mediacongo.net - Actualités - L'ONU appelle à identifier les responsables des violences au Kasaï 
Retour Société

L'ONU appelle à identifier les responsables des violences au Kasaï

L'ONU appelle à identifier les responsables des violences au Kasaï 2017-07-13
Provinces
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/07-juil/10-16/fosse_commune_policiers_17_0001.jpg Kinshasa-

Il est essentiel d'identifier les responsables militaires et politiques des violences au Kasaï, dans le cadre des enquêtes qui en déterminent les auteurs matériels, a assuré ce jeudi 13 juillet 2017 le Bureau conjoint de l'ONU aux droits de l'Homme en République démocratique du Congo (BCNUDH).

L'ONU a annoncé mercredi la découverte de 38 nouvelles fosses communes dans cette région du centre de la RDC, secouée depuis près de neuf mois par des violences, portant à 80 le nombre de fosses recensées par cette organisation.

"Avec plus de 80 fosses communes identifiées [...], il est essentiel que l'enquête dépasse les auteurs matériels [des violences] et identifie les responsabilités de commandement au niveau militaire et politique", a déclaré à l'AFP José-Maria Aranaz, directeur du BCNUDH.

Pour M. Aranaz, l'argument selon laquelle ces violences relèvent de "l'action isolée des membres indisciplinés des forces de sécurité n'est pas convaincant".

"Il faut arrêter ces tueries", a-t-il ajouté.

Selon l'ONU, les dernières fosses communes ont été recensées dans les régions de Diboko et de Sumbula, dans le territoire de Kamonia (sud-ouest).

Les violences au Kasaï ont causé la mort de plus de 3.000 personnes, d'après des chiffres rassemblés par l'église catholique et environ 1,3 million de personnes ont fui leurs foyers dans cette région, selon l'ONU.

Ces violences qui impliquent des miliciens, des soldats et des policiers, ont débuté en septembre 2016, un mois après la mort de Jean-Pierre Mpandi, chef tribal sous le nom de Kamwena Nsapu, qui a ouvertement remis en cause l'autorité du gouvernement du président Joseph Kabila. Kamwena Nsapu a été tué lors d'une opération militaire.

En mars, deux experts onusiens - l'Américain Michael Sharp et la Suédo-chilienne Zaida Catalan - missionnés par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres pour enquêter sur ces violences ont été assassinés dans le Kasaï central. Le procès de leurs assassins présumés est en cours à Kananga, capitale du Kasaï central.

Le 6 juillet, huit militaires congolais avaient été condamnés à de lourdes peines dans l'affaire d'une vidéo montrant un présumé massacre de civils par des soldats au Kasaï oriental.

Les violences dans le Kasaï mettent à mal un pouvoir central fragilisé par une crise politique liée au maintien au pouvoir de M. Kabila au-delà du terme de son mandat qui expire le 20 décembre.


AFP / VOA / MCN
1738 suivent la conversation
10 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
BONOBO - 14.07.2017 09:13

ONU, N'allez pas par 4 chemins, le responsable premier de tous ses tueries, c'est Kabila Joseph, il ne faut pas porter les lentilles pour les constater et les voir. Kabila joseph est un sanguinaire, un assassin

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
banamura - 13.07.2017 20:42

CES NOUVELLES FOSSES QUI LES A CREUSEES CE SONT LES FOSSES DES LULUA ET BALUBA PHONES TUES PAR BANA MURA

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Kolo Mboka - 13.07.2017 18:47

Identifier les auteurs? Mon oeil ! Mais ils sont connu et circulent librement à Kinshasa.

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Charles M - 13.07.2017 17:11

Aujourd'hui l'Etat congolais quitte la situation d'un Etat fragile a un Etat defaillant!!! Maintenant, je me demande! Comment ces dirigeants se sentent-ils lorsqu'ils entendent parler de toute cette barbarie humanaine orchestree en entier ou partie par eux ou leurs colistiers. Ca provoque la revolte et la nausee

Non 0
Oui 6
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Serge k - 13.07.2017 16:09

Pour moi l'auteur compositeur de la barbarie du kasai c'est bel bien Mr EVARISTE BOSHAB qui devra comparaître devant la CPI en premier,...

Non 0
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Je suis RDC - 13.07.2017 15:08

Sonia R, la correspondante de RFI à kinshasa, une étrangère a pus fouiller les informations , Vous autres de media congo RIEN. Le tueur c'est kabila et sa milice.Le Fardc intervient en second plan mai il y'a les militaires de types néerlandophones qui sont chargés de tuer en RDC, c'est un petit groupe dans le Fardc...

Non 0
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anynome - 13.07.2017 14:55

MédiaCongo, s'il vous plaît, épargne-nous de tels articles qui ont été largement débattu sur votre site! Qui ne sait pas que J. Kabila et son régime sont l'auteur compositeur de tous ces massacres?

Non 1
Oui 11
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Anonyme - 13.07.2017 14:38

Cela s'appelle cracher sur la mémoire des victimes de cette barbarie de paisibles populations; ONU vous le savez bien le responsable de toutes ces tueries c'est le régime de KANAMBE alias KABILA qui utilise les Bana MOURA, les mercenaires RWANDAIS mater l'opposition et diriger par defi. 80fausses communes et vous vous spécialisez dans les déclaraions. Arrêtez KANAMBE vers la CPI et tout s'arretera

Non 1
Oui 12
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Violences aux Kasaï : Kinshasa réitère sa volonté de collaborer avec les enquêteurs onusiens

Provinces .., Kinshasa

Kasaï : l'ONU identifie 38 charniers supplémentaires

Provinces ..,

Les solutions du Vatican pour mettre fin aux violences dans le Kasaï

Société ..,

Kasaï : l'ONU regrette l'absence de poursuite pour "crimes contre l'humanité"

Société .., Kinshasa