mediacongo.net - Actualités - Journée "ville morte": la RDC au ralenti 
Retour Société

Journée "ville morte": la RDC au ralenti

Journée "ville morte": la RDC au ralenti 2017-08-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/08-aout/7-13/ville-morte-kin-commerce.jpg -

L'opposition au président Joseph Kabila en République démocratique du Congo (RDC) a testé mardi sa capacité de mobilisation avec une journée "ville morte" diversement suivie, première d'une série d'actions pour tenter d'obtenir le départ du chef de l'État. A la veille de ces deux journées mardi et mercredi, les autorités avaient demandé aux opérateurs de téléphonie mobile de restreindre les échanges d'images sur les réseaux sociaux, alors que des violences meurtrières ont éclaté lundi à Kinshasa.

La lettre a été rédigée à la veille des deux journées "ville morte", mardi 8 et mercredi 9 août, organisées à l'appel de l'opposition, qui demande la publication d'un calendrier électoral et le départ du président Joseph Kabila. Mardi matin, l'activité tournait au ralenti dans la capitale Kinshasa. Les bus des transports publics étaient vides, alors qu'ils sont bondés à pareille heure en temps ordinaires, selon un journaliste de l'AFP. La plupart des boutiques étaient fermées dans le quartier commercial de la commune de Limete, de même que les banques, selon cette même source.

Kinshasa au ralenti


Les boulevards de la capitale ont été quasiment vides ce mardi 08 août 2017. (© Poly Muzalia/BBC)

L'activité tournait au ralenti mardi matin à Kinshasa, la capitale, et à Goma, grande ville de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), après un appel à la grève générale lancé par la principale coalition de l'opposition, a rapporté le correspondant d’Anadolu.

Jusqu’à 11 heures, heure locale, les commerces étaient encore fermés à Kinshasa alors que les moyens de transports en commun étaient rares sur les grandes artères. Ce qui est interprété pour certains comme un appel à la ville morte décrétée par le Rassemblement des forces politiques et sociales aquises au changement (opposition). Du côté du pouvoir, on soutient que les commerces n'ouvrent pas parce que les propriétaires craignent d'éventuelles représailles de la part des "inciviques".

Ville morte: les commerces sont restés fermés à Kinshasa. (© Poly Muzalia/BBC)

Les deux tiers des commerces étaient fermés, de même que les banques, ont constaté des journalistes de l'AFP. La circulation dans la mégapole aux dix millions d'habitants était plus fluide qu'un jour de semaine ordinaire et les bus des transports publics moins bondés qu'à l'accoutumée, sous l'œil d'une importante présence militaire et policière.

"Tout est fermé. La ville est paralysée. C'est pour que (le président de la Commission électorale) Corneille Nangaa sorte un calendrier global pour les élections", a déclaré à l'AFP un Kinois, Kiki Kalombo.

Les provinces aussi au ralenti

Motivé par la recrudescence de l'insécurité, le mot d'ordre du Rassemblement semble avoir été suivi dans la ville de Beni. (© Delphin Mupanda/mediacongo.net)

A Lubumbashi (sud-est), capitale économique aux quatre millions d'habitants, le grand marché aux poissons était fermé après des incidents impliquant des jeunes manifestants dispersés par la police et l'armée. Dans les autres quartiers, le chef-lieu du Katanga présentait un aspect ordinaire.

"La politique des villes mortes n'a jamais donné les résultats escomptés. Mon commerce est fermé. J'ai perdu des clients. L'économie du pays est par terre", affirme Alexandre, propriétaire d'un dépôt de poisson, qui préférerait un "homme fort" pour faire partir le président Kabila.

A Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, dans l'est du pays, sous tension depuis vingt ans, un déploiement important de la police anti-émeute était visible aux grands carrefours, selon un correspondant de l'AFP. Quelques dizaines de jeunes ont tenté de bloquer les rues avec des pierres. 

Motivé par la recrudescence de l'insécurité, le mot d'ordre du Rassemblement de l'Opposition de Beni semble avoir été suivi dans cette ville du Nord-Kivu. Les commerces sont restés fermés - même si certains opérateurs économiques se sont tenus devant leurs portes de boutiques - et la circulation des véhicules a été timide.

A Uvira (Sud-Kivu), selon Radio Okapi, aucune moto, ni véhicule n’a été aperçu sur les grandes artères de la ville depuis la matinée. Seuls les véhicules de la police faisant des patrouilles diurnes dans certains ponts réputés chauds de la ville ont été signalés. Par ailleurs, ajoutent ces sources, la plupart des commerces, banques et représentations des télécoms étaient fermés jusqu’à la mi-journée.  

