin se fait passer pour un adepte de Ne Mwanda Nsemi et crée la panique

Insolite ..,

Terrorisme urbain : Bundu Dia Kongo a encore frappé !

Société ..,

Kinshasa : retour sur une journée tendue

Société ..,