mediacongo.net - Actualités - Navigateurs web: Microsoft Edge veut s'attaquer à Chrome

Retour Sur le net

Navigateurs web: Microsoft Edge veut s'attaquer à Chrome

Navigateurs web: Microsoft Edge veut s'attaquer à Chrome 2017-06-01
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/06-juin/navigateurs-web.png -

Aujourd'hui, la guerre des navigateurs web semble terminée malgré le fait que Microsoft Edge veut voler dans les plumes puissant Chrome

Contrairement à ce que l’on croit souvent, il existe de nombreux navigateurs web. Une bonne dizaine. Et la guerre qui a débuté trouve son origine dans la décision de l’un des plus petits d’entre eux (Edge) de voler dans les plumes du plus puissant (Chrome) qui semble pourtant bien partit pour s'imposer comme le seul navigateur web. 

En Europe, selon Statcounter, Chrome fait la course en tête avec 50 à 60% des parts de marché. Le numéro 2 n’est plus Internet Explorer mais Firefox qui l’a dépassé depuis longtemps. Avec 15% du marché pour Firefox et 10% pour Internet Explorer, tous deux sont cependant en recul. Suivent Safari (Apple) Apple et Opera en pleine procédure de rachat par un groupe d’investisseurs… S’est récemment ajouté Edge, le navigateur méconnu embarqué par Microsoft dans les soutes de Windows 10 . Aujourd’hui, Edge est accrédité de 3 à 5%. C’est peu, mais en progression. Pour l’instant, seul Chrome tire donc les marrons du feu alors que tous les autres sont à la peine.

Une étude qui met le feu aux poudres

En lançant son " étude ", Microsoft mène une stratégie très claire : parvenir à faire décoller son nouveau navigateur.

Pour susciter le débat, Microsoft a tout simplement publié une étude maison (on n’est jamais si bien servi que par soi-même) qui assure que son nouveau navigateur Edge est moins énergivore que ses concurrents. Cela peut paraître puéril, mais comme les PC sont aujourd’hui pratiquement tous des portables (sans parler des tablettes), ce qui ajoute de l’autonomie aux batteries suscite l’attention des consommateurs.

Que dit cette étude ? Que l’usage de Edge prolonge le temps de navigation de 36%. Cette fois, il est suivi par Opera, un navigateur qui ne pèse plus qu’1% des parts de marché. Le leader (Chrome) n’arrive qu’en troisième position, devant Firefox qui ferme la marche du groupe de tête.

Bien sûr, chaque concurrent a intérêt à privilégier son protocole de test. En l’occurrence, celui de Microsoft permet de contrôler combien de temps il est possible de diffuser un stream Netflix (une vidéo) sans recharger les batteries. Et à ce jeu, très spécifique, seul Edge tiens 500 minutes d’affilée.

L’étude n’est donc pas objective, mais elle tient la route. D’abord parce que Microsoft a publié toutes les conditions du test sur son site pour que chacun puisse le reproduire.

Ensuite, parce qu’aucun des principaux navigateurs impliqués dans ce test ne l’a réellement mis en doute. Pour défendre son Chrome, Google a sorti sa nouvelle version numérotée 53, mais n’a pas relevé le défi du comparatif, se contentant d’affirmer avec un autre test que sa nouvelle version et plus économe en énergie que la précédente. Même chose pour Opera qui a, lui, réagi en intégrant un bloqueur de publicité dans son navigateur. Ce qui n’est pas une vraie réponse.

Comment un navigateur consomme-t-il l’énergie de la batterie ?

Comme pour la plupart des applications, la consommation provoquée par l’usage d’un navigateur est impactée par trois éléments. D’abord l’usage du processeur central (le CPU), c’est lui qui consomme le plus. Vient ensuite la puce graphique qui va gérer l’image, plus ou moins lourde, du navigateur.Et enfin, dans ce cas précis, la consommation du capteur le wifi. Mais les tests montrent que cette consommation wi-fi est pratiquement identique pour tous les navigateurs.

Il est très facile de réaliser un test de consommation sur son propre PC en ouvrant plusieurs navigateurs. Il suffit ensuite d’entrer dans le ‘Gestionnaire des Tâches " de Windows (commande Alt-CTRL –DEL) et de cliquer sur l’onglet " Processus ". On peut y voir la consommation en temps réel de la mémoire vive et du processeur. Ces informations sont édifiantes.

La stratégie (à peine) cachée de Microsoft

Car si l'utilisation de Windows 10 a doublé en six mois (un PC Windows sur quatre utilise la version 10), son navigateur par défaut n’attire que 30% des clients de Windows 10. Pour Microsoft qui a déjà subi l’échec de Windows 10 pour Smartphone, il est important de donner de la visibilité à son navigateur. Voire de le sortir d’un certain anonymat.