A Kananga, principale ville du Kasaï, région qui subit des violences depuis un an et fief de l'opposition, les banques, stations-service et commerces fonctionnaient normalement, selon un autre correspondant de l'AFP. La vie était également normale à Bukavu (Sud-Kivu) et Kisangani, grande ville du nord-est.

A la veille de ces deux journées, et après les violences lundi dans la capitale, les cinq opérateurs de téléphonie mobile ont été priés de prendre des "mesures techniques préventives susceptibles de réduire au strict minimum la capacité de transmission des images" sur les réseaux sociaux.

Une lettre de l'Autorité de régulation des postes et télécommunications du Congo (ARPTC) énumère 18 réseaux sociaux concernés dont Facebook, Whatsapp, Twitter, Google+, le réseau professionnel LinkedIn, le site de rencontres Badoo..."Vous recevrez, par la même voie, instruction de revenir à la normale dès que possible", conclut le courrier.

Lundi, des violences ont fait au moins douze morts par "balles perdues" dans plusieurs quartiers de Kinshasa, d'après la police qui a accusé un mouvement politico-religieux hostile au président Joseph Kabila. Trois autres morts ont été enregistrés dans la province du Kongo central (ouest), selon la presse kinoise.

Au pouvoir depuis 2001, le président Kabila doit, selon l'actuelle Constitution, quitter le pouvoir après son deuxième mandat qui pris fin le 19 décembre dernier.

Des élections devaient avoir lieu d'ici fin 2017, d'après un accord pouvoir-opposition du 31 décembre 2016. Le Premier ministre Bruno Tshibala a déclaré samedi que le "cap est mis" sur les élections, sans préciser de date. La Commission électorale (Céni) a indiqué que les violences au Kasaï retardent le recensement complet des quelque 45 millions d'électeurs potentiels.

Les deux journées "ville morte" ont été organisées par le Rassemblement de l'opposition, qui prévoit aussi des réunions publiques le 20 août et des appels à la désobéissance civile à partir du 1er octobre.

L'instabilité politique en RDC, géant au cœur de l'Afrique (70 millions d'habitants, 2,3 millions de km2, neuf frontières), inquiète la communauté internationale.

Un haut responsable de l'Onu a rencontré lundi à Kinshasa une délégation du gouvernement. Les Nations unies étudient avec Kinshasa les moyens d'aller rapidement vers des élections, selon ce haut responsable, le sous-secrétaire aux opérations de maintien de la paix, El Ghassim Wane, cité sur le site de la radio onusienne Okapi.

Des dizaines de personnes, dont des journalistes, avaient été interpellées le 31 juillet lors d'une journée de mobilisation à l'appel notamment du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha), qui s'était traduit par des rassemblements de quelques dizaines de personnes.


RTBF / AFP / BBC Afrique / RO / MCN, via mediacongo.net
3335 suivent la conversation
16 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
Jamel - 09.08.2017 09:57

NOUS LE PEUPLE NOUS LANCONS UN AVERTISSEMENT AUX POLITICIENS: A CEUX DE LA MAJORITE, VOUS AVEZ COMPRIS LE SILENCE DE LA POPULATION EN RESTANT CHEZ SOI A LA MAISON HIER LE 08 AOUT 2017, A CEUX DE L'OPPOSITION, AUJOURD'HUI LE 09 AUOT, NOUS ALLONS FONCTIONNER, C'EST UN MESSAGE POUR VOUS AUSSI.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Boshab - 09.08.2017 09:43

Mabe ekoti,ebandi nango kasi oyo eza nde extrait film eza na nzela yebelaaaa!Zale ekenge

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
FISTON TANDU - 09.08.2017 09:37

La ville morte n'a jamais ratée.

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
droit et justice - 09.08.2017 09:30

Ecoutez-moi mes frères, si la ville morte a reussi; que l'opposition ne pense pas que la population a choisi cette voie pour faire partir joseph kabila. s'il avait échoué cette meme opposition ne doit pas penser que la population lui a desobei parce qu'elle veut le maintien de Kabila au pouvoir. voici ce qui est vrai. nous sommes tous pour le depart de Kabila mais nous devons savoir que les villes mortes viennent encore rendre la situation economico-socile très dure. pour manger, le congolais doit aller chercher, alors avec la ville morte, tout est bloqué. je pense que nos leader de l'opposition doivent étudier des strategies plus efficaces à mener pour paralyser le gouvernement et...

