mediacongo.net - Actualités - L'eau, nouvelle star des cosmétiques 
Retour Style et Beauté

L'eau, nouvelle star des cosmétiques

L'eau, nouvelle star des cosmétiques 2017-07-10
Style et Beauté
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/eau-cosmetique_5902780.jpg -

Essentielle dans l'univers de la beauté, l'eau est depuis quelques années, l'objet de recherches scientifiques les plus exigeantes. La preuve avec ses nouvelles formulations qui multiplient les bienfaits.

Les qualités de l'eau exploitées empiriquement depuis tout le temps reviennent aujourd'hui de plus belle, confortées par les observations en laboratoire - et conscience écologique oblige ! En affinité avec le corps, les eaux sont un bien précieux, remplies de minéraux et d'oligo-éléments, aux qualités différentes selon les sources (minérales mais aussi végétales), selon les façons de les utiliser et de les enrichir. "Comme avec les cosmétiques au charbon ou les pierres qui guérissent, nous sommes dans la mouvance du retour à une beauté primale, au pouvoir des forces telluriques quasi surnaturelles", estime Laurent Le Mouël, de l'agence de tendance Nelly Rodi. Pour climatiser naturellement l'atmosphère et la peau, on se vaporise et s'hydrate à tout-va avec cette nouvelle vague de lotions et de sent-bon.

Nos besoins changent lorsqu'il fait chaud. Dans notre tête, dans notre assiette, on aspire à plus de légèreté. Comme au niveau cutané. Avec la transpiration et la température élevée, le sébum se fluidifie, les peaux sèches retrouvent leur confort, tandis que les peaux mixtes ont tendance à briller, mais toutes réclament des soins superhydratants sans sensation de gras. Commencer sa journée par une brumisation d'eau thermale ou d'eau florale fait alors sens. Sur le visage nettoyé de la veille, le sébum et la sueur sécrétés en dormant constituent un bouclier protecteur à préserver. Une minute après la vaporisation, on s'éponge pour éviter la perte d'hydratation par évaporation. On ne réalise pas toujours le potentiel de l'eau thermale, embouteillée à la source, sans aucun conservateur ni parfum, en parfaite affinité avec l'épiderme, qu'elle hydrate et apaise.

Sa composition unique est formée par le type de roches traversées lors de son long parcours pour sortir de terre : calcium, magnésium, potassium, silicium, manganèse, zinc... L'appellation de cette eau minérale devient alors thermale lorsqu'elle est exploitée dans un établissement de bains. Mais, à défaut de s'y rendre, une brumisation d'eau sortant du réfrigérateur apaise des échauffements. On peut même prolonger la sensation en douchant ses extrémités à température fraîche : le froid procure une vasoconstriction souveraine contre les jambes fatiguées.


Et, pour un joli teint, on peut copier nos grands-mères, qui se vaporisaient d'eau florale - a fortiori si on aime leurs parfums. Ici, la richesse ne vient plus de la terre, mais des fleurs. Chacune à son indication : la rose réveille l'éclat, la lavande purifie, la camomille apaise, le bleuet décongestionne les paupières.

Leur principe d'obtention est vieux comme l'alambic dans lequel on fait chauffer de l'eau et les pétales ou les sommités entières. La vapeur entraîne les molécules les plus lourdes, et la distillation dissocie l'huile essentielle d'un côté et l'hydrolat de l'autre. Celui-ci reste parfumé et riche en actifs. Mais le terme même d'eau florale n'étant pas défini par une loi, chacun fait sa propre recette avec des qualités de distillation et de conservateurs divers. Vous ne risquez rien à acheter une eau artisanale sur un marché provençal, sinon une moindre efficacité, mais on vous conseille les valeurs sûres de la cosmétique, qui proposent des produits bruts, et de qualité. Ainsi, Melvita cultive ses champs de roses en Iran et optimise son eau en molécules actives. Sanoflore fait pousser pour sa part son bleuet le plus pur dans le V

Des eaux enrichies

Le layering, cette superposition de produits de soins, nous vient de Corée du Sud, l'autre pays de la cosmétique. Là où les températures peuvent grimper très haut dans une atmosphère humide et polluée, on aime les textures légères, non grasses. Et on raffole des lotions dites "présoins", appliquées entre le tonique et la crème.

De quoi donner des idées à nos laboratoires tricolores. Nouvelle arrivée, la lotion Minéral 89 de Vichy. Au départ, la richesse en sels minéraux de cette eau thermale empêchait de l'introduire en grande quantité dans les crèmes. Cette lotion réussit la prouesse de contenir 89 % d'eau thermale, enrichie de divers ingrédients, parmi lesquels de l'acide hyaluronique très hydratant. De leur côté, les Eaux extraordinaires Melvita contiennent des eaux florales de rose, d'oranger ou de narcisse, et se gorgent aussi d'acide hyaluronique et de trèfle d'eau raffermissant. "La France a historiquement une vraie tradition d'eau florale, et les Asiatiques raffolent de nos Eaux extraordinaires", souligne Didier Thévenin, directeur de la formation internationale de l'enseigne ardéchoise. Les lotions enrichies séduisent aussi les grands du luxe, comme Dior, qui cisèle une eau haute couture appelée Lotion Essence de Rose, dans la gamme Prestige, obtenue par une distillation sophistiquée à température contrôlée de façon à extraire le maximum de la fleur.

Eau extraordinaire Rose, Melvita, 16 euros. La Lotion Essence de Rose Dior Prestige, Dior, 89,50 euros. Véritable Eau Florale de Rose Ancienne Bio, Sanoflore, 11 euros. Brume de réveil Hydragenist, Lierac, 29,90 euros. Minéral 89, Vichy, 20 euros.Eau extraordinaire Rose, Melvita, 16 euros. La Lotion Essence de Rose Dior Prestige, Dior, 89,50 euros. Véritable Eau Florale de Rose Ancienne Bio, Sanoflore, 11 euros. Brume de réveil Hydragenist, Lierac, 29,90 euros. Minéral 89, Vichy, 20 euros.Patrick Parchet pour L'Express Styles
Côté pratique, ces textures gélifiées se tapotent sur le visage avant un léger massage et potentialisent le soin à venir. Au-delà de l'hydratation, leur atout est de renforcer la barrière cutanée : "Jusqu'à il y a peu, la surface de l'épiderme était considérée comme un mur de cellules mortes", observe Elisa Simonpietri, directrice scientifique internationale de Vichy. "Mais depuis la sensibilisation à la pollution ainsi qu'au fonctionnement de la peau, ce filtre naturel connaît un intérêt croissant. Cette barrière a un véritable rôle antimicrobien, l'homogénéité de ses cellules reflète la bonne santé des couches profondes et conditionne la luminosité."

Des eaux parfumées

Lorsque le mercure monte en flèche, nos envies olfactives se tournent vers des notes plus désaltérantes et directes. Procurer un plaisir simple tout en apportant un coup de fouet, telle était l'intention de la fameuse Eau de Cologne, à base de zestes d'agrumes vivifiants et d'aromates revigorants. Depuis quelques années, on assiste à un vrai retour de ce genre remixé, qui troque les zestes traditionnels, type bergamote ou citron, contre des agrumes plus modernes, mandarine ou pamplemousse. Mais l'effet reste le même avec une claque au débouché. Re-sentir Green Water, de Jacques Fath, procure un véritable frisson, grâce à la menthe en overdose, quand une friction d'Un dimanche à la campagne, de Guerlain (cocktail d'agrumes, de menthe et de fleur d'oranger), vous place pieds nus dans l'herbe. On relève aussi des impressions pétalées plus féminines, comme dans la collection Rose Cologne, de chez Aerin Lauder.

Eau de Cologne Garden Rose, Aerin, 148 euros. Eau de Cologne Un Dimanche à la campagne, Guerlain, 160 euros. Eau de parfum Green Water, Jacques Fath, 84 euros. Eau fraîche Eau des vignes, Caudalie, 22,20 euros. Eau de toilette Eau Hyper Fraîche, Courrèges, 47 euros.Eau de Cologne Garden Rose, Aerin, 148 euros. Eau de Cologne Un Dimanche à la campagne, Guerlain, 160 euros. Eau de parfum Green Water, Jacques Fath, 84 euros. Eau fraîche Eau des vignes, Caudalie, 22,20 euros. Eau de toilette Eau Hyper Fraîche, Courrèges, 47 euros.Patrick Parchet pour L'Express Styles

Chez Prada, le nez Daniela Andrier nuance son Infusion de Rose en associant aux huiles essentielles de divers crus une eau de fleurs, un vieux procédé de Grasse, où l'on fait macérer la matière dans de l'eau, à la façon d'une tisane. Avec, au final, les nuances les plus fraîches de la rose, telle qu'on la découvre à plein nez sur sa tige. Mais la fraîcheur peut aussi venir d'un accord aqueux. Ainsi, l'Eau d'Issey Pure, de Miyaké, évoque une goutte perlant sur un pétale de néroli, quand le frisson de l'Eau des Merveilles Bleue provient d'un galet à peine recouvert d'eau salé. Une eau douce, rassurante comme le coulis d'une marée calme ou les bulles d'une rivière en été.

Elles désaltèrent aussi

Lorsqu'il fait chaud, la déshydratation guette. Mais gare à l'eau glacée, qui coupe la soif trop vite, ainsi qu'aux thé et café trop diurétiques ! Mieux vaut laisser infuser du gingembre frais ou des feuilles de menthe dans une eau minérale, pour éviter le calcaire du robinet. Ou s'essayer au jus d'aloe vera, extrait de la sève de ce cactus riche en nutriments, ou encore à l'eau de coco bien connue des Brésiliennes, riche en potassium antirétention d'eau et en magnésium antistress.

 


http://www.lexpress.fr
568 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Dites adieu à la cravate avec ces 5 façons trendy de porter le foulard
left
ARTICLE Précédent : Tatouage des sourcils: ce qu'il faut savoir avant de se lancer