mediacongo.net - Actualités - Kinshasa: le rond-point Forescom en passe de porter le mémorial du soldat congolais

Retour Culture

Kinshasa: le rond-point Forescom en passe de porter le mémorial du soldat congolais

Kinshasa: le rond-point Forescom en passe de porter le mémorial du soldat congolais 2017-05-17
Société
http://www.mediacongo.net/dpics/filesmanager/actualite/2017-actu/05-mai/15-21/fardc-soldat-sculpture.jpg -

La réalisation du soldat des FARDC. (© Adiac-Congo)

La mise en œuvre du monument qui sera dévoilé le 17 mai a commencé depuis deux mois, gérée par le chef d’état-major, le général Didier Etumba, la composition de son socle et les études y afférentes ont été faites par le bureau d’études Anko design corporation du professeur Van Ntoto, concepteur de l’ensemble de l’aménagement réalisé par le bureau d’études Meko international.

« Nous sommes en train de rendre hommage aux soldats dans une ligne historique qui va du Congo-Belge, soit de 1885 à nos jours. De 1884 à 1960, il est question de la Force publique ; de 1960 à 1997, ce sont les Forces armées congolaises, les FAC qui sont devenues par la suite les Forces armées zaïroises, FAZ sous le règne du feu Maréchal Mobutu et de 1997 à nos jours, il s’agit des Forces armées de la République démocratique du Congo, les FARDC. L’honneur est rendu à nos vaillants soldats morts ou vivants », a confié d’entrée de jeu Christophe Meko Disengomoka aux Dépêches de Brazzaville.

Le sculpteur Christophe Meko s’affairant sur un des moules. (© Adiac-Congo)

Les Dépêches de Brazzaville ont été reçues à deux reprises dans le chantier. D’abord vendredi, le 12 mai, l’on était à l’étape de la finition du socle, puis de la pose de la première sculpture, a savoir celui du soldat des FARDC. Ceci, à quelques heures près de l’inauguration prévue ce 17 mai. Une forte animation régnait dans le chantier où les différents travailleurs qui ont de l’entrain à l’ouvrage sont habillés en treillis militaire.

Le maître d’œuvre des sculptures susmentionné nous a affirmé avoir choisi personnellement de vêtir les ouvriers de ces pantalons militaires. Et d’ajouter que cette première réalisation dans l’art militaire est une expérience nouvelle, qui vient enrichir ses 25 ans de carrière et d’expertise dans la réalisation des monuments notamment dans la ville de Kinshasa et au Kongo central.

Pour ce qui est des œuvres sculpturales, dont il est l’auteur et le concepteur, Christophe Meko nous a déclaré que « l’honneur est fait en crescendo ». De s’expliquer alors en ces termes: « Nous avons souhaité avoir des dégradés au niveau des socles par rapport aux dates. Le plus petit socle sera celui du monument de la Force publique ».

Ainsi donc, pour le monument de la Force publique après l’inauguration il sera dévoilé, a-t-il dit, « un soldat en short kaki comme l’exigeait l’uniforme de l’époque avec les mollets garnis des bandes molletières et ceints de cartouchières ». Il a fallu pour l’exécuter une documentation assez spécifique, vu qu’il s’agissait de réaliser, a-t-il soutenu, « un travail historique qui s’est révélé instructif ».

 

Et, de poursuivre, au sujet de sa présentation : « Le soldat de la Force publique était dans notre société ancestrale. Il portait notamment des scarifications et autres tatouages sur le visage. Et, le fusil de l’époque le Mauser, était très long. Le soldat de la Force publique est une œuvre très monumentale, dont la hauteur est estimée entre 3 à 4 m, il sera debout en position du « Présentez armes ! » la tête coiffé d’un fez. L’expression même de la discipline militaire à l’époque de la colonisation belge »

Quant au deuxième soldat, nous a dit Christophe Meko, « il va apparaître sous le signe de la période de la République faste avec beaucoup d’honneur. La grandiloquence y a sa place avec les images qui nous restent des militaires FAZ en train de défiler. Ils étaient beaucoup plus dans l’exhibition portant leur fusil Falk avec chargeur droit dans une tenue spécifique assortie d’un béret tiré vers la droite et chaussé de bottes. Il a l’air très engagé et fier dans sa marche ».

Et pour ce qui est de la dernière composition, montée cependant la première sur le socle le plus surélevé des trois, elle rend hommage au militaire des FARDC. « Comme c’est celui qui a connu plus de guerres. Il sera donc représenté en plein dans l’action, en position de tir », a conclu le sculpteur.

La pose du soldat des FARDC sur son socle. (© Adiac-Congo) 


Adiac-Congo / MCN, via mediacongo
589 suivent la conversation
0 commentaire(s)
Chers internautes, les commentaires sont déposés librement par les utilisateurs et n’engagent nullement mediacongo.net. Néanmoins, afin de conserver un espace constructif et de qualité, mediacongo.net se réserve le droit de supprimer tout commentaire injurieux, immoral ou contraire à ses valeurs.
right
ARTICLE SUIVANT : Moïse, prophète aux visages multiples
left
ARTICLE Précédent : Le menu de la 1ère édition du festival panafricain de la grillade à Conakry !