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA - 09.08.2017 08:36

N e faisons plus passé le temps pour continué a gonflé leur poches en payant le frais du courant et l'eau, car le peuple a bcp souffert, un mot d'ordre suffit et nous ne payons plus jamais aucun taxe jusqu'au départ de KABILA, s'il veulent

Non 2
Oui 7
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
jal - 09.08.2017 08:18

Jckmzlo, bjr avant tout,si j'étais Dieu avec tes propos de jkk, j'allais te tuer, esk tu es congolais ou rwandais ou tanzanien ???? Esk tu vois où vont les choses en rdc, pauvre MP

Non 0
Oui 4
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AZARIAS RUBERWA - 09.08.2017 07:51

Après ces deux jours de ville morte, on passe à la seconde étape, plus question de payer les impôts, courant, l'eau, taxe au marché, nous attendons l'ordre de vous nos leaders pour appliqué le non payement de tous ces impôts qui golfent la gibecières de la MP

Non 1
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Jckmzlo - 09.08.2017 07:47

LES JOURNÉES MORTES DANS LA Capitale Kinshasa ont payé quoi aux congolais depuis la 2e république jusqu'à ce jour? Pire distraction le RAÏS demeure et y restera au pouvoir jusqu'en 2021 n'en déplaisent ses détracteurs à la recherche de positionnement. Le Fils de la promesse, le président PROPHETIQUE JKK le DIEU ESPRIT SAINT a encore besoin de lui jusqu'en 2021. PSAUME 2:1-12

Non 12
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
revolution katangaise - 09.08.2017 07:20

attandez maintenant ca va bien tot commencer au katanga,il finira par fuire.

Non 2
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
AVEC UN CONGO SANS RWANDAIS - 09.08.2017 06:21

LAISSEZ LE MOURIR AU CONGO IL NE SORTIRA PAS VIVANT DU POUVOIR.IL N"A PLUS LONGTEMPS.ET VOUS OFFICIERS CONGOLAIS POURQUOI OBEISSEZ VOUS AUX ORDRES D'UN DICTATEUR?C"EST VOUS QUI FAITES SA FORCE EN FAISANT COULER LE SANG DE VOS COMPATRIOTES.L'ARMEE EST APOLITIQUE ET KANAMBE EST ET RESTE ILLEGITIME.POURQUOI NE COMPRENEZ VOUS PAS CELA?????

Non 2
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Melania Trump - 08.08.2017 23:38

Felix go ahead with your team, and I look forward to civil disobedience my husband Donald will help you

Non 1
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
RD. Congo - 08.08.2017 22:42

SUR LA VILLE MORTE, LE POUVOIR A RENFORCER PAR LA COMMUNICATION MORTE POUR DEMANDE LE DEPART DE KABILA ET L'ORGANISATION DES ELECTIONS. LA LUTTA POUR LE DEPART DE LA KABILIE VA FINIR BIENTOT.

Non 2
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 08.08.2017 22:03

Avec ces coupures intempestives du courant, le taux du dollars qui monte, les injustices et les incompétences de nos sagouins de politichiens en tout cas je trouve toutes les raison valable pour une ville morte de plus Kabila doit quitté le pouvoir on en as mare de voir la tête de mende à la télé

Non 1
Oui 21
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 08.08.2017 20:23

Kabila akosilisango, sa c le debut

Non 1
Oui 15
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Mwena Kananga - 08.08.2017 20:20

Ca commence!!!! Elingi ebanda....!! Pourquoi le président JKK ne veut-t-il pas partir de manière honorifique???? Pourquoi donc verser le sangs des congolais pour rester au pouvoir???

Non 2
Oui 26
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 08.08.2017 20:15

Les politichiens sont moins intelligents, le Rasop decrete deux joirs de ville morte, et les idiots de la MP demande des restrictions pour les echanges des images sur le net, de quoi ont-ils peur? Moins l'informations circulent plus l'inquiétude s'installe et du coup les gens on peur et on reste à la maison... Donc ville morte 100%

Non 2
Oui 26
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

BDK, ville morte : semaine noire pour les activités commerciales à Kinshasa

Economie ..,

Satisfait de la réussite des journées villes mortes, le Rassop annonce d'autres actions dès ce...

Politique ..,

Kinshasa : timide reprise d'activités après les journées "ville morte"

Provinces ..,

Quel impact ont les journées villes mortes ?

Société ..,