mediacongo.net - Actualités - 20 millions de moustiques stérilisants lâchés en Californie 
Retour Santé

20 millions de moustiques stérilisants lâchés en Californie

20 millions de moustiques stérilisants lâchés en Californie 2017-07-21
Monde
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/07-juil/17-23/moustiques_17_0001.jpg -

Des moustiques

Une filiale de Google prévoit de relâcher des moustiques infectés par une bactérie afin de réduire, voire éradiquer une population de porteurs de virus.

Quand 390 millions de personnes sont infectées chaque année par la dengue, ou qu'un tiers de la population vit dans une zone à risque concernant Zika, des moyens doivent être déployés pour lutter contre l'infestation par les porteurs de ces virus, estime l'OMS. Sa cible : les moustiques. "Leur émergence est multifactorielle, le principal déterminant est la mondialisation. L'accroissement des déplacements des personnes influe sur cette propagation", explique Frédéric Jourdain, ingénieur au Centre national d'expertise sur les vecteurs (de maladies), le CNEV.

Pour lutter contre leur prolifération, une branche de l'entreprise Google a décidé de mener une expérience en partenariat avec MosquitoMate, une entreprise du Kentucky, dans l'est des États-Unis. "Les moustiques tuent plus d'humains que tous les autres animaux réunis", annonce le communiqué de Verily, filiale d'Alphabet (maison mère de Google) spécialisée dans la recherche sur les sciences et la vie. Elle a eu l'idée de créer un moustique stérilisant capable de réduire, voire d'éradiquer la population de moustiques Aedes aegypti, porteurs du virus Zika, de la fièvre jaune, de la dengue ou du Chikungunya.

Une bactérie à l'origine de la modification

Ce sont 20 millions de mâles, qui ne peuvent pas piquer, qui seront lâchés en pleine nature, sur une période de 20 semaines au niveau de deux quartiers du comté de Fresno, en Californie. "On contamine les mâles avec une bactérie nommée Wolbachia, inoffensive pour l'homme, explique Frédéric Jourdain. Lorsque ces mâles s'accoupleront aux femelles, leurs œufs n'écloront pas. La descendance est non viable." Le moustique ne sera donc pas stérilisé, mais stérilisant.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle initiative est expérimentée. "Des lâchers de ce type ont déjà été réalisés à petite échelle sur Aedes aegypti ou d'autres espèces en Polynésie française ou dans d'autres États des États-Unis", rappelle l'ingénieur. Des essais sont également en cours en Chine. "Il y a eu des effets sur la dynamique des populations", assure Frédéric Jourdain. Mais pour une efficacité otpimale, la lutte contre la propagation des moustiques vecteurs de maladies doit passer par un ensemble de méthodes, comme le rappelait l'avis du Haut Conseil des technologies en juin dernier.

L'expérience est surveillée de près par l'agence de protection de l'environnement américaine, qui affirme que l'initiative est sans crainte. Mais Frédéric Jourdain rappelle qu'il faut rester vigilant : "Il reste indispensable d'évaluer l'efficacité des lâchers non seulement sur les populations de moustiques mais également, lorsque ces virus circulent, sur la transmission de ces virus."

Marie Raveau
Le Point
918 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Tshuapa: une maladie semblable au choléra fait de nombreuses victimes à Ikela
left
ARTICLE Précédent : Crise cardiaque : habiter à un étage élevé diminue le taux de survie
AUTOUR DU SUJET

Angola: la gestion de l’épidémie de fièvre jaune très critiquée par l’opposition

Afrique .., Angola