mediacongo.net - Actualités - CNONGD et les OSC formels: " les élections en 2017 sont possibles"

Retour Société

CNONGD et les OSC formels: " les élections en 2017 sont possibles"

CNONGD et les OSC formels: " les élections en 2017 sont possibles" 2017-07-16
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/07-juil/10-16/election_vote_17_0001.jpg Kinshasa-

Prenant la juste mesure du danger que constituent les dérapages du processus électoral par le fait de sa mauvaise gestion par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les Organisations de la Société Civile (OSC), membres du Consortium d’influence des politiques en RD Congo, réunies le vendredi 14 juillet sur l’initiative du Conseil national des organisations non gouvernementales de développement du Congo (CNONGD) à Mombele/Limete, ont rendu public une position commune sur l’actualité nationale du pays.

Pour ces OSC, les contraintes financières et sécuritaires maintes fois évoquées par la CENI ne peuvent en aucun cas servir d’alibi pour la non tenue des élections dans le délai conformément à l’accord de la CENCO. « C’est ici pour nous d’enjoindre à la CENI de faire le rapport de progrès de l’opération d’enrôlement des électeurs et de publier sans délai le calendrier indiquant clairement les dates de toutes les opérations électorales » ont indiqué Gérard Bisambu de l’AETA et ses compagnons.

D’ores et déjà, ils ont pensé mettre à la disposition de la CENI des indicateurs qui devront servir de mesures de suivi évaluation et permettront au consortium de tirer les conséquences qui s’imposent.

Pour eux, la CENI devrait présenter, en cette fin du mois de juillet 2017, le fichier électoral ; alors qu’en septembre de cette même année, on pourra voter la loi sur la répartition des sièges par circonscription électorale, convoquer l’électorat et appeler à candidatures.

Faute pour la CENI de ne s’exécuter conformément aux prescrits de l’accord de la Saint Sylvestre, le Consortium menace d’exiger la démission pure et simple de cette CENI et va mobiliser l’ensemble de la Société civile et les forces vives à cet effet. «  Nous déplorons que l’Organisation internationale de la Francophonie ait servi d’instrument des glissements du processus électoral… » ont fait noter les activistes.

Notons que le Consortium a fondé sa position sur les constats d’ordre politique d’abord. Ainsi, il a relevé le non-respect de la mise en œuvre de l’accord de la Cenco, source de légitimité de toutes les Instutitons actuelles du pays ; l’absence de volonté politique dans le chef des acteurs clés du processus électoral ; la méfiance populaire vis-à-vis de la classe dirigeante ; etc.

Au plan technique, ces membres de la Société civile indiquent que cette CENI ne rassure plus les Congolais par ses positions partiales, partisanes et superflues ; la multiplication des stratagèmes pour retarder les élections d’ici la fin décembre 2017 (lenteur des agents, inféodation du recrutement des agents aux politiques, les ruptures récurrentes de la fourniture des intrants dans les centres, la faible volonté manifeste de la CENI de publier le calendrier électoral, etc.)

Au plan social, ils dénoncent l’indifférence totale de se pencher sur le social du Congolais ; l’incapacité de l’appareil étatique d’assurer une desserte en services sociaux de base aux Congolais, notamment eau, électricité, environnement sain, etc. ; la dépréciation continue de la monnaie locale ; etc.

Enfin, sur le plan sécuritaire, les activistes relèvent l’incapacité du pouvoir de s’attaquer aux racines des violences et tueries à l’Est/Beni ; l’existence des foyers de tensions dans certaines provinces (Kamwina Nsapu, évasions massives et forcées des détenus) ; la répression et l’interdiction des manifestations publiques pacifiques ; etc.


MCN Team / mediacongo.net
193 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR