mediacongo.net - Actualités - Enquête sur les violences aux Kasaï en RDC: un compromis difficile à trouver

Retour Société

Enquête sur les violences aux Kasaï en RDC: un compromis difficile à trouver

Enquête sur les violences aux Kasaï en RDC: un compromis difficile à trouver 2017-06-19
Provinces
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/06-juin/19-25/haut_commissariat_onu_siege_geneve_17_0001.jpg -

Le siège du Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU, à Genève

Des enquêteurs internationaux vont-ils ou non se rendre aux Kasaï ? C'est le débat qui agite en ce moment le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU. Les 47 pays membres ont jusqu’à vendredi prochain 23 juin pour trancher cette question, mais ont du mal à se mettre d'accord. Au point que vendredi 16 juin deux projets de résolution, l'un soutenu par les pays africains, l'autre par les pays européens, ont été soumis à Genève.

Les deux propositions pouvaient difficilement être plus éloignées. Dans un cas, une condamnation générale de la violence en RDC, qu'elle soit le fait des autorités ou des milicens Kamuina Nsapu. Et une simple requête à la mission de l'ONU et au bureau des droits de l'homme à Kinshasa d'apporter une assistance logistique et matérielle aux autorités congolaises dans leurs enquêtes sur la région des Kasaï. C'est la proposition a minima déposée par le groupe des pays africains.

La seconde proposition, soutenue par les Etats européens cette fois, est à l'opposé : une condamnation très forte de toute incitation à la violence ethnique et des violations des droits de l'homme commises dans les Kasaï depuis août 2016. Et un rappel que l'Etat congolais est le premier responsable de la sécurité de ces citoyens sur son territoire. Ce projet de résolution regrette également que l'Etat congolais ne collabore pas mieux avec l'ONU au Congo pour conduire ces enquêtes. Résultat, pour les pays européens, il faut une mission internationale pour enquêter pendant un an sur les violations des droits de l'homme commises dans les Kasaï et la quarantaine de fosses communes.

Deux projets de résolution qui révèlent la difficulté des 47 pays membres à trouver un compromis. C'est tout l'enjeu des discussions qui vont reprendre ce lundi 19 juin : trouver une formule avec laquelle Kinshasa serait d'accord. Car sans l'approbation de la RDC les enquêteurs ne pourront pas se rendre sur le terrain et leur mission serait extrêmement limitée dans sa capacité à établir la vérité.


RFI / MCN
1115 suivent la conversation
8 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
fausseliberation - 19.06.2017 15:04

Pourquoi difficile à trouver, la RDC devrait s'en réjouir pour traquer les criminelles. Et le nouveau Chef Kamuina Nsapu, c'est tjrs lui qui continue à résister, vraiment dans cette affaire on ne comprend plus rien, qui fait quoi, où ?

Non 0
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
fausseliberation - 19.06.2017 14:06

LUMUMBA - 19.06.2017 14:00 Tu dis bien, l'UE ne vise ses intérêts tout comme nos dirigeants ne visent que leurs intérêts. Au moins eux font la politique du bien être de leurs concitoyens. Mais, nous recherchons que ses compatriotes souffrent au détriment de son propre ventre. La communauté internationale avait déjà condamné le Rwanda et l'Ouganda et avait fixé les amendes. c'est vous même Congoalis qui avaient tout pour annuler ses amendes. damandez à votre ministre Tshibanda et le prof Ntumba Luaba. Ein Lumumba

Non 0
Oui 1
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
LUMUMBA - 19.06.2017 14:00

Pourquoi le pays de l'UE veux simplement enqueter sur les atrocité dans le Kasai pendant que nous savons que ces pays membre de l'UE ont été impliqué dans la déstabilisation de la RDC depuis 1998, nous avons connu 2 armés se battre en RDC ce même UE n'a jamais envisagé une mission qui mettra le Rwanda et l'Ouganda responsable, je pense personne ne pourra aimé la RDC plus que nous même, le pays de l'UE ne vise que leurs intérêts, l'UE devait aussi enquêter sur la mort de Lumumba.

Non 2
Oui 2
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
fausseliberation - 19.06.2017 14:00

Ô, nous peuples Africains, triste à notre sort. Nos dirigeants nous massacrent comme de cochons. et ce sont les voisin qui se soucient plus de nous ..... La où nos dirigeants gardent leurs fortunes.

Non 1
Oui 3
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Christopher Columbus - 19.06.2017 11:39

Les africains se constituent en syndicats pour défendre même l'indéfendable. Comment ces pays africains membres peuvent-ils trouver mauvaise la détermination des pays européens à ce que la vérité dans ces massacres horribles et absurdes soit connue? Que devons-nous comprendre? Que les Européens accordent plus de prix à la vie des populations africaines que nos propres dirigeants? Eza mawa mingi.

Non 2
Oui 9
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Tabuyabule - 19.06.2017 11:28

Chers amis Africains. Permettez aux Européens de venir enquêter pour que les congolais sachent ce qui s'est réellement passé dans le Kasai, autrement ce sera comme l'histoire de Lumumba, Kabila, Chebeya, Bundu dia Kongo, etc... Les congolais veulent écrire leur vraie histoire. SVP

Non 3
Oui 8
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
Christopher Columbus - 19.06.2017 10:52

Les africains se constituent en syndicats pour défendre même l'indéfendable. Comment ces pays africains membres peuvent-ils trouver mauvaise la détermination des pays européens à ce que la vérité dans ces massacres horribles et absurdes soit connue? Que devons-nous comprendre? Que les Européens accordent plus de prix à la vie des populations africaines que nos propres dirigeants? Eza mawa mingi.

Non 2
Oui 14
Êtes-vous d'accord avec ce commentaire ?
right
ARTICLE SUIVANT : Festivités de fin d’année : les enseignants de Bafwasende obligent aux élèves des fagots de bois
left
ARTICLE Précédent : Pose de la première pierre pour la construction d’un amphithéâtre à l’ISSS/CR
AUTOUR DU SUJET

Kasaï-Central : plus de 1 000 femmes dénoncent les violences sexuelles

Femme .., Kananga, Kasaï-Central

Kananga : difficultés d’approvisionnement en eau potable depuis plusieurs années

Provinces ..,

La Monusco a déjà installé quatre bases militaires dans les Kasaï

Provinces ..,

Kasaï central : démarrage des épreuves d’Examen d’Etat 2017

Provinces .., Kinshasa