Aux Etats-Unis, installer Edge sur sa machine permet d’ailleurs d’obtenir du crédit pour réaliser des achats dans le magasin en ligne de Windows. Le but est évident: gagner des parts de marché et, dans un premier temps, tenter de dépasser Firefox qui est en perte de vitesse. Car Chrome est, lui, actuellement hors d’atteinte.

Comment désigner le meilleur navigateur?

Le choix d’un navigateur est très personnel. Il doit, bien entendu, se charger rapidement. Les plus véloces le font en moins de 2 secondes. Idéalement, il doit aussi être compatible avec la plupart des systèmes d’exploitation et gérer les onglets multiples. Ensuite à chacun de déterminer si les barres d’outils personnalisables, les outils de recherche intégré ou le contrôle parental et la sécurité (surf sécurisée, protection des données) sont importants. Comme on dit dans ces cas-là : " c’est vous qui voyez ".

Les forces en présence

Les navigateurs web les plus utilisés par pays, d'après StatCounter (capture d'ecran)

Microsoft Edge profite par définition d’une parfaite intégration dans Windows 10. Sa faible consommation en fait l’outil idéal des tablettes. Et par rapport à son grand frère Internet Explorer, il souffre peu des faiblesses de sécurité qui ont fait la réputation de IE. Mozilla Firefox est décrit par les testeurs comme flexible, mais " paresseux ". Après avoir connu la gloire, Firefox est maintenant à la traîne. Safari bénéficie, comme Edge, d’une bonne réputation d’économie d’énergie. Le navigateur de Apple est maintenant disponibles sur plusieurs plateformes.

Selon différentes études (w3schools browser trend analysis) Google Chrome est puissant, très personnalisable et profite de nombreuses extensions, mais nécessite de la puissance (CPU et RAM).

Google a gagné la guerre des navigateurs

 

Progression de la part de marché des navigateurs depuis 2011

Malgre tout, pour l’ancien CTO de Mozilla (Firefox), Andreas Gal, Google aurait déjà gagné la guerre des navigateurs. Les statistiques de StatCounter du mois d’avril 2017 montrent que Chrome a une part de marché de 63,48% loin du deuxième Firefox et ses 14,52%. Viennent ensuite Internet Explorer (9,02%), Safari (5,2%), Microsoft Edge (3,69%) et enfin Opera (2,07%).

Autre indicateur important de StatCounter, la progression des différents navigateurs entre 2011 et 2017. On constate que depuis 6 ans, Google Chrome connaît une croissance impressionnante. Au contraire Internet Explorer et Mozilla Firefox sont en chute libre. Seul Safari se maintient.

Face à ce constat, l’ancien chef de la technologie de Mozilla (Firefox), Andreas Gal, reconnaît que Google Chrome a tout simplement gagné la guerre. Il déclare ainsi au sujet du navigateur :

Google conçoit les meilleurs chevaux dans le monde et ils ont clairement gagné la course de chevaux...

Part de marché des navigateurs web (StatCounter)

Il précise que si la tendance continue ainsi, Internet Explorer sera définitivement mort dans deux ou trois ans. Le sort de Firefox pourrait être également assez triste puisque le navigateur pourrait d’ici deux ou trois ans voir sa part de marché chuter à 2 ou 3%.

Des propos qui font écho à ceux du chef de l’équipe marketing de Mozilla, Eric Petitt, qui a déclaré il y a peu qu’il utilisait deux navigateurs au quotidien : Firefox et Google Chrome. Les raisons qui le poussent à utiliser Chrome ? Il est bien et facile à utiliser. A peu près comme tous les services de Google.

Dans la courbe descendante, Opera a pour principal atout un mode turbo qui compresse le trafic et le redirige via des serveurs Opera lorsque l’utilisateur ne dispose pas d’une connexion à large bande.

Bien moins connu, Chromium est souvent présenté comme "Chrome sans Google ". Normal, c’est la version open source (logiciel libre) qui a servi de base à la création de Chrome.

Microsoft Internet Explorer 11 est-il sur la pente savonneuse? Il jouit d’une réputation de rapidité, mais reste moins extensible et paramétrable que Firefox ou Chrome. A l’inverse, ses exigences en mémoire vive et en puissance processeurs sont moindre.

Les opposants aux dictatures (et les trafiquants du dark net), opteront probablement pour l’anonymat de Tor, quant aux amateur d’exotisme, ils testeront le navigateur de Baidu décrit comme " dépassé " par ceux qui l’ont chargé. Mais à chacun de se faire sa propre religion...


RTBF / Phonandroid / MCN, via mediacongo.net
555 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Yahoo! réduit la voilure
left
ARTICLE Précédent : Transfert : la Direction du TP Mazembe recadre Matampi
AUTOUR DU SUJET

uTorrent en passe de s’intégrer dans le navigateur Web

Sur le net ..,