mediacongo.net - Actualités - Dans sa chanson « Lipopo ya ba nganga », Jeannot Bombenga dépeint Kinshasa entre banqueroute et jouissances vespérales

Retour Société

Dans sa chanson « Lipopo ya ba nganga », Jeannot Bombenga dépeint Kinshasa entre banqueroute et jouissances vespérales

Dans sa chanson « Lipopo ya ba nganga », Jeannot Bombenga dépeint Kinshasa entre banqueroute et jouissances vespérales 2017-08-08
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/08-aout/7-13/bombenga_jeannot_17_0001.jpg -

Jeannot Bombenga

Jeannot Bombenga, 82 ans  jouit, avec 51 ans de vie artistique, du prestige de « Baobab  vivant de la musique congolaise ». Cette chanson est vieille de cinq décennies ou presque, interprétée dans l’African Jazz de Grand Kallé, l’auteur étale le récit d’une personne adulte qui découvre Kinshasa et ses jouissances du soir, où  des couples formels et occasionnels s’entrechoquent.

Texte de la chanson

Falanga na sanza ekomonana te, bandeko, oyo nde koloko o Rozina asilisi ngai bomengo o, se po na kitoko na ye              
Nazonga na nga na bakoko ba ngai basukolang’ata na lembalemba po miso na ngai elinga se kotala bango, nabungi nzela e (2x)

Ô o Kinshasa makambo, mikolo nionso feti na feti na sala boni

Ee Lipopo na yoka sango, ekomi ngai awa économie ekufi

Olobi ngai nakanga motema, bilongi oyo ndenge na ndenge na tiya wapi e, natiya mwa lomeya na posi, ekobima ngai awa na kozonga wele wele !

Chèque na ngai ko esilaka kala, bipayi nadefaka bakanga pointage kala. Mboka ko moko kombo ebele, Kinshasa, Kin-Malebo, Lipopo, Léo(pold)ville (3x).

Traduction

L’argent (de salaire) de la fin du mois n’est plus conservé. Tout, en effet, se passe comme si j’étais victime d’ensorcellement.

Rosine m’a rongé mes économies, à cause de sa beauté. Je suis désemparé. Laissez-moi retourner aux pieds de mes grands-parents, solliciter qu’ils me purifient par un bain d’exorcisation trempé de la plante « lembalemba ». Ceci parce que mes yeux ne tarissent pas d’admirer « ces belles créatures ». Ah ! J’ai perdu la raison. (2x)

Ô o, ça bouillonne à Kinshasa ! A chaque jour correspondent ses fêtes. E e Lipopo dont j’avais entendu parler, dès que je l’ai foulé, mes économies se sont estompées. C’est bien de me demander de renoncer  à ces aventures; mais que faire de cette variété de figures (qui me passent et repassent). Il suffit que j’empoche de l’argent et que je me pavane un peu, je rentre bredouille !

Mon chèque n’a plus de provision ; et les caisses où parfois j’emprunte, ont été placées sous contrôle.

Une ville multi-nominale : Kinshasa, Kin-Malebo, Lipopo, Léo(pold)ville (3x)

Payne
L'Avenir
140 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR